Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Nabil Mansouri
  • jeudi 10 mai 2018 10:17

Algérie: L’éclairage public coûte 10 milliards de dinars par an aux collectivités locales

 

Selon la même intervenante, les écoles et les crèches totalisent 34% de la consommation de l’énergie électrique au niveau des communes.

 

Les collectivités locales paient chaque année 10 milliards de dinars pour l’éclairage public.  C’est ce qu’a révélé la représentante du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, chargée des projets des énergies renouvelables, Nahla Keddache, au cours d’une rencontre organisée, mercredi, par le Club Energia du FCE.  

Cette facture « élevée » est liée principalement, selon la représentante du ministère,  à la nature des lampes utilisées sur le réseau d’éclairage public, qui en compte 3 millions, en tout. Sur ce réseau, 36% du parc est composé de lampes à mercure, qui sont énergivores au moment où 62 % sont des lampes à sodium et seulement 2% sont des lampes LED et enfin, 0,42% sont des lampes faisant partie d’un dispositif photovoltaïque.

Selon la même intervenante, les écoles et les crèches totalisent 34% de la consommation de l’énergie électrique au niveau des communes, viennent, ensuite,  les mosquées avec 22% et les infrastructures administratives avec 20% de la consommation électrique globale des communes.

Cette forte consommation d’énergie électrique alourdit les budgets des communes qui se retrouvent avec d’importantes factures impayées auprès de la société de distribution électrique (Sonelgaz). A ce jour, les dettes des communes à l’entreprise publique s’élèvent à 5 milliards de dinars. « Si cette situation n’est pas prise en charge, elle risque de s’aggraver, car nous réceptionnons chaque année de nouvelles infrastructures qui représentent des charges supplémentaires à inscrire aux budgets locaux », a fait remarquer Mme Keddache.

Elle a indiqué, en outre, que le manque d’informations sur la réglementation en vigueur dans le domaine de l’efficacité énergétique, ainsi que l’absence de procédures pour développer des projets dans les énergies renouvelables, font qu’il n’y a pas de maîtrise de la consommation énergétique au niveau des collectivités locales.  « On réalise régulièrement  de  projets d’écoles et d’infrastructures routières, mais on a à toujours l’impression que les projets relatifs aux énergies renouvelables sont difficiles à réaliser à cause de leurs coûts élevés et de la technicité que de tels projets impliquent », a-t-elle fait savoir.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...