Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 15 février 2016 15:56

Sonelgaz envisage de recourir aux marchés internationaux pour financer ses investissements


Le Groupe Sonelgaz compte recourir aux marchés financiers internationaux pour financer ses programmes d'investissements, a indiqué, lundi à Alger, le P-dg de cette société publique, Noureddine Bouterfa, en précisant qu'il s'agit d'une "mesure d'urgence".


"Le problème de Sonelgaz à court terme est de trouver une solution à un gap de 1.100 milliards de DA. Il s'agit d'une mesure d'urgence, car si nous n'aurons pas cette somme, nous ne pourrons pas finaliser notre programme d'investissements d'ici 2018. Ce qui fait qu'on envisage de recourir au marché international pour pouvoir assurer la réalisation de nos investissements", a souligné M. Bouterfa lors du Forum du journal El Moudjahid.
Selon lui, la récente révision de la tarification de la consommation de l'électricité et de gaz, applicable à partir de 2016, permettra de récupérer à peine 25 milliards DA de plus annuellement, soit 75 milliards DA supplémentaires au bout de 3 ans, tandis que l'emprunt obligataire national ne peut assurer à Sonelgaz plus de 30 milliards DA.
En conséquence, a-t-il poursuivi, il reste 1.000 milliards DA que le groupe Sonelgaz doit mobiliser pour faire aboutir ses programmes d'investissements.
A ce propos, il a fait savoir qu'un groupe de travail avait déjà été installé pour étudier l'éventualité d'un recours aux marchés financiers internationaux, mais qui doit avoir l'aval des pouvoirs publics.

L'augmentation des des tarifs d'électricité et du gaz envisagé

Par ailleurs, le même responsable n'a pas écarté d'autres augmentations des tarifs d'électricité et du gaz afin d'assurer l'équilibre financier de son groupe.
"En 2015, le gap était de 180 milliards de DA. Donc, si l'on veut rattraper ce retard rapidement, soit l'Etat doit accompagner Sonelgaz, soit on doit doubler les tarifs pour pérenniser le service au profit du citoyen", a-t-il avancé.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • @hox, tu oublies la garantie de l'Etat. En faite, cela va être un emprunt de l'Etat Algérien déguisé en emprunt corporate...

    Rapporter Truc mardi 16 février 2016 23:37
  • Ils vont trouver NNA ZOHRA pour leur prêter à l'international.
    Ils veulent emprunter un montant égal à 5 fois leur chiffre d'affaire alors qu'ils sont déjà endettés à raison de deux fois leur CA pour un résultat opérationnel insuffisant.
    Qui va prêter à cette entreprise sans les obliger à être rentable ?
    Aller aux bailleurs de fonds internationaux voudra dire l'application de vérité des prix, ce que n'accepteront jamais nos protecteurs aux gouvernement.

    Rapporter hox mardi 16 février 2016 18:30
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».