Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Février 2017

  •   Selma Kasmi
  • mercredi 24 septembre 2014 09:09

Algérie-Deux grands projets de fabrication d'équipements industriels lancés prochainement (Sonelgaz)

Nouredine Bouterfa, PDG de Sonelgaz

L’Algérie prévoit la réalisation très prochainement de deux nouvelles usines dans le domaine des centrales électriques, a indiqué mardi à Alger le PDG de Sonelgaz, Nouredine Bouterfa.

 

Une sera destinée à la fabrication d’équipements industriels en renforcement du complexe industriel General Electric Algeria Turbine ( GEAT) de Batna et l’autre, une usine de fabrication de chaudières industrielles à Relizane, issue d’un partenariat entre l’entreprise nationale Chaudral et une entreprise étrangère, a précisé M. Bouterfa lors la cérémonie du lancement de l’initiative I.D.E.A de General Electric visant à promouvoir l’entreprenariat et la sous-traitance dans le domaine de l’électricité en Algérie.

L’entreprise étrangère qui composera cette joint-venture avec l’entreprise nationale Chaudral, n’a pas encore été désignée, a confié à Maghreb Emergent, M. Kinan Directeur du Développement industriel et d’intégration nationale à Sonelgaz, ajoutant que cette usine de fabrication de chaudières industrielles  évitera à l’Algérie de les importer dans un futur proche.

Une capacité de production de 2.000 MW

Le complexe électrique et industriel de Batna, dont la capacité de production annuelle sera de 2.000 megawatts,  sera composée de quatre usine : une pour la fabrication de turbines à gaz d’une capacité de 100 à 300 mégawatts, « l’unique en Afrique et a Moyen Orient de cette envergure », selon M Kinan.  Une deuxième usine sera dédiée à la fabrication de turbines à vapeur  de 100 à 150, une autre usine de fabrication des alternateurs électrique associés à des turbines à gaz et à vapeur , puis une quatrième usine dédiée au contrôle de commande destinée  beaucoup plus à l’industrie des particuliers. « On peut fabriquer un groupe de puissance dont la capacité peut aller de 450 à 600 mégawatts par ligne d’arbre », précise notre interlocuteur.

« Tous ces projets permettront l’intégration d’autres entreprises du secteur privé et public, chose qui permettra à nos entreprise d’intégrer la chaine d’approvisionnement mondiale de General Electric », soutient  M Bouterfa.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Colère à la faculté des sciences politiques "Alger 3" : les enseignants décident une grève de 3 jours

Victimes jeudi dernier d'une attaque violente menée par des étudiants présumés, les enseignants de la faculté des sciences politiques de l'université "Alger 3" qui mettent en cause le recteur ont décidé d'un mouvement de grève de trois jours à partir du lundi 20 février 2017.

Air Algérie se "porte mal sur le plan financier ... tout doit être visible" - Boudjemaa Talai

La gestion d'Air Algérie, qui fait face à des problèmes d'organisation, doit être "transparente", a déclaré dimanche à Alger le ministre des Travaux publics et des transports, Boudjemaa Talai, soulignant que l'entreprise "se porte mal" sur le plan financier.

Visite d’Angela Merkel à Alger : La coopération économique aurait été bien meilleure sans la règle du 51/49% (Opinion)

   Mme Angela Merkel sera en visite demain à Alger. Les aspects sécuritaires - notamment la question des clandestins en Allemagne - seront au menu. Mais quid de la relation économique? Le Pr Mebtoul fait un tour d'horizon et explique la règle du 51/49% appliqués aux IDE est dissuasive pour les PME qui "colonne vertébrale de l’économie allemande".