Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 19 avril 2017 14:31

Pétrole : Le secrétaire général de l’Opep se dit optimiste sur une reprise des cours

.

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Mohammad Sanusi Barkindo s’est dit optimiste sur une reprise des prix du brut sur le marché international dans les jours à venir.

 

 Selon lui, la réduction de la production de pétrole engagée par les membres de l’Opep et leurs partenaires fait toujours son effet sur le marché en tirant les prix vers le haut en dépit de certains obstacles. "Nous sommes optimistes sur le fait que les mesures déjà prises nous ont placées sur la voie de la reprise", a-t-il affirmé lors d'un forum sur l'énergie tenu à Abou Dhabi.

 M. Barkindo n’a cependant rien dit au sujet de la reconduction ou non de l’accord de baisse de production qui touche à sa fin en juin prochain, même si cette question est au centre des débats actuellement.

 L’Opep et ses onze partenaires ont décidé en janvier dernier de réduire leur production de 1,8 millions de barils par jour sur six mois. Une décision qui a eu pour effet de faire remonter les prix au-dessus de la barre des 50 dollars. Fin mars, les pays producteurs ont décidé de temporiser et d’observer le marché pour décider si la reconduction de l’accord s’imposait ou pas. C’est au cours du mois de mai prochain que la décision devrait être prise.

 Une décision difficile car une augmentation « trop » importante du prix du baril encouragerait la production américaine de pétrole de schiste qui deviendrait moins coûteuse. Le secrétaire général de l’Opep a préféré donner une réponse plutôt générale. "Je pense que ces 24 pays prendront une décision qui sera dans le meilleur intérêt non seulement des producteurs mais aussi des consommateurs et de l'industrie mondiale en général", a-t-il déclaré.

 Il a ajouté que la politique adoptée par l'Opep et ses partenaires leur a permis d'être "aux commandes" pour influencer le marché au lieu de "réagir aux développements" sur ce marché. Interrogé par la presse, en marge du même événement, le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Suhail Al-Mazrouei, a répondu qu'il était "encore prématuré de prendre une décision". 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?