Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • jeudi 15 mars 2018 13:45

Algérie : Guitouni pousse un coup de gueule contre le gaspillage d’énergie par les collectivités locales

 

D’après le ministre de l’Energie, les collectivités locales sont en mesure de réduire de 30% leur facture d’électricité.

« Pourquoi on s’en fout » de l’économie d’énergie ? Ce reproche a été fait, ce matin, à l’adresse des collectivités locales par le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni. Ce dernier a interrompu le déroulement de la conférence dédiée à l’efficacité énergétique dans les collectivités locales, organisée à l’hôtel Aurassi, pour exprimer son mécontentement quant à l’attitude de certaines communes, notamment. Le ton haut, le ministre a critiqué la « légèreté» avec laquelle est géré le dossier de l’énergie au niveau des collectivités locales, pointant un gaspillage intolérable au niveau des locaux des communes mais surtout au niveau  de l’éclairage public.

« Pourquoi laisse-t-on la lumière allumée dans les locaux administratifs alors qu’on n’en a pas besoin ? », s’est également interrogé le ministre qui n’a pas épargné, non plus, la Sonelgaz. « Nous sommes le seul pays où les travaux de maintenance des lampes du réseau d’éclairage public  se fait en plein jour. C’est du gaspillage », a-t-il martelé.

« L’éclairage public représente 40% de la consommation électrique nationale », a signalé le ministre en attirant l’attention sur le fait que certaines méthodes permettant de réduire la consommation électrique ne sont pas adoptées. Il parlera, à ce propos, de la nécessité de remplacer les cellules électriques des lampes d’éclairage public par des horloges. « Les lampes équipées de cellules électriques s’allument dès que le ciel s’assombrit, ce qui génère du gaspillage », a-t-il dit, faisant remarquer que le remplacement desdites cellules « nous permettra d’économiser 30% sur la facture d’électricité ». Il a rappelé que « l’Algérie produit de l’électricité à partir du gaz et que le gaz économisé est susceptible d’être exporté ».

Quelques minutes après le coup de gueule du ministre, les interrogations qu’il a formulées ont, en partie, trouvé une réponse dans l’intervention de la sous-directrice du ministère de l’Intérieur, Nahla Kheddache qui a évoqué la propension des maires à vouloir lancer des projets de courts termes en raison de la durée limitée de leurs mandats. Des projets avec un retour sur investissement dans une période s’étalant de trois à cinq ans, selon l’intervenante. Le désintérêt témoigné aux chantiers  relatifs à la rationalisation de l’énergie pourrait s’expliquer par la durée relativement longue de leur réalisation.

De son côté, Kamel Dali, directeur de projets au niveau de l’APRUE (Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie), a assuré que les collectivités locales devaient non seulement sensibiliser la population quant à la rationalisation de l’énergie mais qu’elles étaient également dans l’obligation d’en donner l’exemple. Evoquant lui aussi la question de l’éclairage public, M. Dali a annoncé le remplacement, durant l’année en cours, de 300.000 lampes à mercure et à sodium du réseau d’éclairage public par des lampes LED, plus économiques, facile à entretenir et jouissant surtout d’une plus longue durée de vie plus.

D’après le représentant de l’APRUE, le réseau national d’éclairage compte cinq millions de points lumineux, ce qui donne une idée sur le grand travail qui reste à faire. Il s’avère, toutefois, que le chiffre avancé par la sous-directrice du ministère de l’Intérieur soit moins élevé que celui donné par le représentant de l’APRUE. Mme Kheddache a parlé, en effet, de deux à trois millions de points lumineux et non pas de cinq millions. Une question qui mérite, semble-t-il, que l’on y apporte un meilleur éclairage.

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Les ministres de l'énergie et de l'industrie doivent se concerter sur les énergies nouvelles (panneaux solaires)notamment à ériger dans les nouvelles constructions étatiques et privés,
    *L'Algérie pays ou l'ensoleillement est de + de 300 jours ,on délaisse cette énergie "gratos" et au lieu d'équiper les foyers dans les montagnes et les lointaines contrées par le gaz qui ne suffira pas à satisfaire la population d'ici une dizaine d'années,(on pense dans l'immédiat pour avoir la paix sociale et par démagogie ,on fait une mise en scène pour montrer que l'ETAT satisfait son peuple)
    Aussi la généralisation de ce type de chauffage dans tous les foyers mettra les contrats gaziers avec l'Europe et autres clients en danger,SONATRACH ne pourra plus satisfaire et ses citoyens et ses clients!
    Donc,le solaire est l'énergie à mettre de suite en vogue ou une centrale nucléaire type:EPR,afin de palier préventivement aux ruptures des puits gaziers de HASSI RMEL.
    *Nous prenons beaucoup de retard dans tous les domaines ,et ces lenteurs ne font qu'accentuer le sous développement du pays.
    *les hommes d'affaires algériens sont en possession de sommes colossales ,les pousser à investir dans ce secteur avec en prime le non-paiement d'impôts pendant dix ans.
    L'Inde est en progression dans ce domaine du solaire ,allez messieurs les Ministres faire un voyage ,diagnostiquer et faire check-up dans ce sens.

    Rapporter Bendiab jeudi 15 mars 2018 15:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.