Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

La chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca a repris, mardi, le procès des accusés dans les événements d’Al Hoceima, qui doivent comparaître à nouveau dans 24 heures.
Au cours de l’audience de mardi, les avocats de la partie civile ont poursuivi leur plaidoirie en expliquant que l’Etat marocain s’est constitué en partie civile au nom de ses fonctionnaires dans la demande de dédommagement, en ce sens que les éléments de la force publique ont subi des dommages corporels à cause des agressions dont ils ont été la victime de la part des accusés, a indiqué le procureur général du Roi près cette juridiction dans une déclaration de presse.
Ils ont ajouté qu’un bâtiment abritant des policiers a été intentionnellement incendié, tandis que plusieurs engins d’utilité publique ont été soit dégradés ou incendiés, précisant que l’état de flagrant délit est établi au vu des vidéos filmées et des PV de constatation réalisés par les officiers de la Police judiciaire, a relaté la même source.
D’autre part, a-t-on fait savoir, les avocats de la partie civile ont affirmé que les allégations de torture n’ont aucun fondement, du fait que les accusés et certains de leurs avocats ont attesté l’absence de tels actes.
Les écoutes téléphoniques ont été réalisées conformément à la Loi, ont fait remarquer les avocats de la partie civile, plaidant pour le rejet des vices de procédure évoqués par la défense des accusés car ils sont en déphasage avec la réalité et sans fondation juridique.
Le procureur général du Roi a, par ailleurs, annoncé la tenue, jeudi prochain, d’une nouvelle audience de ce procès.
Les mis en cause sont poursuivis, chacun en ce qui le concerne, de plusieurs chefs d’inculpation, notamment, “atteinte à la sécurité intérieure de l’État”, “tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage”, “réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du Royaume”.
Ils sont également accusés “d’ébranler la loyauté des citoyens envers l’État marocain et les institutions nationales”, “la participation à l’organisation d’une manifestation non autorisée” et “la tenue de rassemblements publics sans autorisation”.

MAP

Une recrudescence de la violence dans la Ghouta orientale et dans le gouvernorat d'Idlib, en Syrie, a accru l'insécurité alors que les conditions dans ces régions sont déjà désespérées, a indiqué mardi le Programme alimentaire mondial (PAM).
"Depuis la fin de l'année dernière, des frappes aériennes ont détruit des bâtiments civils, tuant des centaines de personnes dans les deux régions et dans le cas d'Idlib, déplaçant environ 100.000 personnes", a déclaré une porte-parole du PAM, Bettina Luescher, lors d'une conférence de presse.
A Idlib, les affrontements armés entre les forces gouvernementales, leurs alliés et les groupes armés d'opposition se sont intensifiés, l'insécurité s'étant propagée dans le nord-est de Hama, dans l'ouest rural d'Alep et dans le sud d'Idlib, obligeant 100.000 personnes à abandonner leurs domiciles. Les conditions à Idlib sont désastreuses, de nombreuses personnes déplacées étant obligées de vivre dehors en plein hiver.
"Le PAM a aidé 70.000 personnes déplacées à Idlib en décembre et janvier avec des rations de cinq jours prêtes à consommer ; on prévoit de distribuer d'autres rations prêtes à consommer dans les prochains jours", a dit Mme Luescher. Le PAM a prépositionné plus de 27.000 rations à Idlib et à Alep et des livraisons d'urgence en provenance de Turquie sont également en cours.
Les combats se poursuivent dans l'enclave assiégée de la Ghouta orientale, où près de 400.000 personnes vivent dans des conditions difficiles et souffrent de graves pénuries de nourriture, de carburant et d'eau potable.
"Au total, 417.000 personnes vivent actuellement en état de siège en Syrie, la plus grande partie dans la Ghouta orientale, où vivent près de 400.000 personnes", a poursuivi Mme Luescher. "L'accès du PAM à la Ghouta orientale a été limité au cours des cinq dernières années, permettant seulement de fournir un tout petit peu d'aide aux familles dans le besoin".
En 2017, le PAM a aidé à fournir une aide alimentaire à 110.000 personnes dans 13 parties de l'enclave.
Elle a appelé à faire de la fin du conflit, qui dure depuis sept ans, une priorité, notant que ce conflit poussait "toujours plus de gens dans la faim et la misère".
Le PAM a lancé un appel à toutes les parties pour qu'elles protègent les civils, respectent les principes humanitaires et permettent la livraison de nourriture en toute sécurité aux familles dans le besoin, où qu'elles se trouvent.

Xinhua

Le ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi et son homologue jordanien, Yaarab Al Qodaat ont affiché, mardi à Alger, la disponibilité totale des deux pays à développer la coopération économique et leur attachement à sceller un partenariat industriel effectif dans les différents secteurs de de l'activité économique.
Cette volonté a été exprimée à l'occasion de la tenue du Forum d'affaires algéro-jordanien qui a enregistré la participation de 250 chefs d'entreprises algériennes activant dans différent domaines dont l'agroalimentaire, l'industrie pharmaceutique et l'industrie électronique, ainsi que 40 représentants d'entreprises économiques jordaniennes.
Intervenant à l'ouverture de ce Forum, M. Yousfi a déclaré que les gouvernements, algérien et jordanien, oeuvreront à assurer un climat propice aux investisseurs et à aplanir les difficultés qui entravent l'investissement dans les deux pays.
"Nous aspirons à renforcer davantage le partenariat industriel notamment à la faveur d'un cadre juridique adéquat que représente le mémorandum d'entente signé en 2006 en vue d'encourager l'investissement bilatérale ainsi que l'accord de coopération en matière de métrologie", a soutenu le ministre.
Soulignant la diversité des domaines de la coopération bilatérale notamment dans son volet économique, M. Yousfi a fait état de la disponibilité totale de l'Algérie à redynamiser un partenariat industriel effectif dans différents secteurs à l'instar de l'industrie pharmaceutique, l'industrie manufacturière et la sous-traitance industrielle.
L'Algérie aspire aujourd'hui à augmenter le volume des investissements étrangers, notamment dans l'industrie, les mines et l'agriculture en vue de diversifier son économie, a rappelé M. Yousfi, ajoutant qu'elle possède un marché prometteur de par sa forte demande et des potentialités naturelles qui lui permettent d'asseoir des bases industrielles pour l'exportation vers les marchés africains et plus tard vers le marché européen.
Il a évoqué, dans ce sens, les réformes engagées par l'Algérie pour capter l'investissement, notamment le nouveau code des investissements qui offre d'importants avantages aux investisseurs locaux et étrangers, particulièrement dans les secteurs de l'industrie, des mines, de l'agriculture et du tourisme.
Il a également rappelé l'actualisation dont ont fait l'objet d'autres lois relatifs aux PME, à la normalisation et à la métrologie légale, précisant que ces réformes sont à même d'impulser le développement industriel.
Le ministre s'est en outre félicité de l'évolution de la coopération industrielle au vu de l'importance des investissements jordaniens en Algérie.

APS

Le ministre de l'économie et des finances, M. Moctar Ould Diay et l'ambassadeur de la République populaire de Chine accrédité en Mauritanie, SEM. Zhang Jianguo, ont cosigné mardi à Nouakchott, un accord de coopération technique et économique.
La Chine octroie à notre pays, en vertu de cette convention, un don de 300 millions Yuan soit l’équivalent de 1,65 milliard d’ouguiyas N-UM, dont une partie sera allouée à la couverture des frais de construction de l'échangeur de l'amitié, qui sera réalisé, dans le parc connu sous le nom de la place Madrid, alors que l’autre partie sera réservée, à l'acquisition d'équipements qui permettront d'accroître la sécurité des passagers et la détection des bagages, au niveau de l'aéroport international de Nouakchott Oumtounsy.
Le ministre a exprimé à cette occasion, la reconnaissance du gouvernement et du peuple mauritaniens pour la République populaire de Chine, pour le soutien diversifié, constamment témoigné à notre pays, citant des cas de cette coopération bilatérale dont le centre hospitalier national, le centre de formation des jeunes, le musée national, la centrale électrique, le complexe olympique, le port d'amitié et l'hôpital de l'amitié.
« La construction du pont est devenu pressante, en raison du développement considérable du trafic routier et des embouteillages, enregistrés au niveau de ce carrefour, en particulier pendant les heures de pointe », a-t-il dit.
« Le gouvernement a exécuté, à ce propos, sur orientation de Son Excellence le Président de la République d’importants investissements, afin que la capitale Nouakchott devienne une ville moderne, présentant l’image d’une métropole digne de ce nom », a-t-il ajouté, rappelant les réformes prises dans ce cadre, dans les domaines foncier, de l’urbanisation, des infrastructures routières, du reboisement, de la construction des trottoirs, de l’éclairage public sans compter le nouvel aéroport international, satisfaisant aux normes mondiales … etc.
L'ambassadeur de Chine a exprimé dans son intervention, sa joie pour la signature de cet accord, qui traduit la solidité des excellentes relations entre les deux Etats, qui n’ont cessé de se renforcer à travers les décennies, énumérant également des aspects de ce partenariat fructueux et multiforme.

AMI

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) participera avec un stand de 312 m2 pour promouvoir les atouts de la destination touristique Maroc à la Foire internationale du tourisme (FITUR 2018) qui se tient du 17 au 21 janvier à Madrid.
Dans un communiqué, l’Office indique qu’à l’occasion de la tenue de la 38-ème édition du FITUR, salon du tourisme leader pour les marchés récepteurs et émetteurs ibéro-américains, le pavillon Maroc sera aménagé de sorte à permettre la représentation de 25 co-exposants.

MAP

Le nombre d'Américains sans assurance maladie a augmenté de 1,3 point de pourcentage, soit environ 3,2 millions de personnes, pendant l'année 2017, selon un sondage réalisé par Gallup et publié mardi.
Les données font apparaître la plus forte augmentation en une année depuis l'expansion de la couverture liée au Affordable Care Act, également dénommé Obamacare qui a été promulgué en 2009 par le président des États-Unis d'alors, Barack Obama.
Les groupes qui ont subi les baisses les plus fortes en termes de couverture de l'assurance-santé sont les jeunes de 18 à 25 ans, les noirs et les hispaniques ainsi que les personnes dont les revenus annuels du ménage sont inférieurs à 36 000 dollars des États-Unis, comme le montre l'indice du bien-être Gallup-Sharecare.
En dépit de la hausse de 2017, le pourcentage d'Américains sans assurance reste faible si on le compare au pic de 18 % atteint au troisième trimestre de 2013.
Le "mandat individuel" de l'Obamacare, qui obligeait chaque personne à acquérir une assurance-maladie ou à payer une pénalité a pris effet au quatrième trimestre de cette année.
Entre cette période et 2016, le nombre de personnes qui ont souscrit pour elles-mêmes une assurance-maladie a augmenté de 3,7% selon Gallup.
Le président Donald Trump a promulgué une loi importante sur la fiscalité à la fin du mois dernier, qui rejette le "mandat individuel" de l'Obamacare.
Le sondage Gallup a été effectué par des entretiens téléphoniques réalisés auprès de 25 072 adultes entre le 1er octobre et le 31 décembre 2017, la marge d'erreur est de 1%.

Xinhua

Le quota de l'Algérie pour la prochaine saison du hadj, "n'a pas été revu à la baisse et les négociations avec les autorités saoudiennes sont toujours en cours en vue d'obtenir 1000 passeports supplémentaires et bénéficier des quotas non exploités des autres pays", a affirmé mardi à Alger le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa.
Dans des déclarations en marge de la conférence de wilaya organisée à Dar El Imam (Mohammedia, Alger), sur les dangers de l'Internet, le ministre a précisé que le quota algérien n'a pas été revu à la baisse "comme l'affirment certaines rumeurs".
L'Algérie a demandé dans une récente correspondance aux autorités saoudiennes d'augmenter son quota à 41.000 hadjis, et la réponse a été "jusque là" négative, a indiqué M. Aissa ajoutant que dans les prochaines semaines, il sera possible de "parvenir" à un accord permettant à l'Algérie de "bénéficier des quotas des pays qui ne participeront pas ou ceux qui ne consommeront pas entièrement leurs quotas".
Le ministre a indiqué à ce propos que "l'Algérie ne peut pas attendre cette faveur" soulignant qu'il "a été ainsi convenu d'organiser le tirage-au-sort sur la base du quota de 36.000 hadjis.
S’agissant des raisons du refus par l’Arabie Saoudite d’accorder de nouveaux quotas, M. Aissa a précisé que cette dernière "n'établit pas les quotas des pays selon le nombre d'habitants mais en fonction des capacités d’accueil".
Il a indiqué que lors de ses entretiens avec le ministre saoudien du hadj, ce dernier avait dit que Mina n’est plus en mesure d’accueillir le nombre croissant des pèlerins et de ce fait, le royaume pense à construire des bâtiments sur les cimes des hauteurs de Mina et d’ériger des campements de deux étages, un projet qui sera concrétisé dans les prochaines années.
Pour ce qui est des frais du hadj pour cette année, M. Mohamed Aissa a indiqué qu'ils avoisineront les 50 millions de centimes, avec une augmentation de l’ordre de 5 %, imposée par l’Arabie Saoudite.
Concernant les frais d’hébergement, le ministre a qualifié le négociateur algérien de "performant", car il "a réussi" à faire baisser les frais de location des résidences à la Mecque de 70 rials saoudiens environ par rapport à l’année dernière.

APS

La zone touristique de Sousse-El Kantaoui a enregistré, au cours de l’année 2017, une augmentation de 20% du nombre d’entrées par rapport à 2016. Les hôtels à Sousse-ville et à El Kantaoui ont accueilli, entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année écoulée, plus de 941.000 touristes, contre 784.000 en 2016, selon les chiffres communiqués, mardi 16 janvier, par le commissaire régional au tourisme, Bassam Ouertani.
Le nombre de nuitées a cru de 26%, passant de 3,4 millions en 2016 à plus de 4 million en 2017.
Le tourisme local a représenté 12% du total (393.898 visiteurs tunisiens), alors que le nombre de touristes algériens a fait un bond de 56% (209.587 entrées). Malgré une baisse de 8,5%, le nombre de touristes russes s’est élevé à 131.486.
On note, également, une reprise remarquée des marchés classiques, notamment allemand (+49%, soit 35.923 touristes), français (+82%, 26.472 touristes) et belge (+500%, 10.682 touristes).

TAP

Le but de l’indépendance de Bank Al Maghrib (BAM) est de renforcer la crédibilité de la politique monétaire et d’immuniser la Banque centrale contre l’influence des lobbys ou des conflits d’intérêts lors de la prise de décision, a indiqué le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid.
S’exprimant au sujet du projet de loi relatif au statut de (BAM), le ministre a précisé que “le rôle de la Banque centrale est extrêmement important (…).

MAP

Le président du Parlement libanais a appelé mardi tous les pays islamiques à transférer leur ambassade à Jérusalem, a rapporté le quotidien IRAN DAILY.
"J'appelle tous les pays islamiques à transférer leur ambassade dans la ville sainte d'Al-Quds (Jérusalem) et à boycotter les marchandises israéliennes", a déclaré Nabih Berri lors de la 13ème session de l'Union parlementaire de l'Organisation de la Coopération islamique (OCI) dans la capitale iranienne, Téhéran.
Depuis que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, des Palestiniens manifestant contre la déclaration ont été tués et des milliers d'autres arrêtés, a rappelé M. Berri.
"Donc, j'insiste pour que nous, nations arabes et musulmanes, prenions une mesure rétrospective contre cette décision tellement scandaleuse", a-t-il souligné.
"Le plan américain de transfert de son ambassade est un grand défi pour nous car il s'agit d'une décision qui contredit toutes les conventions des Nations Unies", a poursuivi M. Berri.
En décembre dernier, M. Trump a annoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, et a demandé au département d'Etat de lancer le processus de transfert de son ambassade de Tel Aviv à la ville sainte.
Le ministère iranien des Affaires étrangères a fermement condamné la décision américaine, la qualifiant de "violation flagrante des résolutions internationales".

Xinhua

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.