Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 16 Octobre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 15 mars 2017 17:13

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche (audio-vidéo)

Nazim Zouioueche, ancien P-DG Sonatrach et consultant en énergie/ P: Ahmed Sahara

L’ancien P-DG de Sonatrach pense que la découverte de nouveaux gisements est encore possible en Algérie, mais essentiellement des gisements de taille modeste.

 

Les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et leurs partenaires doivent reconduire l’accord portant sur la réduction de leur production d’un 1,8 millions de barils par jour et qui devra expirer en juin prochain. C’est l’idée défendue, mercredi sur Radio M, par Nazim Zouioueche, ancien P-DG de Sonatrach et consultant dans le domaine de l’énergie.

De son point de vue, l’accord entré en vigueur en janvier dernier a eu le mérite de faire augmenter les prix du pétrole sur le marché, mais il aurait eu un meilleur impact si ces initiateurs avaient réduit leur production de 2 millions de barils. C’est d’ailleurs la quantité que le consultant  propose de réduire en cas de reconduction de l’accord. Il fera remarquer, toutefois, que « tout dépend du degré d’engagement des pays », membres et non membres de l’Opep.

Pour rappel, les pays membres de l’Opep ont convenu, le 30 novembre dernier, de réduire, dès le mois de janvier, leur production de 1,2 millions de barils par jour (mbj) pour limiter la production de l’organisation à 32,5 mbj. Plus d’une dizaine de pays non membres de l’Opep, dont la Russie, se sont engagés, de leur côté, à réduire leur production de 558.000 par jours.

53$ le baril pour rentabiliser le schiste US

M. Zouioueche fera remarquer, par ailleurs, que la production du pétrole de schiste américain devenait rentable à partir d’un prix du baril tournant autour des 53 dollars. Un prix qui n’arrange pas forcément l’Algérie, qui a plus que jamais besoin de diversifier son économie, poursuit-il.

Concernant l’Algérie justement, l’ancien P-DG de Sonatrach pense que la découverte de nouveaux gisements est encore possible, mais essentiellement des gisements de taille modeste. « Nous avons encore la possibilité de faire des découvertes dans beaucoup d’endroits dans le Sahara, mais aussi au nord du pays, car il ne faut pas oublier que les premières explorations ont été faite dans cette région », indique-t-il. Il rappelle, en outre, que des gisements découverts entre les années 2006 et 2007, dans le sud du pays, entreront en exploitation dès l’année 2018, ce qui renforcera les capacités de production de notre pays.

M. Zouioueche estime, par ailleurs, que pour gagner en efficacité, l’Algérie devrait privilégier le système des consultations plutôt que  celui des appels d’offres. Lorsqu’il s’agit d’exploiter un gisement, « les représentants de Sonatrach pourraient se rapprocher de deux ou trois  sociétés, discuter » avec leurs responsables et identifier celle qui pourrait  prendre en charge le projet avec le plus d’efficacité, suggère l’expert. Dans le cas contraire, « lorsque vous lancer un appel d’offres c’est le moins disant qui sera susceptible de décrocher les marché, le moins disant et non pas le plus compétent », relève M. Zouioueche.

Vidéo :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • m Zouiouech Nazim , merci pour cet interview qui confirme une très bonne formation (classes préparatoires, grandes écoles ) , excellente culture et expérience tant techniques qu'économiques pétrolières , très bonne experience managériale,et sur le plan pétrolier bonne expérience Production pétrolière (EOR à développer) .
    Cependant : Limitations exploration , valorisation GN.
    à quand Nazim (spécialiste de HM) dans le CA de SH + Conseiller au plus haut niveau de l'Etat , au lieu et place du "génie (??) Yoyo" (yoyo à psychanalyser ?)

    amicalement
    "benmegatel " mines/ifp

    Rapporter kefaifi ali jeudi 16 mars 2017 13:18
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.