Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

Algérie:La BAD compte participer au financement des investissements de Sonelgaz

Boubacar Sidiki Traore, représentant résidant de la BAD à Alger (dr)

La Banque africaine de développement (BAD) compte participer au financement des investissements de la Société nationale de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) dès l'année en cours, en réponse "à une requête du gouvernement algérien", a indiqué jeudi le Représentant résidant de cette banque régionale à Alger, Boubacar Sidiki Traore.

 


"Nous avons été approchés par les autorités algériennes pour prendre contact avec Sonelgaz et jeter un coup d'oeil sur son programme d'investissements. J'ai effectivement rencontré la semaine dernière les plus hautes autorités de Sonelgaz qui m'ont présenté le programme d'investissements de la compagnie sur les dix prochaines années (2017-2027)", a affirmé M. Traore lors d'une conférence de presse organisée au siège de la représentation de la BAD à Alger.


Ce programme d'investissements, avoisinant les 50 milliards de dollars et répartis sur 10 ans à raison de 5 milliards de dollars par an en moyenne, tel que l'avait annoncé Sonelgaz, "intéresse la BAD", selon lui. Soutenant que la BAD est "très intéressée" pour appuyer la réalisation d'un tel programme, M. Traore a tenu à observer que ces investissements de Sonelgaz avaient non seulement une "vision algérienne" mais qu'ils comportaient également une "vision d'intégration africaine".


"Nous comptons financer des projets dans le secteur de l'énergie en Algérie avant la fin de l'année en cours, des financements qui devraient se poursuivre l'année prochaine et durant les années suivantes", a-t-il avancé. A ce propos, il a fait savoir que cette banque régionale était actuellement "dans une position d'écoute" et qu'elle comptait consulter ses équipes pour étudier ce dossier, en faisant remarquer que le dernier mot reviendra au gouvernement algérien.


Selon lui, la BAD a également été sollicitée par les autorités algériennes pour accompagner le plan d'investissements de la Sonatrach, tout en ajoutant que cette institution financière africaine n'avaiet pas encore eu de rapport direct avec les responsables de la compagnie pétrolière nationale.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.