Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 4 juillet 2017 12:55

Le Qatar ouvre les vannes : il va augmenter sa production de gaz de 30%

Qatar North Field (dr)

 Le Qatar a annoncé, mardi, son intention d’augmenter sa production de gaz de 30%, en dépit des tensions politiques qui l’opposent à ses voisins.

 

 Saad Al-Kaabi, P-DG du groupe public Qatar Petroleum (QP) a déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue ce matin à Doha, que son pays envisageait de produire 100 millions de tonnes de gaz naturel par an, à l'horizon de 2024.

 Le Qatar produit actuellement 77 millions de tonnes de GNL par an, ce qui en fait le premier producteur mondial. L'augmentation programmée sera équivalente à 6 millions de barils de pétrole par jour, a précisé M. Kaabi.

 "Ce nouveau projet va renforcer la position du Qatar", a-t-il indiqué, ajoutant que son pays "restera pour longtemps leader mondial du secteur GNL".

 Le patron de QP a assuré, par ailleurs, que si ses voisins faisaient pression pour empêcher son pays de nouer des partenariats, le Qatar atteindra l’objectif fixé sans partenaires. "S'il n'y a pas de compagnies prêtes à travailler avec nous, nous arriverons à (l'objectif de) 100 millions de tonnes", a-t-il affirmé.

 Il y a lieu de noter que cette annonce, pour le moins inattendue, a été faite alors que l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l'Egypte qui ont rompu leurs relations avec le Qatar, sont censés évaluer la réponse de Doha à leurs exigences.

 Ces pays qui accusent le Qatar de soutenir le terrorisme, exigent, entre autres, la fermeture de la chaîne de télévision Al Jazeera et d'une base militaire turque en plus de la réduction du niveau des relations avec l’Iran. Il semblerait cependant que ce soient justement les relations du Qatar avec l’Iran qui expliquent la confiance dont a fait preuve Al-Kaabi.

 Un champ gazier partagé avec l'Iran

Un jour plus tôt, l'Iran a signé un accord gazier de 4,8 milliards de dollars avec un consortium international conduit par le français Total. Un accord de partenariat valable pour 20 ans et dont la première phase touche justement le champ gazier offshore Pars-Sud dont l’exploitation est partagée entre l'Iran et le Qatar et que les Qataris appellent North Field.

 Et c’est dans cette région que le Qatar entend renforcer son exploitation gazière. Cet énorme champ gazier renferme quelque 14 000 milliards de m3 de gaz, soit 8% des réserves mondiales. En plus de sa proximité avec l’Iran, le Qatar détient, à travers son fonds souverain, 3% de parts dans le groupe Total qui vient précisément de signer un accord d’exploitation de gaz avec l’Iran.

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le Qatar dans l’impasse avec ses voisins tourne de plus en plus aigre et en réponse à cette heure a l’ultimatum d’un mois qui s’est écoulé sans aucun changement, un répit de 48 heures a été alloué, mais personne ne croit que cela modifiera quoi que ce soit.
    Ce n’est un secret pour personne que les marchés pétroliers et gaziers sont à un tournant critique. Le schiste des États-Unis perturbant la dynamique haussière sur le marché combiné avec le gaz naturel du Qatar et de l’Iran comme palliatif et / ou substitut au pétrole ancrerait définitivement ces prix à un niveau qui empêche tout mouvement vers le haut. Voilà le vrai mobile de cette impasse.
    L’arrivée des renouvelables à bon prix serait un autre facteur déterminant dans la chute définitive du fossile.

    Rapporter Faro Laz mardi 4 juillet 2017 14:41
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.