Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 21 décembre 2017 19:07

Tunisie : Les investissements industriels à 100% étrangers ont baissé de 59% entre janvier à novembre 2017

Attirer les investissements chinois vers le textile proposent des opérateurs économiques tunisiens.

« Cette baisse résulte de la diminution enregistrée au niveau des projets 100% étrangers dont les investissements sont passés de 492 millions de dinars à 202,7 millions durant les onze premiers mois 2017 (-58,8%) », explique l’Agence tunisienne de promotion de l’industrie et de l’innovation.

 

 

Selon l’Agence tunisienne de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), citée par le journal électronique African Manager, les investissements industriels à 100% étrangers et en partenariat ont enregistré une baisse de 26,2% pendant les onze premiers mois de 2017 par rapport à la même période de l’année 2016. Ils ont reculé en un an de 888,2 millions de dinars à seulement 655,3 millions en 2017.

« Cette baisse résulte de la diminution enregistrée au niveau des projets 100% étrangers dont les investissements sont passés de 492 millions de dinars à 202,7 millions durant les onze premiers mois 2017 (-58,8%) », explique l’agence.

Pa railleurs, le ministre tunisien de l’Industrie, Slim Feriani, a estimé que suite à la chute du cours de sa monnaie, la Tunisie est devenue plus concurrentielle que la Chine, ainsi que plusieurs autres pays. Optimiste, il a souligné, dans une déclaration rapportée par le Huffpost Tunisie, « qu’il y a des indicateurs positifs » et que le gouvernement travaille pour « les maintenir et les renforcer ».

Selon Slim Feriani, il existe un secteur stratégique et important sur lequel il faut se focaliser : le textile-habillement. Un secteur qui, en Tunisie, a-t-il rappelé, compte environ 1.600 entreprises offrant près de 160.000 emplois.

Pour rappel, 22 décisions ont été prise en faveur de ce secteur. Ces mesures, a expliqué Slim Feriani, visent à « améliorer la consolidation des entreprises dans le secteur ». 

Tarek Chérif, président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CNECT), a recommandé, selon le HuffPost Tunisie, « d’attirer les investissements chinois dans le secteur du textile-habillement, d’autant plus que la Chine offre, aujourd’hui, 85.000 emplois dans le textile et la confection dans plusieurs pays, tels que l’Ethiopie et le Maroc ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.

Le ministère des Affaires étrangères dément le rappel de l’ambassadeur malien par Bamako

  Selon le site malien abamako.com, « les représentants diplomatiques du Mali en Algérie ont été rappelés par leur pays pour consultation sur la situation précaire de leurs ressortissants ».