Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   Yazid Ferhat
  • mardi 15 avril 2014 16:36

"L’Algérie se doit d'injecter de l’argent dans l'économie tunisienne" - A. Hadj Nacer sur Radio M (Audio)


Abderrahmane Hadj Nacer propose une autre manière pour l’Algérie d’aider la Tunisie, dont l’économie est en difficulté depuis la révolution de janvier 2011.

S’exprimant ce mardi dans l’émission « Invité du Direct » de Radio M, la web radio de Maghreb Emergent, l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie Abderrahmane Hadj Nacer, estime que l’Algérie peut aider la Tunisie en « imbriquant » les intérêts des deux pays. Selon lui, il faut prendre des participations dans des entreprises tunisiennes et non pas « déverser cet argent dans le Trésor public ».
L’Algérie a fait un don de 100 millions de dollars à la Tunisie en 2011 et octroyé un prêt de 40 millions de dollars à 1% sur 15 ans et un autre de 50 million sans intérêt. L’ex- Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal avait annoncé, lors de son déplacement début février dernier à Tunis, à l'occasion de l'adoption de la nouvelle constitution tunisienne, de nouvelles aides pour la Tunisie dans différents domaines.
Pour Hadj Nacer, l’Algérie ne doit pas oublier « ses intérêts » dans ses plans d’aide au pays voisins. L’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie, a révélé que lors de sa visite à Alger la semaine dernière, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry a suggéré aux autorités algériennes d’aider financièrement la Tunisie, la France également en difficulté ne pouvant remplir cette tâche.
Investir dans l’économie tunisienne
Selon l’orateur, l’Algérie qui dispose d’importantes ressources financières ne doit pas donner de l’argent n’importe comment. «  Il faut l’injecter dans l’économie tunisienne pour assurer la traçabilité des financements algériens demain », a-t-il précisé, rappelant l’Algérie doit retenir les leçons des années 1980.
Pour le banquier d’affaires, la Tunisie a échappé au rééchelonnement de sa dette en 1986 grâce à l’Algérie, qui a conçu des usines à la frontière « pour financer la Tunisie ». Selon lui tout a été fait pour que ces opérations ne paraissent comme des dons, regrettant au passage que les Tunisiens n’aient pas fait de même lorsque l’Algérie était en difficulté. Pis, les Tunisiens ont essayé, selon lui, de profiter de la faiblesse de l’économie algérienne « pour essayer de nous remplacer dans notre position au niveau du Fonds Monétaire international (FMI) ».

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.