Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Février 2018

  •   Reuters
  • vendredi 6 janvier 2017 15:00

Pétrole - Baisse de la production de l'OPEP en décembre, avant l'entrée en vigueur de l'accord d'Alger



La production pétrolière de l'Opep, qui avait atteint un record en novembre, a diminué en décembre de 200.000 barils par jour (bpj) à 34,18 millions de bpj contre 34,38 millions en novembre, avant l'entrée en vigueur de l'accord de réduction des extractions de brut, montre une enquête Reuters publiée jeudi.

 

Cette baisse, la première enregistrée depuis mai 2016, est liée en partie au recul de la production au Nigeria, premier exportateur de brut d'Afrique, et en Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le terminal pétrolier de Forcados, au Nigeria, a été notamment victime d'une attaque revendiquée par le groupe Avengers et les extractions de brut en provenance d'Agbami ont été plus faibles que prévu en raison de travaux de maintenance.
En Arabie saoudite, la production a baissé en décembre après avoir atteint un sommet en novembre, en raison d'un recul de la demande, ont dit des sources en lien avec l'enquête de Reuters.
Une autre source a précisé à Reuters que Ryad a réduit en janvier ses pompages d'au moins 486.000 barils par jour à 10,06 millions de barils par jour afin de se conformer à l'accord de réduction de la production de l'Opep qui a pris effet le 1er janvier.
Selon l'enquête Reuters, réalisée à partir des données de livraisons et d'informations issues de sources industrielles, la production saoudienne avait été de 10,45 millions de bpj en décembre contre 10,60 millions en novembre.
Durant le dernier mois de l'année, la production de l'Irak, deuxième exportateur des pays de l'Opep, et celle de la Libye ont cependant augmenté. Les exportations irakiennes dans le sud ont dépassé 3,407 millions de bpj et la Libye a accru sa production de 70.000 bpj, selon des données du secteur.
Sur la base de l'enquête de décembre, l'Opep a pompé 1,68 million de bpj de plus que son objectif de 32,50 millions de bpj fixé lors de l'accord du 30 novembre.
"La très forte production de l'Opep au quatrième trimestre 2016 constitue un problème", déclare Bjarne Schieldrop, analyste sur les matières premières chez SEB.
"La production toujours croissante de pétrole brut en Libye soulève également des inquiétudes sur la portée réelle des réductions de l'Opep", ajoute-t-il.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pétrole, toujours et encore [ LE BLOG ECO ]

  La demande mondiale de pétrole en 2040 devrait être proche de 103 millions de barils par jour (mb/j) soit 10,8% de plus qu’en 2015 (92,5 mb/j).

L'Algérie entame la révision de la loi sur les hydrocarbures pour attirer les investisseurs étrangers

L'Algérie a entamé la révision de la loi sur les hydrocarbures, afin d'en faire un texte plus attractif qui attire les investisseurs étrangers.

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial.