Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Algérie Presse Service
  • mercredi 9 juillet 2014 20:40

Algérie-Le gouvernement renonce aux centrales hydroélectriques

La production des centrales hydroélectriques contribue très peu au bilan énergétique de l'Algérie

La décision de renoncer à produire de l'électricité à partir des barrages a été motivée  par le fait que le niveau de production des centrales hydroélectriques reste "insignifiant" contribuant très peu au bilan énergétique de l'Algérie.

 

 

Le gouvernement a décidé de fermer à terme les centrales hydroélectriques du pays et de consacrer les barrages produisant de l'électricité à l'irrigation et à l'alimentation de la population en eau potable, a appris l'APS mercredi auprès d'une source au ministère de l'Energie.

"Les besoins en eau de la population sont tellement grands que le gouvernement a décidé de ne plus recourir aux barrages pour produire de l'électricité", a souligné la même source.

Le gouvernement compte mobiliser toutes les ressources en eau superficielles du pays pour assurer une meilleure alimentation en eau potable de la population. A cet effet, il compte porter le nombre de barrages de 70 à 100.

La décision de renoncer à produire de l'électricité à partir des barrages a été motivée, selon la même source, par le fait que le niveau de production des centrales hydroélectriques reste "insignifiant" contribuant très peu au bilan énergétique de l'Algérie.

La production hydroélectrique insignifiante

La production de la filière hydraulique ne représente que 389,4 GWh des 28.950  GWh produits par SPE, la filiale de production d'électricité de Sonelgaz. L'essentiel de la production électrique, soit 18.723 GWh est assurée par le gaz, selon Sonelgaz.

Actuellement, seuls deux barrages produisent de l'électricité en Algérie. Il s'agit du Barrage d'Ighil Emda à Kherrata (Béjaïa) et du Barrage Erraguen à Jijel.

Le ministère des Ressources en eau a engagé les procédures nécessaires pour récupérer ces deux barrages afin de les consacrer à l'alimentation en eau et a l'irrigation agricole, ajoute-t-on de même source.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

 Changer les billets de banque comme en ce moment au Venezuela ? - 32.9%
 Proposer un taux de change favorable à ceux qui apportent leurs dinars non déclarés ? - 41.4%
 Interdire le paiement en liquide pour toute transaction supérieure à 500 000 dinars ? - 20.6%

Total votes: 1812

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

  L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

Le passage en force de 850 de migrants à Ceuta suscite des questions sur un "jeu marocain"

  Quelques semaines après la menace des autorités marocaines de ne plus contrôler les flux migratoire vers l'Union européenne, au moins 850 subsahariens, selon des secouristes et les autorités espagnoles, ont pénétré depuis vendredi dans l'espace européen depuis l’enclave espagnole de Ceuta.

FanZone.dz: les pages des ambassades plus fréquentées que celles des institutions culturelles

Dans le classement des institutions internationales, on découvre que les pages Facebook des ambassades sont plus fréquentées que institutions culturelles. Primauté aux visas et aux études?