Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Boualem Alami
  • jeudi 16 juillet 2015 17:09

Maroc- Hausse de la production d'électricité du secteur privé au 1er semestre 2015

La production électrique marque des points au Maroc, où le secteur privé a augmenté sa contribution à 22,6%.

 

Dans une note de conjoncture datée de juillet 2015, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a annoncé une hausse de la production électrique de 6% à fin mai dernier, après une consolidation de 5,6 % un an auparavant. L'évolution de la production de l'énergie électrique au Maroc a été soutenue par celle des fournisseurs privés (+22,6%). Par contre, la production de l'Office nationale de l'ONEE s'est établie en recul de 16,1%, ajoute la DEPF dans sa note de conjoncture pour le mois de juillet 2015. Par ailleurs, la consommation d’électricité a augmenté de 1,1% en une année, recouvrant une hausse de la consommation de l'énergie de très haute, haute et moyenne tension de 0,5% et de celle de basse tension de 3,5%, souligne la DEPF.

Recul des échanges avec l'Algérie et l'Espagne

Quant aux flux des échanges d'énergie électrique avec l'Algérie et l'Espagne, (importations-exportations), ils ont reculé de 14,8% à fin mai 2015, sur le sillage de la baisse du volume des importations de l'énergie électrique. Cette baisse s'est établie à 14,3% après une hausse de 11,7% enregistrée en mai 2014. À fin 2014, la puissance totale installée du parc de production électrique de l'Office s'élève à 7 994 MW, contre 7 342,2 MW en 2013. Environ 32% de la puissance installée est de source renouvelable, alors que la production marocaine du secteur privé s'est établie à 137,204 GWh en 2014 contre 110,9 GWh en 2013. La production est assurée notamment par des centrales à cycle combiné, thermique diesel et de turbines à gaz. Quant à l'activité de raffinage, elle a poursuivi son recul depuis le début de l'année, mais en rythme décéléré d'un mois à l'autre, affichant une baisse de 34,8% à fin mai 2015 à près de 2,1 millions de tonnes, après un retrait de 45% au terme du premier trimestre de la même année et une hausse de 28,4 % un an auparavant.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.

Algérie: Net recul du déficit commercial sur les sept premiers mois de 2017

  Le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards de dollars sur les sept (7) premiers mois de 2017 contre un déficit de 10,61 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,44 milliards de dollars correspondant à une chute du déficit de 42%, a appris l'APS auprès des Douanes.