Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 22 novembre 2017 13:54

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.

 

« Le décret adopté en mars dernier pour fixer les modalités de l’appel d’offres en rapport avec le projet de production de 4000 MW d’énergie électrique à partir du solaire est illégal », a affirmé, Abdelaali Badache, ancien président de la Creg (commission de régulation de l’électricité et du gaz), lors de son dernier passage sur Radio M.

D’après lui, ce décret est contraire à la loi 02-01 de février 2002 relative à l'électricité et à la distribution du gaz par canalisation et qui confère, dans son article 26, le pouvoir de lancer une consultation de ce genre à la Creg. Pour lui, c’est précisément cette organisme qui est supposé mener cette opération est non pas le ministère comme cela été fait le printemps dernier. Le ministère, pour rappel, avait annoncé son intention de lancer l’appel d’offres national et international relatif à ce grand projet fin janvier 2017. En mars dernier, après un retard de trois mois, et l’adoption du décret, l’on s’attendait à ce que l’appel d’offres soit lancé mais rien n’a été fait. Aucune explication n’a été donnée jusqu’à présent à ce nouveau retard.

M. Badache a critiqué, en outre, le fait que Sonatrach et Sonelgaz aient été désignées de fait par le ministère de l’Energie pour participer au projet aux côtés des firmes internationales susceptibles de répondre à l’appel d’offres. Une attitude en contradiction avec le devoir d’impartialité que devait respecter la tutelle.

M. Badache a rappelé, d’autre part, que l’option de l’appel d’offres devait remplacer celle du prix d’achat garantie par l’Etat aux futurs producteurs, même si celle-ci avait bien avancée. « A présent, les investisseurs internationaux ne savent pas comment s’y prendre car si l’option du prix d’achat garantie n’est plus valable celle de l’appel d’offres n’a pas encore été mise en application », dira-t-il.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.