Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Avril 2018

  •   Oxfiord Business Group
  • jeudi 22 mars 2018 12:00

La hausse de la TVA constitue un défi pour le secteur pharmaceutique tunisien (document OBG)

La récente hausse des prix des médicaments fabriqués en Tunisie constitue une difficulté supplémentaire pour le secteur pharmaceutique du pays ; le développement d’un système d’informations numérique vise toutefois à combattre l’importation illégale de médicaments et à garantir davantage d’efficacité pour le secteur.

 

 

Le 4 janvier, l’organisme public Pharmacie Centrale de Tunisie (PCT) a annoncé une augmentation des prix concernant 2353 différents types de médicaments suite à la décision prise par le gouvernement de faire passer la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) appliquée aux produits pharmaceutiques de 6% à 7% dans le cadre d’une série de réformes prévues au budget 2018  dans le but d’atteindre une plus grande stabilité fiscale.

Conséquence de la hausse des prix - qui concerne uniquement des produits fabriqués sur le territoire tunisien et non les produits importés de l’étranger -, les produits pharmaceutiques importés  coûtent désormais dans bien des cas moins cher que les produits fabriqués en Tunisie, ce qui entraîne un certain nombre de difficultés pour le secteur.

 

Les conditions économiques pèsent sur les dépenses publiques

 

L’avantage concurrentiel que donne cette hausse de taxe aux médicaments importés s’est encore vu amplifié davantage par le fait que leur prix de vente n’a pas été réévalué pour tenir compte de l’inflation, qui a enregistré une hausse de 1,7 point de pourcentage en 2017 pour atteindre 6,4%.

Durant la même période, les dépenses publiques en matière de produits pharmaceutiques importés ont d’autant plus augmenté que la monnaie s’est dépréciée – le dinar a perdu 21,3% de sa valeur face à l’euro en 2017 – et que la PCT, qui  détient le monopole d’importation des médicaments et les vend à diverses organisations de santé à un prix fixe établi par le Ministère du commerce, a vu ses dépenses augmenter.

Ces changements économiques, associés à la hausse de la TVA et à d’autres augmentations de droits de douane, ont fait que la vente à des prix superficiellement bas de médicaments importés, a fortement impacté les finances publiques. Sara Masmoudi, Présidente de la Chambre Nationale de l’Industrie Pharmaceutique, a déclaré à OBG : «  Dans la mesure où les médicaments coûtent environ 50% de leur valeur réelle, la PCT débourse chaque année au moins 100 millions de dinars (33,8 millions d’euros) pour la compensation des prix. »

Conséquence de la génération de revenus limitée de la PCT et des coûts croissants qu’elle doit supporter, cette dernière a rencontré des difficultés à honorer ses engagements envers certains fournisseurs, la presse tunisienne rapportant que la PCT devait environ 370 millions de dinars (124,9 millions d’euros) à des importateurs étrangers.

« La Pharmacie Centrale de Tunisie connait des problèmes de liquidités et ne paie donc pas ses fournisseurs à temps, » a ajouté Mme Masmoudi. « Un délai de 180 jours est prévu pour le paiement, mais celui-ci est dépassé de 90 jours. »

La situation financière actuelle de la PCT est également liée à un problème plus large qui touche la sécurité sociale. La Caisse Nationale de Sécurité Sociale est actuellement endettée auprès de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie, qui à son tour doit environ 366 millions de dinars (123,7 millions d’euros) à la PCT, ce qui affecte encore davantage les liquidités de celle-ci.

 

Les prix bas des médicaments importés ouvrent la voie à la contrebande

 

La situation actuelle de l’industrie pharmaceutique a également engendré des problèmes concernant l’exportation illégale de médicaments.

Si l’exportation de médicaments produits en Tunisie est légale et règlementée, le fait que les médicaments importés soient vendus à des prix inférieurs aux prix du marché en Tunisie signifie que des marges bénéficiaires considérables peuvent être obtenues en vendant ces produits dans les pays voisins à un prix plus élevé sur le marché noir.

Afin de lutter contre l’attrait exercé par l’exportation illégale, certains acteurs du secteur ont appelé à la libéralisation de certains produits, tout en maintenant les subventions sur les médicaments essentiels destinés au traitement des maladies chroniques et au grand public.

 

Un système d’informations numérique pour lutter contre le marché noir

 

Si l’on ne dispose pas de données sur la question, il est évident que l’exportation illégale de médicaments représente une perte financière considérable pour le secteur pharmaceutique, l’Etat tunisien subventionnant des médicaments qui sont ensuite acheminés clandestinement hors de Tunisie et vendus dans les pays de la région.

Pour contribuer à prévenir les exportations illégales et permettre un meilleur contrôle du stock des médicaments sur le marché, la PCT a annoncé au mois de novembre un projet de création d’une application numérique.

Le projet, entrepris aux côtés du réseau numérique national Tunisia Trade Net, vise à établir un système de facturation électronique afin de contrôler la gestion du stock des médicaments subventionnés.

Lors du lancement de l’initiative, Sonia Ben Cheikh, la Secrétaire d’Etat à la Santé, a déclaré que le gouvernement entendait lutter contre la corruption liée à l’exportation de médicaments d’ici la fin du premier trimestre 2018.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La Banque Mondiale s'engage à poursuivre son soutien à la Tunisie dans la réalisation de ses réformes

La Banque Mondiale a affirmé appuyer la Tunisie dans la réalisation de ses projets de réforme, afin de booster la croissance et répondre aux besoins socio-économiques du pays.

Algérie: L'inflation moyenne annuelle à 4,6% jusqu'à mars 2018

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,6% jusqu'à mars 2018, a appris l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS).

Les assises nationales sur l’agriculture : un colosse aux pieds d’argile ! (contribution)

Des assises sur l’agriculture seront organisées le 23 du mois courant sous le thème ’’ l'agriculture au service de la souveraineté nationale ’’.