Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • vendredi 5 janvier 2018 18:35

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle (expert)

Le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%). Il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle, a indiqué l’expert-comptable, Walid Ben Salah, vendredi, lors d’une rencontre débat organisée à Tunis par l’Ordre des experts-comptables sur la loi de finances 2018,

Ben Salah a précisé, dans une analyse du budget de l’Etat 2018, que le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%), à la moyenne de l’Union européenne (2,3%) et à celle réalisée par les pays africains (2,6%).

D’après lui, il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

Forte pression fiscale

 

Il pointe du doigt “un niveau très élevé de la pression fiscale, dépassant les 33%”, soit le plus élevé dans le continent africain, pour se rapprocher plutôt des niveaux enregistrés dans des pays développés, notamment au Royaume-Uni. “La fiscalité en Tunisie est très mal répartie, dans la mesure où elle cible surtout les contribuables et les sociétés légales et opérant dans la transparence, ce qui décourage l’investissement et incite à l’évasion fiscale”.

Mettant l’accent sur l’endettement public, il estime qu’il est très lourd, surtout que l’endettement intérieur ne dépasse pas les 29%, contre une aggravation de l’endettement extérieur aux alentours de 71% de la dette tunisienne.

Selon Ben Salah, cette orientation inévitable vers l’endettement extérieur coûte énormément au budget de l’Etat. Ainsi, le service de la dette représente aujourd’hui environ 7,5% du PIB, soit presque le 1/5 du total des recettes des exportations tunisiennes.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.

Le ministère des Affaires étrangères dément le rappel de l’ambassadeur malien par Bamako

  Selon le site malien abamako.com, « les représentants diplomatiques du Mali en Algérie ont été rappelés par leur pays pour consultation sur la situation précaire de leurs ressortissants ».