Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 15 février 2016 15:56

Sonelgaz envisage de recourir aux marchés internationaux pour financer ses investissements


Le Groupe Sonelgaz compte recourir aux marchés financiers internationaux pour financer ses programmes d'investissements, a indiqué, lundi à Alger, le P-dg de cette société publique, Noureddine Bouterfa, en précisant qu'il s'agit d'une "mesure d'urgence".


"Le problème de Sonelgaz à court terme est de trouver une solution à un gap de 1.100 milliards de DA. Il s'agit d'une mesure d'urgence, car si nous n'aurons pas cette somme, nous ne pourrons pas finaliser notre programme d'investissements d'ici 2018. Ce qui fait qu'on envisage de recourir au marché international pour pouvoir assurer la réalisation de nos investissements", a souligné M. Bouterfa lors du Forum du journal El Moudjahid.
Selon lui, la récente révision de la tarification de la consommation de l'électricité et de gaz, applicable à partir de 2016, permettra de récupérer à peine 25 milliards DA de plus annuellement, soit 75 milliards DA supplémentaires au bout de 3 ans, tandis que l'emprunt obligataire national ne peut assurer à Sonelgaz plus de 30 milliards DA.
En conséquence, a-t-il poursuivi, il reste 1.000 milliards DA que le groupe Sonelgaz doit mobiliser pour faire aboutir ses programmes d'investissements.
A ce propos, il a fait savoir qu'un groupe de travail avait déjà été installé pour étudier l'éventualité d'un recours aux marchés financiers internationaux, mais qui doit avoir l'aval des pouvoirs publics.

L'augmentation des des tarifs d'électricité et du gaz envisagé

Par ailleurs, le même responsable n'a pas écarté d'autres augmentations des tarifs d'électricité et du gaz afin d'assurer l'équilibre financier de son groupe.
"En 2015, le gap était de 180 milliards de DA. Donc, si l'on veut rattraper ce retard rapidement, soit l'Etat doit accompagner Sonelgaz, soit on doit doubler les tarifs pour pérenniser le service au profit du citoyen", a-t-il avancé.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • @hox, tu oublies la garantie de l'Etat. En faite, cela va être un emprunt de l'Etat Algérien déguisé en emprunt corporate...

    Rapporter Truc mardi 16 février 2016 23:37
  • Ils vont trouver NNA ZOHRA pour leur prêter à l'international.
    Ils veulent emprunter un montant égal à 5 fois leur chiffre d'affaire alors qu'ils sont déjà endettés à raison de deux fois leur CA pour un résultat opérationnel insuffisant.
    Qui va prêter à cette entreprise sans les obliger à être rentable ?
    Aller aux bailleurs de fonds internationaux voudra dire l'application de vérité des prix, ce que n'accepteront jamais nos protecteurs aux gouvernement.

    Rapporter hox mardi 16 février 2016 18:30
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.