Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 28 Juin 2017

  •   Par Ahmed Gasmia
  • mardi 10 janvier 2017 18:11

"Nous avons deux visions différentes du renouvelable" N. Bouterfa à A. Badache ex président de la CREG (audio)

Abdelali Badache, ancien président la Commission nationale de l’électricité et du gaz (CREG)/ ph: Youcef Abba

L’ancien président de la Creg dit être certain que l’augmentation des tarifs d’électricité et du gaz en vigueur depuis janvier 2016  a eu un impact sur le niveau de consommation.

 

 

Abdelali Badache a été démis de ses fonctions de président de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg), l’été dernier,  en raison d’une divergence de points de vue avec le ministre de l’Energie concernant le développement des énergies renouvelables en Algérie.

« Le 26 juin 2016, le ministre m’a convoqué pour m’a annoncer mon remplacement par un collègue de Sonelgaz (à la tête de la Creg), me disant que nous avions deux visions différentes concernant le renouvelable », a indiqué ce mardi M. Badache sur le plateau de la webradio  Radio M.

Sans donner davantage de détails au sujet de cette divergence d’opinions, il défendra l’idée selon laquelle la compétitivité des entreprises supposées intervenir dans le secteur des énergies renouvelables devrait être  un élément primordial. Il considère, en outre, qu’il faudrait être attentif aux coûts de plus en plus bas de la production de l’électricité à partir du solaire face aux énergies conventionnelles.

Il a signalé, en outre, que le programme national de développement des énergies renouvelables permettra d’économiser 300 milliards de m3 de gaz naturel, rappelant que la consommation de gaz a atteint, en 2015, 40 milliards de M3. Ce chiffre inclut la consommation domestique et industrielle, ajoute-t-il précisant qu’en excluant la Sonatrach, la consommation était de 30 milliards de M3, durant l’année 2015. Il fera remarquer, dans ce même contexte, que le prix du millier de M3 de gaz coûte sur le marché national 1024 dinars.

Augmentation de la facture énergétique en 2017

Interrogé au sujet des effets des augmentations des tarifs de gaz et d’électricité début 2016, il a dit être persuadé, même s’il ne disposait pas de chiffres, que ces augmentations ont eu un impact sur le niveau de consommation. « Le fait que les consommateurs soient répartis sur quatre catégories incitera sûrement les gens à contrôler davantage leur consommation », a-t-il ajouté.

D’après lui, même si aucune augmentation n’a été décidée en 2017, les consommateurs paieront plus, cette année, en raison de l’augmentation du taux de la TVA qui vient de passer de 17 à 19% dans le cadre de la loi de finances de 2017.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Décidée par Béji Caïd Essebsi, la militarisation des sites de production officialisée

   C'est désormais officiel, les sites de production et les installations stratégiques en Tunisie passent sous surveillance de l'armée et sont classés "zones militaires interdites".

Migrants-Département d"'Etat: L'Algérie ''sous observation'', la Tunisie fait mieux

   L'Algérie a légèrement amélioré son classement sur la traite des êtres humains établi par le Département d'Etat, mais reste dans la liste 2 ''sous surveillance''. En comparaison, la Tunisie fait mieux que le Maroc et l'Algérie, et reçoit un ''satisfecit'' d'ONG onusiennes.

Algérie- Tebboune parle de "dialogue" et de "consensus" sur les grandes "questions nationales"

  Le "consensus national" autour des grandes "questions nationales". C'est l'objectif politique "nouveau" évoqué mercredi au Conseil de la Nation par le Premier Ministre, Abdelmadjid Tebboune.