Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Reuters
  • vendredi 6 janvier 2017 15:00

Pétrole - Baisse de la production de l'OPEP en décembre, avant l'entrée en vigueur de l'accord d'Alger



La production pétrolière de l'Opep, qui avait atteint un record en novembre, a diminué en décembre de 200.000 barils par jour (bpj) à 34,18 millions de bpj contre 34,38 millions en novembre, avant l'entrée en vigueur de l'accord de réduction des extractions de brut, montre une enquête Reuters publiée jeudi.

 

Cette baisse, la première enregistrée depuis mai 2016, est liée en partie au recul de la production au Nigeria, premier exportateur de brut d'Afrique, et en Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le terminal pétrolier de Forcados, au Nigeria, a été notamment victime d'une attaque revendiquée par le groupe Avengers et les extractions de brut en provenance d'Agbami ont été plus faibles que prévu en raison de travaux de maintenance.
En Arabie saoudite, la production a baissé en décembre après avoir atteint un sommet en novembre, en raison d'un recul de la demande, ont dit des sources en lien avec l'enquête de Reuters.
Une autre source a précisé à Reuters que Ryad a réduit en janvier ses pompages d'au moins 486.000 barils par jour à 10,06 millions de barils par jour afin de se conformer à l'accord de réduction de la production de l'Opep qui a pris effet le 1er janvier.
Selon l'enquête Reuters, réalisée à partir des données de livraisons et d'informations issues de sources industrielles, la production saoudienne avait été de 10,45 millions de bpj en décembre contre 10,60 millions en novembre.
Durant le dernier mois de l'année, la production de l'Irak, deuxième exportateur des pays de l'Opep, et celle de la Libye ont cependant augmenté. Les exportations irakiennes dans le sud ont dépassé 3,407 millions de bpj et la Libye a accru sa production de 70.000 bpj, selon des données du secteur.
Sur la base de l'enquête de décembre, l'Opep a pompé 1,68 million de bpj de plus que son objectif de 32,50 millions de bpj fixé lors de l'accord du 30 novembre.
"La très forte production de l'Opep au quatrième trimestre 2016 constitue un problème", déclare Bjarne Schieldrop, analyste sur les matières premières chez SEB.
"La production toujours croissante de pétrole brut en Libye soulève également des inquiétudes sur la portée réelle des réductions de l'Opep", ajoute-t-il.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Sonatrach : Nous n’avons pas failli à nos engagements gaziers envers la France

Interrogé sur les propos d'un responsable de GRTgaz (filiale de la société française Engie), cités par des médias français, qui a fait état d'une rupture dans l'approvisionnement en gaz du Sud-ouest de la France à partir de l'Algérie, une source de la compagnie pétrolière nationale a expliqué que les quantités contractuelles destinées à cette région française avaient été "totalement épuisées"...

Le président Bouteflika à Oxford Business Group: "L'Algérie est dans une position sûre malgré la baisse des prix du brut"

Le président Abdelaziz Bouteflika a accordé une interview au groupe britannique Oxford Business Group (OBG) publiée dans son dernier rapport sur l’Algérie.

L’Algérie a été en 2016 le 15e marché mondial de Renault

Dans l’ensemble du Maghreb, le groupe automobile français détient 38,5% de parts de marché, soit une hausse de 4,9% par rapport à 2015.