Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Boualem Alami
  • jeudi 16 juillet 2015 17:09

Maroc- Hausse de la production d'électricité du secteur privé au 1er semestre 2015

La production électrique marque des points au Maroc, où le secteur privé a augmenté sa contribution à 22,6%.

 

Dans une note de conjoncture datée de juillet 2015, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a annoncé une hausse de la production électrique de 6% à fin mai dernier, après une consolidation de 5,6 % un an auparavant. L'évolution de la production de l'énergie électrique au Maroc a été soutenue par celle des fournisseurs privés (+22,6%). Par contre, la production de l'Office nationale de l'ONEE s'est établie en recul de 16,1%, ajoute la DEPF dans sa note de conjoncture pour le mois de juillet 2015. Par ailleurs, la consommation d’électricité a augmenté de 1,1% en une année, recouvrant une hausse de la consommation de l'énergie de très haute, haute et moyenne tension de 0,5% et de celle de basse tension de 3,5%, souligne la DEPF.

Recul des échanges avec l'Algérie et l'Espagne

Quant aux flux des échanges d'énergie électrique avec l'Algérie et l'Espagne, (importations-exportations), ils ont reculé de 14,8% à fin mai 2015, sur le sillage de la baisse du volume des importations de l'énergie électrique. Cette baisse s'est établie à 14,3% après une hausse de 11,7% enregistrée en mai 2014. À fin 2014, la puissance totale installée du parc de production électrique de l'Office s'élève à 7 994 MW, contre 7 342,2 MW en 2013. Environ 32% de la puissance installée est de source renouvelable, alors que la production marocaine du secteur privé s'est établie à 137,204 GWh en 2014 contre 110,9 GWh en 2013. La production est assurée notamment par des centrales à cycle combiné, thermique diesel et de turbines à gaz. Quant à l'activité de raffinage, elle a poursuivi son recul depuis le début de l'année, mais en rythme décéléré d'un mois à l'autre, affichant une baisse de 34,8% à fin mai 2015 à près de 2,1 millions de tonnes, après un retrait de 45% au terme du premier trimestre de la même année et une hausse de 28,4 % un an auparavant.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le docteur Kamel-Eddine Fekhar décidé à poursuivre sa grève de la faim (Avocat)

En détention préventive depuis 18 mois, le militant des droits Mozabites a été hospitalisé après 18 jours de grève de la faim.

La défaillance des livraisons de gaz algérien à la France « n’inquiète pas » Nourredine Bouterfa

Gaz naturel, gaz liquéfié, Sonatrach, GRTgaz, Noureddine Bouterfa, Fos sur Mer, GRTgaz, Tiguentourine, Eni, La réponse officielle algérienne à l’interpellation française sur « les ruptures d’approvisionnement » en gaz naturel ne va pas calmer une polémique naissante.

Les Marocaines se mobilisent contre la violence sexuelle

Le suicide d'une jeune fille victime d'un viol collectif a sonné la mobilisation des organisations féménines. Elles demandent la révision de la loi 13/103 relative à la lutte contre la violence faite aux femmes.