Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé vendredi la coalition menée par les Etats-Unis de n'avoir pas combattu les terroristes du Front al-Nosra qui, pour Moscou, représentent le principal obstacle à la réalisation d'un cessez-le-feu en Syrie.
"Le Front al-Nosra n'est pas pris pour cible. Nous ne disposons d'aucun élément indiquant que la coalition sous commandement américain considère le Front al-Nosra comme une cible de sa campagne militaire", a déclaré M. Lavrov, cité par l'agence de presse russe Sputnik.
Assiégés par les forces régulières et leurs alliés dans leur fief de la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas, la capitale syrienne, les combattants du Front al-Nosra ont utilisé des civils comme boucliers humains pour accuser le gouvernement syrien et ses alliés de tuer des civils, a affirmé M. Lavrov lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue ouzbek, Abdoulaziz Kamilov.
Le chef de la diplomatie russe a tenu ces propos alors que des médias ont rapporté que de nombreux civils avaient été tués ou blessés et des hôpitaux pris pour cible au cours des récents bombardements dans la Ghouta orientale. Préoccupés par cette nouvelle escalade, des pays ont appelé à la mise en place d'un cessez-le-feu humanitaire de 30 jours sur tout le territoire syrien afin de permettre l'acheminement de l'aide médicale et d'évacuer les civils.

Xinhua

Des milliers de personnes ont accompagné vendredi après-midi à sa dernière demeure, au cimetière de la ville de Tazmalt, à 80 km à l’ouest de Bejaia, le moudjahid Hamou Amirouche, ancien secrétaire particulier du colonel Amirouche, commandant de la wilaya III historique, décédé mardi dernier dans la ville de San-Diégo (USA).
Des membres de sa famille, ses amis, ses frères d’armes et surtout une foule anonyme, jamais rassemblé à Tazmalt ont assisté à ses funérailles dans le calme et la dignité mais dans une émotion prégnante.
Tous gardent de lui, le souvenir de la grandeur et de l’humilité, selon le président de l’APC de l’Akfadou, le patriote et le citoyen du monde, selon son compagnon de route, Azzi Abdelmadjid.
L’exposition de sa dépouille, dans le hall de la mairie a donné lieu à des dizaines de témoignages publics, tous lui rendant hommage pour son parcours de combattant vaillant, ses succès universitaires exemplaires, et surtout sa dimension humaine ne s’étant, malgré l’éloignement jamais coupé de son milieu originel, apportant aide et confort à tours ce qui le sollicitait.
"Souvent, il nous rendait visite et il était tout fier de nous associer à ses activités intellectuelles, notamment ses conférences. Sa dernière apparition a eu lieu à Seddouk le 20 mai 2017 où il en a profité pour faire une vente dédicace de son livre sur le colonel Amirouche", a rapporté un des habitants de l’agglomération, ému et admiratif autant de la grandeur de l’homme que de sa simplicité.
Nourredine Ait-Hamouda, fils du colonel Amirouche, Tarik Mira, fils du commandant Abderahmane Mira, très émus, n’ont pas été en reste, en contant l’homme et sa bravoure au PC de la wilaya III, dans l’Akfadou. C’est l’exemple même de l’incarnation de la révolution, opinera au micro Tarik Mira. Trois heures durant, les témoignages n’ont eu de cesse jusqu’à la levée du corps et son acheminement à la mosquée puis au cimetière où il a été inhumé dans une émoi saisissant.
Né à Tazmalt, en 1937, d’une famille de militants PPA/MTLD, a fait ses études primaires dans sa ville natale, avant d’obtenir son entrée en 6ème au collège technique de Bougie, ouvert alors quasi-exclusivement aux fils de colons. Il était brillant mais n’a pu poursuivre à cause des harcèlements qu’il subissait puis du déclenchement de la guerre de libération. En mai 1956, il s’affirma comme une figure des événements éponymes, coïncidant avec l’abandon des cartables par les étudiants et leur montée massive aux maquis, à l’appel du FLN. En 1957-1958, il devint le secrétaire particulier du colonel Amirouche, avant de rejoindre sous ses ordres Tunis, pour organiser sur place le foyer des étudiants et poursuivre ses études secondaires.
A l’indépendance, il est envoyé aux USA, où il entreprit des études universitaires, couronnées d’une licence en économie politique et d’un DEA en sociologie avant de revenir au pays ou il a occupé un haut rang dans un cabinet ministériel (1967-1974) puis celui de PDG, d’une entreprise algéro-britannique (1974-1978). A sa retraite, il a rejoint sa famille aux états unis, où il entama une carrière d’enseignant-chercheur.

APS

 

Le département d'Etat des Etats-Unis a annoncé vendredi que Washington prévoyait d'ouvrir l'ambassade d'Israël à Jérusalem le 14 mai, soulevant un tollé dans le monde arabo-musulman.
Cet ambassade sera localisée dans un premier temps dans le quartier d'Arnona, dans un bâtiment qui assure les fonctions consulaires du Consulat général des Etats-Unis à Jérusalem, a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert, dans un communiqué.
Une annexe de l'ambassade sera ouverte d'ici fin 2019 dans le complexe d'Arnona, a-t-elle ajouté.
Si le ministre israélien des Transports et des Renseignements, Yisrael Katz, s'est réjoui de cette nouvelle sur Twitter vendredi, cette décision a en revanche été vivement critiquée dans le monde, en particulier dans les pays arabes et musulmans.
"C'est inacceptable. Aucune décision unilatérale n'accordera la légitimité à qui que ce soit : elle deviendra un obstacle à tous les effort de paix dans la région", a déclaré Nabil Abou Rdainah, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.
A Gaza, Sami Abou Zouhri, responsable du Hamas, a jugé que la décision des Etats-Unis était une déclaration de guerre contre le monde arabo-musulman, a rapporté le journal israélien Jerusalem Post vendredi.
Saeb Erekat, négociateur en chef de la Palestine, a également critiqué la date sensible choisie pour ce transfert, qui coïncide avec le 70e anniversaire de la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël.
Il a estimé que la Maison blanche manifestait ainsi sa détermination "à violer le droit international, à enterrer la solution à deux Etats et à provoquer le peuple palestinien".
Des affrontements ont éclaté entre l'armée israélienne et des manifestants palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza suite à l'annonce de la décision des Etats-Unis vendredi. Trente-deux Palestiniens ont été blessés, selon la Société palestinienne du Croissant-Rouge.
Des manifestations sont organisées tous les vendredis à Gaza et en Cisjordanie depuis l'annonce par le président américain en décembre dernier de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. 

Xinhua

 

Le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh a annoncé, jeudi à Alger, l'ouverture l'été prochain d'espaces de culture et d'artisanat le long de la Galerie touristique de la Casbah, en vue de redynamiser la vie culturelle, économique et sociale dans cette cité ancestrale.
A l'occasion de la journée nationale de la Casbah, célébrée le 23 février, M. Zoukh a fait état de la mise en place d'un groupe de travail chargé de "redonner vie à cette vieille citadelle à travers la promotion des activités culturelles, sociales et économiques", ajoutant que les visiteurs de la capitale découvriront, à partir de l'été prochain, "des espaces dédiés à l'artisanat et aux métiers".
Pour le wali d'Alger, la restauration de la Casbah est désormais "une réalité palpable", citant les travaux au niveau du Palais du Dey, de Dar el Baroud (poudrière), de la mosquée du Dey et du Palais des Deys entre autres. Il a insisté, en parallèle, sur l'importance de "changer l'image de la Casbah" en offrant "une matière touristique attractive".
Qualifiant de "laborieuse entreprise", les opérations de restauration de plusieurs monuments historiques au niveau de la Casbah et dont les travaux exigent "la minutie" dans l'exécution, le wali d'Alger a indiqué qu'il est difficile de fixer un délai pour la fin de ces travaux.
La Casbah est aujourd'hui un chantier-école permettant la formation d'une main d'oeuvre qualifiée dans diverses spécialités pour renforcer les chantiers de restauration et de réhabilitation du vieux bâti, a-t-il poursuivi.
Un budget de 2400 milliards de centimes a été consacré à la réhabilitation de la Casbah d'Alger et 40 bureaux d'études supervisent les travaux avec la création de 1200 postes d'emploi.
Lors de sa visite aux différents chantiers de restauration de la Casbah, M. Zoukh s'est félicité de l'avancement "sérieux" des travaux, soulignant "l'impératif d'utiliser les matières premières d'origine".
Après sa visité du château de Dey dont les travaux enregistrent un taux d'avancement de 90%, M. Zoukh a fait savoir que l'étage supérieur de ce  monument historique sera transformé en un Musée des arts et de l'histoire d'Alger" et que l'étage inférieur sera transformé en "une maison d'El Ihsane" pour des tables de "ftour durant le mois sacré du Ramadan.
Zoukh a visité en outre le chantier du Palais des Beys, composé de deux édifices en travaux de restauration et de réhabilitation, avant de se rendre à la mosquée du Dey, la mosquée d'El-Berani et Dar El Baroud.
 De son coté, le président de la Fondation Casbah, Belkacem Babassi a fait savoir que le mouvement associatif a convenu de mutualiser les efforts en faveur de la restauration de la Casbah à la lumière des recommandations de la rencontre internationale organisée récemment par le ministère de la Culture en coordination avec l'UNESCO.

APS

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) est vivement préoccupée par le sort des centaines de familles libyennes empêchées, par des groupes armés, de rentrer chez elles à Tawergha, qui vivent dans des conditions précaires, selon un communiqué de l'ONU.
"Les habitants de Tawergha sont déplacés depuis 2011, quand 40.000 d'entre eux avaient été forcés à partir", a déclaré la porte-parole du HCR, Cécile Pouilly, lors d'un point de presse vendredi à Genève.
Depuis, ils sont dispersés à travers tout le pays. Après l'autorisation de retour délivrée par un décret du Conseil de Présidence à partir du 1er février, plusieurs centaines de familles ont tenté de retourner à Tawergha. Depuis plusieurs localités en Libye, dont Bani Walid, Tripoli et Benghazi, quelque 2.000 personnes se sont alors dirigées vers Tawergha. "Mais des groupes armés les ont stoppées en chemin", a indiqué Mme Pouilly.
Repoussés de nouveau, beaucoup de gens ont rejoint deux sites temporaires, Qarat al-Qataf, à environ 40 kilomètres de Tawergha, et Harawa, à environ 60 kilomètres à l'est de Syrte. Plus de 1.200 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, y vivent aujourd'hui dans des conditions effroyables, selon le communiqué de l'ONU.
Le HCR et son partenaire LibAid y ont livré, ces trois dernières semaines, du matériel de secours à ces déplacés, notamment des tentes, des couvertures et des vêtements d'hiver pour faire face aux températures extrêmement basses dans cette région. L'Agence onusienne rappelle que les personnes vivant dans ces sites ont besoin d'urgence de logements décents, d'eau potable, de nourriture, de soins médicaux et d'une assistance spécifique pour les enfants et les bébés.
En Libye, plus de 180.000 personnes déplacées internes ont actuellement besoin d'une assistance, ainsi que 335.000 personnes récemment rentrées chez elles.

Xinhua

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est félicité vendredi de la délivrance de certificats de naissance pour des milliers d'enfants réfugiés maliens dans le camp de Mbera, dans sud-est de la Mauritanie.
Selon un communiqué de l'ONU, les autorités de Nouakchott ont commencé à délivrer des certificats de naissance de 7.600 enfants maliens nés dans le camp. Un système permettant désormais à tous les nouveau-nés du camp d'être directement enregistrés a également été établi.
Ces certificats de naissance aideront à lutter contre les mariages précoces et forcés, indique le HCR.
En 2017, l'agence onusienne a enregistré près de 97 cas de mariages précoces et forcés dans le camp de Mbera. "Mais nous craignons que beaucoup d'autres n'aient pas été signalés", a déclaré Cécile Pouilly, porte-parole du HCR lors d'un point de presse à Genève. En collaboration avec ses partenaires, le Haut-Commissariat œuvre à identifier et aider les enfants à risque.
"La preuve de l'âge est également importante pour le rapatriement volontaire éventuel, quand les conditions de sécurité au Mali le permettront", a ajouté Mme Pouilly.
La délivrance de certificats des naissances a été lancée mi-février par le Bureau mauritanien de l'état-civil. Le HCR collabore avec les autorités mauritaniennes pour renforcer les capacités techniques de ces dernières en matière d'enregistrement des réfugiés à l'état-civil et pour fournir une assistance vitale dans le camp.
Depuis 2012, l'insécurité généralisée au nord du Mali a engendré des déplacements de populations vers le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. Cette dernière accueille aujourd'hui plus de 51.000 réfugiés maliens sur son territoire.
Durant le seul mois de janvier 2018, 1.200 Maliens ont été enregistrés à Mbera. Les réfugiés expliquent avoir fui leur pays en raison des menaces, des extorsions, des exécutions sommaires perpétrés par des groupes armés, ainsi que des conditions de vie difficiles.

Xinhua

Le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a appelé, vendredi, à partir d’Oran, les syndicalistes à "favoriser le dialogue" et à préserver la paix et la stabilité du pays.
"Le militantisme noble ne peut se construire que sur le socle de la stabilité et de la paix, basé sur le dialogue", a souligné Abdelmadjid Sidi Saïd, à l’ouverture de la 10ème conférence de renouvellement du syndicat de Sonatrach, appelant les syndicalistes à "faire preuve de vigilance à d’éventuelles manipulations visant à déstabiliser le pays".
Le même patron de l'UGTA a encouragé les syndicalistes à "favoriser le dialogue dans la résolution des conflits" estimant que "la violence n’a jamais apporté de solutions aux problèmes".
Rappelant les drames vécus par les Algériens durant la décennie noire, il a appelé les syndicalistes à "ne pas faire échos aux voix qui appellent à la sédition et à la division, notamment celles provenant de l’extérieur et qui ne veulent pas le bien de l’Algérie".
Pour sa part, le SG de la fédération nationale des travailleurs du pétrole, du gaz et de la chimie, Hammou Touahria, a invité les  yndicalistes à rester "unis" et ne pas entrer dans des polémiques qui n’apportent finalement pas des solutions aux problèmes posés.
A ce propos, il a salué les efforts de la Direction générale du groupe Sonatrach pour la prise en charge des préoccupations et les problèmes socioprofessionnels des travailleurs, à l’instar du dossier des retraités, avec une injection financière au Fonds complémentaire des retraites qui va permettre aux travailleurs sortants de recouvrir une indemnité de départ en retraite.
Cette rencontre qui a réuni les syndicalistes des différents secteurs des hydrocarbures, a été marquée par la présence du PDG du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour et celui du Groupe Sonelgaz Mohamed Arkab, le SG de l’UGTA Abdelmadjid Sidi Said, le SG du syndicat national de Sonatrach Djerroud Khellaf ainsi que le SG de la Fédération nationale des travailleurs du pétrole, du gaz et de la chimie Hammou Touahri.
La rencontre se tient à la veille de la célébration, samedi à Oran, du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures, rappelle-t-on.

APS

Les partis de Nida Tounes et Ennahdha ont été les seuls partis à avoir présenté des listes dans toutes les 350 circonscriptions des élections municipales prévues le 6 mai prochain, se taillant 64 % de la totalité des listes en lice qui sont au nombre de 1099, selon les statistiques rendues publiques par l'Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) au terme de l'expiration jeudi des délais de dépôt des candidatures.
De son côté, Machrou Tounes a présenté des listes dans 84 circonscriptions, Bani Watani dans 9 circonscriptions, Al Badil dans 4, trois partis qui disputent leur première échéance électorale après avoir été créés en 2016 et 2017. Ils font partie d'une coalition de partis appelée l'Union Civile et engagée dans 43 circonscriptions.
Pour sa part, la coalition du Front Populaire, composée de partis de gauche et de nationalistes arabes, sera représentée dans 132 circonscriptions avec plus de 74 % des listes de coalition engagées (177) alors que la coalition des forces démocratiques ne sera en course que dans deux circonscriptions.
Les listes indépendantes sont au nombre de 897 réparties sur 321 circonscriptions, soit 42 % du total des listes candidates qui sont au nombre de 2173.
Au classement des partis prenant part au scrutin, les mouvements de Nida Tounes et Ennahdha viennent en tête en présentant des candidats dans 350 circonscriptions. Le Front Populaire vient en deuxième position en s'engageant dans 132 circonscriptions, Machrou Tounes à la 3 e place (127 circonscriptions), en tenant compte de son appartenance à la Coalition Civile engagée dans 43 circonscriptions.
Le courant démocratique est en lice avec 72 listes, se classant à la 5e place devant Al Harak, 6e avec 47 listes, Afek Tounes 7e en 46 circonscriptions, le Mouvement du Peuple 8e en se présentant dans 40 circonscriptions et le parti Destourien à la 7e place (32 circonscriptions).
Le parti de la Construction est engagé dans 20 circonscriptions, le parti Socialiste dans 13, Bani Watani dans 9, Al Moubadara dans 8, l'Union populaire républicaine dans 7, Al Badil dans 4, les partis des Générations et la Rencontre démocratique dans 3 et ceux de la Voix du Tunisien et des Verts dans 2 circonscriptions chacun.
Les partis du mouvement des démocrates sociaux, de Tunisie d'abord, d'Al Mustakbal, du mouvement démocratique et du Militantisme national sont représentés chacun par une seule liste.
Au total 57020 candidats sont en lice pour les municipales, selon l'ISIE, dont 4866 sont âgés de moins 23 ans et 24794 entre 24 et 35 ans, soit 52 % de candidats dont l'âge varie de 35 à 52 ans. La loi électorale a exigé la représentation des jeunes de moins de 23 ans dans chaque liste électorale, rappelle-t-on.
Un nombre de 13625 candidats sont âgés de 36 à 45 ans, 11191 candidats âgés de 46 à 60 ans et 2544 dépassent les 60 ans.
Le gouvernorat de Monastir a enregistré le plus grand nombre de candidatures avec 190 listes alors que la circonscription de Tunis 1 se classe dernière avec 20 listes. Sidi Bouzid occupe la 2e place (130 listes) devant Kasserine (128), Sousse (115), Kairouan (106), Gafsa et Mahdia (105).

TAP

Les aéroports du Royaume ont accueilli, en janvier dernier, un volume de trafic commercial de 1.687.226 passagers, soit une forte hausse de 16,49% comparativement à la même période de l’année passée, indique l’Office national des aéroports (ONDA).
La majorité des aéroports ont connu une croissance à deux chiffres, notamment Agadir Al Massira (+32,43%), Fès-Saiss (+31,41%), Marrakech Menara (+26,49%), et Tanger Ibn Battouta (+13,88%), précise-t-on.

MAP

 

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Les réserves en devises baissent à 82 jours d'importation, "un niveau plus qu’alarmant"

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

Tourisme : 2,5 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2017 (OTT)

Pas moins de 2,5 millions de touristes algériens ont visité la Tunisie au cours de l’année 2017, une affluence représentant 35% de l’ensemble des touristes ayant visité ce pays voisin, a indiqué à l’APS le directeur de l’Office tunisien du tourisme (OTT).

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".