Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 15 novembre 2017 14:04

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache (Audio-vidéo)

« Les sociétés de distribution s’attendent depuis longtemps à une augmentation des tarifs afin de pouvoir remplir leurs obligations aussi bien en termes d’investissement qu’en termes de charges d’exploitation ».

 

Une nouvelle augmentation des tarifs d’électricité et du gaz n’est pas impossible en 2018, et ce malgré le fait qu’elle n’ait pas été proposée par le projet de loi de finances pour l’année prochaine. Cette affirmation a été faite, hier sur Radio M, par Abdelaali Badache, ancien président de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG).

« Nous n’avons pas besoin d’une loi de finances pour augmenter les tarifs d’électricité et du gaz, étant donné que la réévaluation des tarifs obéit à un cadre réglementaire qui existe déjà », a expliqué l’invité de Radio M. Il a rappelé, à ce propos, l’existence d’une loi sur l’électricité et la distribution du gaz par canalisation depuis 2002.

Cette loi donne à la Creg, a-t-il ajouté, la possibilité  de décider d’une augmentation des tarifs sur la base de demandes susceptibles d’être formulées par les différentes sociétés de distribution d’électricité et de gaz. « Il est donc tout à fait possible qu’une nouvelle augmentation des tarifs soit décidée au cours de l’année 2018 », a-t-il expliqué.

Il a signalé, dans ce contexte, que « les sociétés de distribution s’attendent depuis longtemps à une augmentation des tarifs afin de pouvoir remplir leurs obligations aussi bien en termes d’investissement qu’en termes de charges d’exploitation ».

Extrait vidéo :

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Mr Badache
    C'est un comportement d'un représentant de l'unique société de distribution. Le débat doit être plus haut que la simple augmentation tarifaire ( énergie renouvelable, nouvelle, etc....)
    Qu'avez-vous fait pendant votre décennie ?
    La loi date de 2002. Voilà 15 ans et les concessions sont aux mains de l'opérateur historique Sonelgaz.

    Rapporter L. Moussaoui samedi 18 novembre 2017 14:57
  • C'est tellement facile de penser à augmenter les tarifs. Il me semble qu'il faille commencer par baisser le taux de perte et le recouvrement des créances qui jusqu'à aujourd'hui demeurent une mission impossible. Ce n'est pas les tarifs qui posent problème, mais c'est plutôt les styles de management et l'instabilité dans l'organisation du groupe. La loi de 2002, serait-elle morte...?

    Rapporter GUIMRI jeudi 16 novembre 2017 22:22
  • Monsieur BADACHE semble ignorer qu'il n'ya qu'une seule société de distribution , SDA n'étant qu'une filiae de cette unique Société, ce qui constitue un pied de nez flagrant à la loi de l'électricité de 2002
    Cette loi, violée à plusieurs reprises et même promise à une profonde réforme ne peut plus, juridiquement constituer une assise pour imposer une quelconque augmentation de l'électricité sans l'aval du gouvernement. Il va de soi que Badache n'est pas ce qu'il y a de plus compétent en la matiére contrairement à ce qu'invoque El Kadi Ihsane, il me smble beaucoup plus urgent de se poser la question du maintien à la tête de la CREG d'une autre calamité en l'occurrence M. Choual qui doit être relevé rapidement pour espérer une révision de la loi sur l'aéléctricite de février 2002 et ouvrir au plus vite le secteur (notamment la production et la distribution ) aux investisseurs privés

    Rapporter Réda mercredi 15 novembre 2017 16:58
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.