Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Avril 2017

  •   Xinhua
  • dimanche 19 mars 2017 09:45

L'Algérie et l'Italie négocient les prix du gaz




Les groupes algérien et italien gaziers et pétroliers Sonatrach et Eni continuent les négociations autour des prix du gaz que l'Algérie fournit à l'Italie, a indiqué samedi à Ouargla (région pétrolifère du sud algérien) l'Administrateur délégué d'Eni, Claudio Descalzi.

 

Cette déclaration faite à l'occasion du lancement d'un programme commun visant à doter tous les champs pétroliers et gaziers algériens de centrales solaires en vue d'économiser de l'hydrocarbure et réduire les émissions de CO2, le responsable italien a fait savoir que son groupe a, depuis 2010, investi en Algérie onze milliards d'euros dans les énergies fossiles et renouvelables, ce qui représente 30% des investissements de cette compagnie italienne à l'étranger.
Evoquant les projets communs dans d'autres pays, M. Descalzi a affirmé que Sontrach et Eni ont identifié au moins trois pays en vue d'y travailler, explorer et produire ensemble mais la priorité est actuellement à l'investissement en Algérie.

Pour rappel, jusqu'au deuxième trimestre de 2013, soit une année avant l'entame de la crise pétrolière actuelle et au moment où le pétrole valait plus de 100 dollars/baril, des clients européens de Sonatrach, dont Eni avaient demandé à la compagnie nationale de revoir à la baisse ses prix du gaz. A cette époque, ces compagnies européennes avançaient comme arguments le prix élevé du pétrole sur lequel est indexé celui du gaz ainsi que la reprise économique qui tardait à venir.

Des situations qui ont amené le groupe algérien à recourir à l'arbitrage international pour trancher.

Selon des observateurs, les prix du gaz indexés sur ceux du pétrole que pratiquent les Russes et les Algériens dans le cadre de contrats à long terme ne semblent plus convenir à de nombreux clients européens qui menacent de recourir au gaz de schiste et au gaz naturel liquéfié (GNL) qatari, acheté sur les marchés spot.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

Reda Amrani "L’Algérie doit aider Cevital à sauver le complexe de Piombino"

A ne pas manquer

Prev Next

"L’Algérie est un pays d'opportunités bridé par un environnement des affaires défavorable" - Ali Harbi (AHC Consulting)

    Ali Harbi, manager du cabinet AHC Consulting, membre de CARE (centre de réflexion et d’action autour de l’entreprise) et de Hawkama El Djazair considère qu’on fait une erreur stratégique en focalisant sur le nombre de créations des PME au lieu de se pencher sur leur viabilité. «Nous pourrons avoir moins de créations, mais des entreprises plus viables » dit-il. L’appui à...

INSAG Alger - Les entrepreneurs avertis: la révolution digitale est "incontournable", elle n'attendra personne

La révolution digitale est en marche accélérée, elle n'attend personne. Elle n'est plus un "choix" pour les entrepreneurs qui doivent impérativement l'intégrer et s'y adapter s'ils veulent la survie de leurs entreprises. C'est le message des experts aux entrepreneurs lors d'un séminaire de l'INSAG-Alger.

"L’Etat doit libérer le foncier pour la construction de nouveaux logements" - Brahim Hasnaoui (Audio-Vidéo)

    L’Etat algérien doit libérer le foncier et favoriser les entreprises privées algériennes spécialisées dans le BTP afin de répondre plus efficacement à la demande sur le logement, a indiqué sur Radio M, ce lundi, Brahim Hasnaoui, président-directeur général du Groupe des sociétés Hasnaoui.