Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • vendredi 5 janvier 2018 18:35

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle (expert)

Le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%). Il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle, a indiqué l’expert-comptable, Walid Ben Salah, vendredi, lors d’une rencontre débat organisée à Tunis par l’Ordre des experts-comptables sur la loi de finances 2018,

Ben Salah a précisé, dans une analyse du budget de l’Etat 2018, que le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%), à la moyenne de l’Union européenne (2,3%) et à celle réalisée par les pays africains (2,6%).

D’après lui, il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

Forte pression fiscale

 

Il pointe du doigt “un niveau très élevé de la pression fiscale, dépassant les 33%”, soit le plus élevé dans le continent africain, pour se rapprocher plutôt des niveaux enregistrés dans des pays développés, notamment au Royaume-Uni. “La fiscalité en Tunisie est très mal répartie, dans la mesure où elle cible surtout les contribuables et les sociétés légales et opérant dans la transparence, ce qui décourage l’investissement et incite à l’évasion fiscale”.

Mettant l’accent sur l’endettement public, il estime qu’il est très lourd, surtout que l’endettement intérieur ne dépasse pas les 29%, contre une aggravation de l’endettement extérieur aux alentours de 71% de la dette tunisienne.

Selon Ben Salah, cette orientation inévitable vers l’endettement extérieur coûte énormément au budget de l’Etat. Ainsi, le service de la dette représente aujourd’hui environ 7,5% du PIB, soit presque le 1/5 du total des recettes des exportations tunisiennes.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.