Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 18 janvier 2018 18:41

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Photo non signée publiée par le journal tunisien Babnet.net.

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

 

 

Le FMI a démenti aujourd’hui avoir l’intention d’imposer l’austérité à la Tunisie. Abordant les dernières manifestations déclenchées par le relèvement de nombre de taxes dans la loi de finances 2018, son porte-parole Gerry Rice a déclaré, lors d'un point presse rapporté par les agences internationales : « Nous reconnaissons bien sûr la frustration du peuple tunisien qui aspire à plus d'égalité sur le plan économique. (…) Mais nous nous efforçons de résoudre des problèmes très profonds et qui remontent à longtemps. » Et d’ajouter que le FMI ne voulait pas d’austérité « mais des réformes bien conçues, correctement mises en œuvre et socialement équilibrées et nous essayons de soutenir le gouvernement dans cette voie ».

Pour rappel, à la veille du septième anniversaire de la chute de l’ex-président Ben Ali, la Tunisie a connu une vague de protestations dans différentes villes marquées par des violences et suivies de centaines d’arrestations. L’armée a même été déployée en certains points du territoire tunisien pour protéger des bâtiments publics jugés menacés.

Pour augmenter les recettes du budget en 2018, la loi de finances a augmenté certains impôts et taxes, ce qui n’a pas manqué d’entraîner une hausse des prix frappant notamment le gasoil, les automobiles et les services de téléphonie et d'accès à internet.

En situation financière délicate, la Tunisie a eu recours à l’endettement extérieur à plusieurs reprises ces dernières années. Le FMI lui a accordé en 2016 une nouvelle ligne de crédit de 2,9 milliards de dollars sur quatre ans en échange d'un « programme de réformes ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.