Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • vendredi 15 septembre 2017 09:16

Electricité : La Tunisie relance le projet solaire de 4500 MW pour alimenter l'Europe

Les choses se précisent pour la centrale solaire de Rjim Maâtoug, dans le gouvernorat de Kébili. Ce projet de production de 4500 mégawatts d’électricité destinée à l’export a été relancé après une « pause » de plusieurs années.

 

Initié par la société britannique "Nur Energie", spécialisée en énergies renouvelables, le projet de  construire, à Rjim Maâtoug (gouvernorat de Kébili), d’une centrale de production de l’électricité à partir de l’énergie solaire d’une capacité de production de 4500 mégawatts d’électricité destinée à l’export est relancé.

Des experts britanniques et tunisiens vont prospecter le site de ce projet qui va s’étaler sur une superficie de 25 mille hectares, dès la semaine prochaine. Les études de faisabilité se poursuivront sur une année et le démarrage des travaux est prévu début 2019, a indiqué jeudi Daniel Ritch, coordinateur technique de la société Nur Energie dont les propos ont été rapportés par la TAP.

Pour ce responsable, la centrale solaire de Rjim Maâtoug sera la plus grande au monde. Le projet, dont le coût global atteindra environ 20 milliards d'euros, permettra de fournir près de 20 mille emplois dont 1500 directs et de faire participer pas moins de 700 entreprises aux travaux d’aménagement, a souligné M. Ritch.

Le plus grand exportateur d'énergie solaire dans la région ?

Le projet sera réalisé en trois étapes : la construction d'une centrale solaire thermodynamique (CSP) à Rjim Maâtoug, le raccordement de la centrale principale à des stations à Gabès et Menzel Jemil (Bizerte) et l'installation d’une ligne électrique terrestre et maritime pour relier la centrale du Sahara tunisien au réseau européen d'électricité. La transmission de l'énergie électrique sera assurée via 3 câbles sous-marins de haute tension vers Malte, l'Italie, et la France, jusqu’en Grande-Bretagne.

Les promoteurs du projet se sont dit prêts à faire bénéficier, la Tunisie, gratuitement, d'une partie de la production d'électricité du projet qui lui apportera des gains d’une valeur de pas moins de 300 MD par an et fera de la Tunisie le plus grand exportateur d'énergie solaire dans la région.

L’idée de ce projet, dénommé "TuNur", a été proposée par la société britannique "Nur Energie" depuis 2012 lorsqu’elle avait déposé une demande d’autorisation auprès du ministère de l’Énergie mais depuis aucune avancée n’a été enregistrée. Les discussions autour de ce projet ont été reprises au mois de mars dernier.

Début août, une demande d'autorisation pour l'installation de cette centrale solaire avait été soumise au ministère de l'Energie, des Mines et des Energies Renouvelables. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • d'accord avec Mr Ait Ali ; le dossier ne tient pas la route pour entre autres les questions d'interruption de l'approvisionnement des clients pour toute raison geopolitique ,technique ect ,

    Rapporter nono dimanche 17 septembre 2017 08:53
  • D'après mes premières recherches, ce dossier ressemble étrangement à celui des vaches d'el Bayadh, et quand je dis ressemble, ce n'est pas qu'une impression, mais des indices probant de la présences de certaines connections qui me paraissent plus qu’évidentes, manifestement même nos voisins tunisiens habituellement très perspicaces, ont été touchés par le virus des faux projets.

    Rapporter Ferhat Ait Ali vendredi 15 septembre 2017 13:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».