Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Maghreb Emergent avec agences
  • samedi 7 janvier 2017 14:03

Le pétrole termine la semaine en hausse, optimisme sur une possible baisse de l’offre

Le marché reste optimiste après une semaine marquée par la volatilité, les investisseurs espèrent une application stricte de la baisse de la production promise par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les autres pays producteurs dont la Russie.

 

Les cours pétroliers ont terminé en légère hausse vendredi à New York où le prix du baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, a pris 23 cents à 53,99 dollars le baril sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex). Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 57,20 dollars en clôture sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 31 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Le marché reste optimiste après une semaine marquée par la volatilité, les investisseurs espèrent une application stricte de la baisse de la production promise par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les autres pays producteurs dont la Russie.

Le premier signe de l’application de la décision historique prise par les pays producteurs sur une réduction de l’offre vient de l’Arabie Saoudite, premier producteur de brut et chef de file de l’Opep. "D'après des sources bien informées, la compagnie d'Etat saoudienne, Aramco, est en train de négocier avec ses clients afin de réduire le volume de ses livraisons jusqu'à 7% en février. En plus de cela, comme l'a indiqué une personne familière des données de production, l'Arabie saoudite aurait apparemment déjà totalement appliquée sa réduction de production de 486.000 barils par jour", ont rapporté les analystes de Commerzbank dans une note.

Autre pays ayant mis en application l’accord de baisse de la production, l’Irak. Selon le ministère du pétrole, l'Irak a réduit de quelque 200.000 barils par jour sa production de brut. "L'Irak a réduit sa production à environ 4,6 millions de barils" par jour (mbj), a indiqué Assem Jihad, un porte-parole du ministère cité par l'AFP.

Ces information suffi pour effacer la baisse enregistrée jeudi suite à la publication des chiffres sur les réserves américaines. Le rapport du département de l'Energie (DoE)  montrait que les stocks de produits dérivés ont fortement augmenté durant la première semaine de 2017.

 L'Opep est parvenue le 30 novembre à un accord de baisse de sa production de 1,2 million de barils par jour pour ramener son plafond à 32,5 mbj applicable dès le 1er janvier 2017 pour six mois renouvelables. Une réunion du comité d'application de l'accord est prévue pour le 21 janvier prochain. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.