Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Un accord de coopération, favorisant le partenariat et le co-développement, a été signé jeudi à Paris entre la wilaya d’Alger et le Conseil régional d’Ile-de-France.
L’accord, qui poursuit comme objectif la réalisation d’activités communes afin de développer et de fortifier les relations entre les deux institutions locales, a été signé par le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse.
Il vise également, l’approfondissement des liens entre les deux entités au service des populations, des organisations de la société civile et des institutions des deux territoires .
L’accord, d’une durée de dix ans et qui peut être reconduit tacitement, prévoit l’organisation d’échanges d’informations, d’expériences et d’expertises, la consultation réciproque et la mise en oeuvre de projets communs de développement.
Les deux parties ont décidé, dans ce cadre, de promouvoir des actions mutuellement utiles en les axant sur l’aménagement urbain, le développement durable et les transports. Il s’agit-là d’un soutien de la Région d’Ile-de-France et de ses organismes associés à la mise en oeuvre du Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) de la wilaya d’Alger.
En matière d’innovation et d’entrepreneuriat, les deux parties ont décidé de mettre en réseau des incubateurs franciliens avec un ou plusieurs incubateurs de la wilaya d’Alger et d’encourager au développement de relations entre entrepreneurs franciliens et algérois, en particulier dans le domaine de la ville durable.
Dans le domaine universitaire, des étudiants algériens (niveau master II ou doctorant) seront accueillis au sein de la Maison d’Ile de-France à la Cité universitaire internationale et, de ce fait, la wilaya d’Alger devra relancer le projet de la Maison de l’Algérie au sein de la Cité universitaire internationale.
Dans le cadre de l’accord, la Région d’Ile-de-France soutiendra, par ailleurs, la réhabilitation du patrimoine architectural de la wilaya d’Alger, de même que les deux parties seront appelées à organiser d’événements croisés en matière culturelle, notamment pour le cinéma tout en se réservant la possibilité d’impulser à terme des actions dans d’autres domaines d’intervention d’intérêt mutuel.
A cet effet, un Comité mixte de coopération, coprésidé par la présidente du Conseil régional et du wali d’Alger, sera créé afin d’élaborer un programme pluriannuel de travail, ainsi que le suivi et l’évaluation de la coopération entre les institutions locales.
Ce comité, qui identifie et évalue les moyens nécessaires pour soutenir les différents projets, sera composé de représentants politiques et administratifs de chacune des parties et se réunira au moins une fois tous les trois ans. Il doit s’assurer également que les conditions nécessaires à la réalisation des actions projetées sont bien réunies.
Toujours dans le cadre de cet accord, la wilaya d’Alger et le Conseil régional d’Ile-de-France sont tenus de veiller à ce que la montée en puissance du programme pluriannuel de travail s’effectue de façon graduelle et résonnée, tout en convenant que les aides, subventions, études ou actions, doivent être avalisées par elles afin d’en garantir la cohérence et la bonne exécution.
En ce qui concerne le financement des projets, l’accord le prévoit à parts égales pour chacune des deux institutions locales, et la mobilisation de cofinancements tiers sera recherchée par les deux parties.
En matière de relations avec les tiers, les parties signataires peuvent associer à leurs actions de coopération les réseaux institutionnels éducatifs, économiques, sociaux, professionnels et associatifs.
La cérémonie de signature de l’accord a été précédée d’un entretien entre Abdelkader Zoukh et Valérie Pécresse, en présence du chargé d’Affaires de l’ambassade d’Algérie en France, Saïd Moussi.

APS

La Tunisie et le Soudan ont signé jeudi 22 accords, programmes exécutifs et protocoles d'accords destinés à renforcer la coopération bilatérale.
Ces accords, signés lors de la 7e session du Haut comité soudano-tunisien, concernent la santé, le tourisme, la formation professionnelle, ainsi que l'enseignement technique et supérieur.
Le Premier ministre soudanais, Bakri Hassan Saleh, et son homologue tunisien, Youssef Chahed, ont conclu les travaux du Haut comité jeudi à Khartoum.
M. Saleh a redit à cette occasion que les deux pays étaient capables de dessiner un avenir prometteur afin que leurs peuples récoltent les fruits de ce partenariat bilatéral sérieux fondé sur des liens historiques.
Pour sa part, M. Chahed a annoncé la réouverture en septembre des liaisons aériennes entre la Tunisie et le Soudan.
Ces documents encadrant les différents domaines de coopération bilatérale "constitueront une nouvelle plateforme de coopération entre les deux pays", s'est félicité le chef du gouvernement tunisien à la clôture de la session.
M. Chahed était arrivé la veille à Khartoum pour une visite officielle de deux jours au Soudan. C'est la première visite d'un Premier ministre tunisien au Soudan depuis le renversement de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, selon le gouvernement tunisien.

Xinhua

Le Secrétariat général du Parti de la Justice et du Développement (PJD) a réaffirmé, jeudi, son soutien au Chef du gouvernement désigné, Saad Eddine El Othmani, dans sa gestion des prochaines consultations afin de “former une majorité dont sera issu un gouvernement fort et homogène, qui aura la confiance de SM le Roi et sera capable de poursuivre les chantiers de la réforme et répondre aux attentes des citoyens”.
Au cours de cette réunion, présidée par le SG du parti, le Chef du gouvernement désigné a fait part de sa détermination à “accélérer la formation du gouvernement (..)”.

MAP

Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, toujours affectés par les doutes sur l'efficacité de l'accord de la fin 2016 sur la réduction de la production de l'Opep et d'autres pays producteurs.
Différentes données montrent que l'Opep respecte à peu près ses engagements mais les producteurs non Opep semblent moins disciplinés, d'autant que le rebond des cours depuis novembre a entraîné une hausse des puits en activité aux Etats-Unis.
"La hausse de la production (américaine) et les doutes sur le respect de l'accord limitent le potentiel haussier", explique Ole Hansen, responsable de la stratégie matières premières chez Saxo Bank, pour qui le potentiel de hausse du Brent est limité à 53 dollars.
Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 34 cents, soit 0,71%, à 47,70 dollars le baril.
Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 10 cents (0,20%) à 50,54 dollars, sa quatrième baisse de suite mais en se maintenant au-dessus du seuil des 50 dollars qu'il avait momentanément enfoncé pendant la séance de mercredi.
Peu après le 1er janvier et l'entrée en vigueur de l'accord Opep et non Opep, le Brent avait atteint 58 dollars.

Reuters

La fabrication, la pose et le montage de 10.000 kilomètres de canalisations transportant des hydrocarbures ont été confiés, durant les 16 dernières années par Sonatrach, à des entreprises de droit algérien, soit 50% de la longueur du réseau actuel, a-t-on appris à Oran du vice-président de Sonatrach, Transport par Canalisation (TRC).
"A titre illustratif, nous avons confié, entre 2000 et 2016, à des entreprises de droit algérien la fabrication, la pose et le montage de 10.000 km de canalisations, soit 50 % de la longueur du réseau actuelle, ainsi que la réalisation de diverses infrastructures réparties sur une vingtaine de projets", a souligné Arbi Bey Slimane en marge de la manifestation NAPEC 2017 qui se tient du 21 au 24 mars.
Dans le cadre de son développement, Sonatarch a axé sa stratégie, selon le même responsable, sur la promotion d’une industrie nationale intégrée permettant la construction d’ouvrages et d'installations destinés au secteur pétrolier dans les différentes phases des projets en vue de créer de la richesse et de l’emploi et de favoriser l’émergence de leaders nationaux dans les activités de travaux, d’engineering, d’équipement et de services liés au secteur.
La réalisation d’ouvrages de transport comme OZ2, OK1, OH3 OH4, les gazoducs GZ3, GR2, GO3, entre autres, répartis sur le territoire national a été confiée à des groupements nationaux composés de Cosider canalisation, la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB) et la société de réalisation de canalisations (Canagaz), a-t-il fait savoir.
La mise en œuvre de cette série de projets à travers le recours à l’outil national a mobilisé un montant dépassant 340 milliards DA, a-t-il ajouté.
Ce partenariat basé sur la valorisation de la ressource locale vise à développer le tissu industriel national et réduire la dépendance technologique à travers la maîtrise de technologie et des coûts, a-t-il encore souligné.

APS

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a adressé ce jeudi ses condoléances à la Reine du Royaume-Uni, Elisabeth II, à la suite de ” l’attaque terroriste lâche ” survenue aux abords du parlement britannique et qui a fait plusieurs morts et blessés.
Dans un message, Caïd Essebsi a exprimé, en son nom personnel et au nom du peuple tunisien, les sincères sentiments de compassion et de sympathie à la Reine Elisabeth II, au peuple britannique et aux familles des victimes en cette douloureuse circonstance.
A cette occasion, le chef de l’Etat a plaidé l’urgence de renforcer la coopération et la solidarité internationales pour venir à bout du terrorisme qui, a-t-il dit, représente une menace sans précédent pour la paix et la stabilité des peuples et des sociétés.
Dans un communiqué, la Tunisie a condamné jeudi l’attaque terroriste commise mercredi aux abords du parlement britannique.
Tout en fustigeant ce crime odieux, la Tunisie a exprimé son entière solidarité avec le Royaume-Uni, gouvernement et peuple, réaffirmant sa condamnation de toutes les formes de violence et d’extrémisme.
Quatre personnes ont été tuées et une quarantaine d’autres blessées dans une attaque terroriste commise aux abords du parlement de Westminster en plein cœur de Londres. L’assaillant a été abattu.

TAP

La Direction du Trésor et des Finances extérieures (DTFE), relevant du ministère de l’Économie et des Finances, a lancé mercredi deux opérations de placement des excédents de trésorerie d’un montant global de 600 millions de dirhams (MDH).
Il s’agit d’un placement avec prise en pension de 300 MDH, sur une journée avec un taux moyen pondéré de 2%.

MAP

La Première ministre britannique Theresa May a confirmé jeudi devant le parlement que l'auteur de l'attaque de mercredi était né en Grande-Bretagne et avait été surveillé par le MI5, mais qu'il n'était plus dans le radar des services de renseignement lorsqu'il est passé à l'acte.
"Ce que je peux confirmer, c'est que l'individu était né en Grande-Bretagne, et qu'il y a quelques années, il a été surveillé par le MI5 pour des soupçons d'extrémisme violent", a-t-elle dit devant les députés.
"C'était une figure secondaire", a-t-elle ajouté. "(...)Il n'était pas dans le radar des services de renseignement ces temps-ci".
Theresa May a rendu hommage aux policiers et aux secours d'urgence et a déclaré que le policier poignardé par l'agresseur devant le parlement de Westminster était mort en héros.

Reuters

Un protocole d'accord dans le domaine de la prévention et de lutte contre la corruption a été signé jeudi à Alger entre le ministère des Finances et l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC).
Le document fixant les conditions de coopération entre les deux institutions a été signé par le secrétaire général du ministère des Finances, Miloud Boutaba, et son homologue de l'ONPLC, Mustapha Chabane, en présence du président de cette instance nationale, Mohamed Sebaïbi.
Ce protocole d'accord s'inscrit dans le cadre de la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et la lutte contre la corruption qui charge l'organe de renforcer la coordination intersectorielle et d'assurer le suivi des activités et actions engagées sur le terrain.
Il détermine les mesures et les mécanismes qui accompagnent les demandes réciproques formulées aussi bien par les structures du ministère des Finances que par l’organe national portant sur des actions de sensibilisation et de formation des agents publics, sur des actions relatives aux déclarations de patrimoine et aux conflits d'intérêts ainsi que sur la cartographie des risques.
La coopération porte aussi sur des actions coordonnées pour engager en commun la réflexion sur l'étude et l'adoption des thèmes en rapport avec la corruption et l'échange d'informations et d'expertise.
Dans son intervention, le président de l'ONPLC, Mohamed Sebaïbi, a indiqué que ce protocole d’accord de coopération vise à mettre en relief "les actions découlant de la convention des Nations Unies contre la corruption et de la loi du 26 août 2010 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les textes subséquents y afférents".
Ce cadre prévoit également la mise en place d'une cellule présidée par les secrétaires généraux du ministère des Finances et de l'ONPLC dont les missions sont le suivi, la mise en œuvre et l'évaluation des résultats et propose toutes les mesures de nature à en améliorer l'efficience, a-t-il ajouté.

APS

Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a réitéré, vu le contexte actuel des consultations pour la formation du gouvernement, sa volonté à rester dans l’opposition exprimé dans un communiqué diffusé le 8 octobre 2016 et approuvé par le conseil national du parti.
Le bureau politique a également examiné plusieurs questions, à leur tête l’organisation et la dynamique que connaît le PAM.

MAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.