Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Selma Kasmi
  • mercredi 30 mars 2016 08:32

Le prix du pétrole autour de 50 $ en 2016, même sans l’implication de l’Iran-N.Zouiouèche sur RadioM (audio-vidéo)

Le prix du baril pourrait rebondir après la réunion du 17 avril à Doha, mais sera autour de 50 dollars, en raison des stocks qui resteront excédentaires jusqu’à 2018.

 

La reprise timide des prix du brut  ces deux mois derniers est une réaction à l’annonce faite en février dernier pour le gel de la production pétrolière à son niveau du mois de janvier 2016. Telle fut la lecture faite ce 29 mars par l’ancien PDG de Sontrach Nazim Zouiouèche lors de son passage à l’émission de l’Invité du Direct de Radio M. «  Les marchés pétroliers sont extrêmement sensibles aux annonces. L’annonce du gel de production des quatre producteurs (Russie, Arabie Saoudite, Qatar, Venezuela), au niveau de la production « record », du mois de janvier dernier, a influencé la reprise timide des cours du pétrole ces dernières semaines », estime Nazim Zouiouèche.

 

Les prix du pétrole au tour de 50 dollars fin 2016

 

 Si la réunion du 17 avril à Doha aboutit à un accord entre les producteurs Opep et Non Opep, les cours pétroliers se réanimeront légèrement et s’établiront autour de 50 dollars le baril. « Les prix du pétrole pourront progresser vers 50 dollars, voire plus si la réunion sur le gel de la production réussit à Doha, et ce, même sans la participation de l’Iran», opine l’ancien Pdg de Sonatrach. En effet, l’Iran -convié à cette réunion- n’a pas confirmé sa participation. «  L’Iran ne pourra pas s’impliquer dans ce gel de production que  si cette dernière atteint les 4 millions de b/j », rappelle M. Zouiouèche éloignant l’hypothèse d’une participation de l’Iran.

 

 Le marché pétrolier restera excédentaire jusqu’à 2018

 

 S’agissant des Etats Unis, grand producteur pétrolier absent de cette négociation, M. Zouiouèche  juge que la production du schiste américain restera importante, et ce, en dépit de la réduction de ses coûts de production de 30%. « Le recul de la production du gaz de schiste ne se sentira pas aujourd’hui, mais dans les trois à quatre prochaines années », estime-t-il. 

Nazim Zouiouèche pense également que le marché pétrolier restera excédentaire jusqu’à 2018, malgré le recul annoncé de l’offre de l’ordre de 2 millions de b/j.  « Le marché pétrolier restera excédentaire jusqu’à 2017 ou même 2018, car il faudra épuiser les stokes pétroliers actuels, pour arriver à des stockes plus acceptables », conclut-il.

Ecouter l’émission :

Vidéo: 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Faute d'analyse assortie de preuves, de projections et de tendances, on s'est rabattu, au deuxième paragraphe , sur les ''si'' pour nous faire croire que le très prochain palier du prix du liquide maléfique est de 50 $ et qu'il franchira sans transition la barre de 100 $ pour passer aussitôt à 150 $.

    C'est déjà dit et prouvé : avec des si on mettrait Paris dans une bouteille. Mais comme - paraît-il - il n' y a pas de vie sans espoir, alors, continuons à vivre en espérant et en désinformant.

    Rapporter Mansour Essaïh jeudi 31 mars 2016 13:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».