Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 30 Avril 2017

  •   Hassan Haddouche
  • mardi 27 septembre 2016 18:02

Tewfk Hasni:"Il faut revoir toute l’architecture du programme algérien des énergies renouvelables"(vidéo)

Tewfik Hasni, consultant en énergie renouvelable / Ph: Ahmed Belgheit

Pour le consultant en transition énergétique Tewfik Hasni, le  programme national de développement des énergies renouvelables souffre d’avoir été « mal cerné ». « Notre véritable point fort et notre vrai avantage comparatif, c’est le solaire thermique », martèle-t-il.

 

A Alger ces jours-ci, on ne parlera pas seulement de pétrole et de concertation entre producteurs OPEP et non OPEP. On parlera aussi de transition énergétique. A la  veille de l’ouverture du Forum International de l’Energie, c’est  Tewfik Hasni, un ancien vice président de Sonatrach et ex PDG de NEAL, la  filiale commune  de Sonatrach et Sonelgaz dans le domaine des énergies renouvelables qui est venu le rappeler sur la webradio Radio M. Il est  depuis de nombreuses  années l’avocat infatigable de l’option de l’énergie solaire.

Tewfik Hasni commence par rappeler  que le gouvernement algérien a annoncé dès 2011 un programme colossal de développement  des énergies renouvelables,  révisé en hausse, et  qui devrait permettre de produire la quantité  considérable  de 22 000 MW en 2030.Un  programme qui a même été érigé récemment en «  priorité nationale » par un Conseil des ministres réuni sous la présidence du Chef de l’Etat. Le problème c’est que « ce programme est malheureusement très en retard et seule la centrale expérimentale de Hassi R’mel est aujourd’hui fonctionnelle avec une capacité de 25 MW. Soit tout juste un millième du programme annoncé ». Un programme qui souffre aussi selon Tewfik Hasni d’une « focalisation excessive sur le photovoltaïque » et  pour lequel  des  projets  d’une capacité totale de 400 MW sont en cours de réalisation qui « seront équipés avec des panneaux importés de Chine ».

Un programme « mal cerné »

Selon l’expert algérien, ce  programme souffre d’avoir été « mal cerné ». « Notre véritable point fort et notre vrai avantage comparatif  c’est le solaire thermique » martèle-t-il, rappelant que l’ « espace saharien est l’un des seuls au monde à permettre la mise en œuvre d’une telle solution pour la génération électrique ». Dans ce domaine, il relève une série d’«  avancées récentes » dont il crédite le nouveau ministre de l’Energie, M. Nouredine Bouterfa , qu’il qualifie de « personne aux idées pragmatiques ». La première de ces avancées a quasiment été passée sous silence par les médias algériens et concerne selon Tewfik Hasni  un « rééquilibrage  entre solaire thermique et solaire photovoltaïque  au sein d’un programme national de développement des énergies renouvelables qui, jusqu’à une date récente,  reposait presqu’exclusivement sur le photovoltaïque et l’éolien ».

 Le monopole de Sonelgaz remis en  question

Comme Beaucoup d’experts algériens,Tewfik Hasni  ne comprend pas qu’on ait confié dans ce domaine un monopole à Sonelgaz «  alors que la loi a consacré l’ouverture du secteur à l’ensemble des  acteurs algériens ». Il se félicite donc de  la demande adressée par M.Nouredine Bouterfa à Sonatrach de «  s’impliquer dans le développement du renouvelable à l’image de ce que font toutes les  grandes compagnies internationales ». Une déclaration suivie  à peine quelques jours plus tard par un accord conclu entre Sonatrach et les Italiens de l’ENI sur le projet de  construction d’une centrale solaire. Un projet qui ne soulève pas l’enthousiasme de Tewfik Hasni en raison de sa taille modeste, 10 MW, mais également de la filière adoptée. «  Encore le photovoltaïque » .

Des « sociétés de développement » pour booster la filière

Compte tenu des coûts considérables du programme de développement des énergies renouvelables et de la situation actuelle des finances nationales, l’expert algérien n’est pas surpris par les propos récents de M. Bouterfa sur la nécessité du recours au partenariat international qui, précise-t-il,  est « susceptible d’apporter le capital et la technique mais pourra aussi faire appel à des sources de financements nationales ». Tewfik Hasni, qui planche actuellement, avec un groupe d’experts algériens parrainés par le FCE,  sur un projet d’organisation de la filière, propose notamment de confier d’abord à « des sociétés de développement » qui « pourraient ensuite être associée au tours de table des actionnaires » , le soin d’assurer la maturation  et de concevoir l’architecture générale des programmes. Ils devront s’appuyer en priorité sur des partenariats publics-privés et des « organisations en technopoles » regroupées éventuellement au sein de zones franches, suggère l’expert algérien qui  dans le même esprit, recommande « de lancer des appels d’offre pour des programmes et non pas pour des projets ».

 Revoilà le 51 /49!

Dans le but de donner un maximum de chances à la réussite des programmes de développement de la filière, Tewfik Hasni considère «  la prise en considération et la levée des risques sécuritaires, de marché et des contraintes administratives comme des préalables » . L’expert algérien regrette également que « les décrets pour les tarifs du solaire thermique qui seraient des incitations puissantes au développement de la production n’existent  toujours pas ». Last but not least, il suggère enfin, toujours sur le chapitre de l’aménagement du cadre juridique, que la règle en vigueur du 51 /49 risque d’être un obstacle majeur en rappelant que dans le projet de centrale de Hassi R’mel, dont il a été le principal artisan, l’associé espagnol détient 65 % du capital. Un projet qui, ajoute-t-il, a fait d’ailleurs  l’objet d’ « un copier – coller pur et simple de la part des autorités marocaines dans leurs projets récents de développement du secteur ».

Ecouter l’émission : 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • bonjour, les marocains n'ont pa fait un copier-coller sur la centrales de Hassi-rmel, il avait démarré avant nous avec une centrale solaire thermique réalisé 100% solaire et avec stockage pour la phase nocturne dans les bains de sels fondus alors que nous avions choisis de brulet du gaz a hauteur de 100MW. La cenyrale de Hassi-rmel est hybride solaire:30MW-gaz:100MW. Aussi Mr Hasni se trompe actuellement plusieur centrale solaire photovoltaïques injectes sur le réseau sonelgaz et par sa filiale SKTM. Cependant, toutes ces centrales ont été mal conçu dès le départ...Dr Fathi Mohamed Directeur de Recherche en Énergie Solaire, Alger. A l'occasion, je vous défis de faire la démonstration de mes propos avec les preuves scientifiques et économiques. Merci. Cordialement.

    Rapporter Fathi samedi 8 octobre 2016 01:22
  • bonjour, le Photovoltaïque est le meilleure choix technologique pour l'Algérie car les coûts des installations permettent, aujourd'hui, d'atteindre environ 3.9c$/KWh équivalent à 4Da/KWh ce qui est compétitif voir moins cher que l' énergie électrique produite par les centrales à gaz. Cependant, il faut aller vers des projets d'envergure 100MW ou plus , faire les bonnes études pour le choix des sites d'implantation, faire appels aux partenaires étrangers de qualité (USA, Allemagne, Espagne, France) et enfin faire des appels d'offre selon le Prix du KWh vendu sur le réseau le moins cher possible. Ce qu'ont bien compris les pays du golfe depuis plusieurs années et ont réussi à faire dernièrement aux Émirats Arabes Unis un projet de centrales PV de 800 MW. Cependant, les centrales therosolaires sont gourmandes en eau et peux fiables (dégradation rapide des miroirs)...le centrales de NEAL à Hassi-rmel consomme plus de 1million de m3 d'eau par an pour tout juste 20MW. Il va sans dire que cette technologie asséchera vite les réserves d'eau du Sahara. Sans parler de l'impact environnementale catastrophique sur la faune et la flore comme celà a été constaté au USA avec les ouseaux brûlés aux passages des tours solaires ...Merci de votre lecture et a votre disposition pour plus d'info. DR FATHI Mohamed Directeur de Recherche

    Rapporter Fathi samedi 8 octobre 2016 00:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie :"L’augmentation du taux d’intérêt directeur n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar"

Pour l’universitaire Fatma Marrakchi Charfi, les dernières mesures prises par le conseil ministériel restreint pour propulser l’épargne à travers l’augmentation du taux d’intérêt n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation de la monnaie nationale et ce « parce que le pays a un taux d’intérêt réel négatif ».

Le CPP regrette Mélenchon et vote contre Hamid Grine (audio-vidéo)

Le Café presse politique a anticipé la relation Algérie-France sous une présidence Macron qui se dessine. Et boycotté les législatives dans son menu.

Tunisie- Le taux de chômage des diplômés du supérieur a doublé depuis 2005 (étude)

“La probabilité de chômage des diplômés du supérieur est supérieure à celle de la main d’œuvre active en général”.