Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   Karam Kara-Békir
  • samedi 20 septembre 2014 11:59

Le Maroc lance la construction d’une centrale thermique pour 2,6 milliards de dollars

D’une capacité de 1.386 MW la centrale de Safi devrait assurer à terme une production annuelle couvrant 25% de la demande nationale en électricité, à l’horizon 2018.

Le Maroc lance officiellement  la construction d’une centrale thermique à Safi (330 km au sud de Rabat) d’une capacité globale de 1.386 MW et qui devrait assurer à terme une production annuelle couvrant 25% de la demande nationale en électricité, à l’horizon 2018.

 

Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane a présidé mercredi la cérémonie de signature des documents relatifs aux contrats d’investissement de ce projet dont le coût global est estimé à 2,6 milliards de dollars, selon l’Agence MAP.

La centrale sera dotée de technologies de pointe, utilisées pour la première fois en Afrique et qui respectent les normes environnementales internationales de plus en plus strictes en matière d'utilisation de charbon propre et de contrôle des émissions. 

Le financement de ce projet sera assuré par un groupement de banques nationales et internationales du Japon, de France et de Grande-Bretagne, précise un communiqué du département du chef du gouvernement. La Banque japonaise financera le projet à hauteur de 900 millions de dollars alors que les banques internationales soutenues par le Japon contribueront à hauteur de 485 millions de dollars, ajoute la même source.

D’autres banques internationales investiront  quelque 100 millions de dollars, alors que les banques nationales  participeront à hauteur de  500 millions de dollars, la Banque islamique pour le développement (69 millions de dollars) et d'autres investisseurs (535 millions de dollars). 

Confiances des investisseurs étrangers

Cet investissement colossal « affirme la confiance des investisseurs internationaux dans l'économie nationale», a indiqué le ministre de l’Energie Abdelkader Amara.  «Le lancement de ces projets pilotes dans notre pays confirme une fois de plus la confiance dont jouit l'économie nationale, ainsi que l'environnement des affaires dans le Royaume auprès des financiers et des bailleurs de fonds étrangers», a-t-il souligné.

Selon lui, ce projet, dont les travaux de construction seront achevés dans la première moitié de 2018, aura un impact positif direct, au niveau national et local, sur la stabilité de dotation du pays en énergie électrique, ainsi qu'en termes de transfert de technologie et d'emploi.

 Des opportunités d'emploi estimées à 400 emplois directs et fixes et 700 emplois indirects seront créées pendant la phase d'exploitation, tandis que 3.200 postes de travail seront créées pendant la période de réalisation.  La réalisation d'un grand projet de ce genre «nous aidera à assurer la demande croissante d'énergie dans l'avenir et à faire face à son augmentation annuelle qui atteint jusqu'à 6%». a-t-il affirmé.

La construction et l'exploitation de la centrale seront assurées par la société marocaine Safi Energy Compagny (Safiec), détenue par le consortium Nareva Holding (Maroc), GDF Suez (France) et Mitsui&Co (Japon), retenu à l’issue d’un processus d’appel d’offres international.  


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le montant de la masse monétaire dans le circuit informel est surévalué, selon Ferhat Aït Ali (VIDEO)

Pour l'économiste Ferhat Aït Ali, le montant de la masse monétaire circulant dans les circuits informels ou thésaurisée est ''surévalué''. Au mieux, il ne s'agit que de 40 milliards de dinars, ''c'est ce que nous avons dans nos poches actuellement''.

Algérie-Emploi - "Les besoins du marché prennent l’ascenseur, les formations prennent l’escalier" - Mohamed Ali Deyahi (BIT) – Audio-

  Mohamed Ali Deyahi, Directeur Régional Afrique du Nord du Bureau International du Travail (BIT) a fait le constat ce mercredi  sur Radio M d’une évolution «préoccupante » du chômage des jeunes en Algérie qui atteint les 29% en 2017 contre 24% en 2016. La grande faille est dans l'écart entre le marché de l'emploi et la formation.

Tunisie: L'homme d’affaires Slim Riahi interdit de voyager (juge)

Une décision d’interdiction de voyage a été émise mardi par le juge d’instruction près le pôle judiciaire financier contre le président de l’Union patriotique libre (UPL) et homme d’affaires Slim Riahi, a annoncé mercredi le porte-parole du pôle financier, Sofiène Selliti.