Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

  •   Ahmed Bounour
  • dimanche 9 juillet 2017 16:07

Pétrole- L’Opep envisage de fixer une limite de production au Nigéria et à la Libye

« Nous envisageons de plafonner la production de la Libye et du Nigéria (…) Celle du Nigéria est un véritable casse-tête pour nous », a déclaré un délégué de l’Opep au Wall Street Journal.

 

L’Organisation des exportateurs de pétrole (Opep) envisage d’imposer une limite de production au Nigeria et à la Libye, deux membres de cette organisation exemptés de l’accord de réduction de production, mais  qui alimentent, depuis quelque temps, le marché à une cadence jugée inquiétante. L’information a été révélée samedi par un délégué de l’Opep, cité par le Wall Street Journal, et dont l’identité n’a pas été révélée.

« Nous envisageons de plafonner la production de la Libye et du Nigéria (…) Celle du Nigéria est un véritable casse-tête pour nous », a-t-il expliqué au journal américain. Il a ajouté, à ce sujet, que ces deux pays compliquent les choses au moment où l’organisation déploie des efforts pour équilibrer le marché pétrolier.

A l’origine, ces deux pays ont été exemptés de la réduction de la production en raison des difficultés qu’ils rencontraient, notamment sur le plan sécuritaire. Les autres membres de l’Opep ne s’attendaient manifestement à ce que ces deux pays réussissent à augmenter  aussi rapidement leur production.

Une augmentation de production qui inquiète

Au Nigéria, la baisse du nombre d’attaques perpétrés contre les installations pétrolières, a encouragé la production pétrolière. En mai dernier, la production pétrolière de ce pays a atteint 1,68 million de barils par jour et les observateurs s’attendent à ce que le Nigéria redevienne le plus grand exportateur africain de pétrole avec une production de 1,84 million de barils par jour attendue à la fin du mois en cours.

Au cours de ces derniers mois, des pays membres de l’Opep n’ont pas manqué d’exprimer leur inquiétude quant à l’augmentation rapide de la production nigériane et libyenne. Une inquiétude amplifiée, par la baisse des prix du pétrole. Ceux-ci sont retombés à nouveau sous la barre des 50 dollars en dépit de la reconduction, fin mai dernier, de l’accord portant sur la réduction de la production pétrolière. L’accord qui réunit l’Opep et des pays partenaires, incluant la Russie, prévoit une baisse de production globale de 1,8 million de barils par jour jusqu’au mois de mars 2018. L’accord initial s’étalait, rappelons-le, de janvier à juin 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.