Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Rédaction Maghreb émergent
  • lundi 20 mars 2017 14:00

Abdelmoumen Ould Kaddour, le nouveau P-DG de Sonatrach, un proche de Chakib Khelil

 

Abdelmoumen Ould Kaddour a également la réputation d’avoir été proche de Chakib Khelil, le sulfureux ancien ministre de l’Energie.

 

Abdelmoumen Ould Kaddour, nouveau P-DG de Sonatrach,  est diplômé de l’Ecole nationale polytechnique et du Massachusetts Institute of technologie (Etats-Unis). 

Il est surtout connu pour avoir dirigé, au début des années 2000, l’entreprise spécialisée dans l’ingénierie  Brown and Root Condor (BRC) une joint-venture créée  dans les années 1990, par Sonatrach et Kellogg Brown and  Root (KBR), alors filiale ingénierie du groupe américain Halliburton.

L’entreprise a été dissoute en 2007, peu après le scandale de surfacturation qui l’a secouée et qui a donné lieu à une enquête judiciaire. Abdelmoumen Ould Kaddour avait été incarcéré, pendant quelques mois, avant d’être réhabilité.

Pour rappel, Sonatrach a confié 27 projets à la société BRC pour un montant global de 73 milliards de dinars. L’inspection générale des finances avait mis au jour, à l’époque, des surfacturations ayant atteint les 50%, pour certains projets. Abdelmoumen Ould Kaddour a également la réputation d’avoir été proche de Chakib Khelil, le sulfureux ancien ministre de l’Energie. Une proximité qui pourrait jouer contre le nouveau P-DG de Sonatrach. 

Sur le plan pratique, le nouveau P-DG de Sonatrach a fort à faire dans un contexte marqué par un marché pétrolier à nouveau sous pression, en raison de l’augmentation de stocks de pétrole aux Etats-Unis, notamment  et de la menace que représente le pétrole de schiste américain, dont la production risque d’augmenter cette année.

La Sonatrach entend également aller plus loin dans l’exploration et surtout plus au nord, puisqu’il s’agira désormais d’y trouver de nouveau périmètres à exploiter en plus de l’off-shore qui s’impose désormais comme une évidence pour l’Algérie. 

Le nouveau P-DG devra également assurer la tâche délicate de satisfaire une demande interne en énergie, en constante progression sans faire entorse aux engagements de la compagnie à l’international.   

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Rappelons-nous qu'au Au pays des aveugles , le borgne est roi.

    Rapporter Gouasmi Sassi mardi 21 mars 2017 23:42
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.