Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Reuters
  • mercredi 12 juillet 2017 12:21

Pétrole : Hausse de la production de l’Opep, portée par le Nigéria et la Libye

La hausse de la production au Nigeria et en Libye, a relancé le débat sur l'opportunité de demander à ces pays de participer à l'effort de réduction.

 

La production pétrolière de l'Opep a augmenté de plus de 300.000 barils par jour (bpj) en juin en raison de la hausse de la production du Nigeria et de la Libye, deux pays exemptés de l'accord de réduction de la production en vigueur jusqu'en mars 2018, montrent les données utilisées par l'organisation pour surveiller ses stocks.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole, la Russie et quelques autres producteurs ont signé fin 2016 un premier accord de baisse de 1,8 million de barils par jour (bpj) de leur production globale sur une période de six mois à partir du 1er janvier, dont 1,2 million de bpj environ pour l'Opep et 600.000 bpj pour les producteurs hors-Opep.

L'Opep et ses alliés ont décidé le 25 mai de prolonger de neuf mois l'accord tel quel. Avec le Nigeria et la Libye, qui sont exemptés de cet accord, la production des 13 membres de l'Opep en juin a atteint environ 32,47 millions de bpj, selon l'estimation moyenne des sources secondaires que l'Opep utilise pour surveiller sa production. Ces données ont pu être consultées par Reuters.

Cela représenterait une augmentation de 330.000 bpj par rapport au chiffre publié en mai par l'Opep. La hausse de la production au Nigeria et en Libye, a relancé le débat sur l'opportunité de demander à ces pays de participer à l'effort de réduction, malgré les troubles internes qui perturbent leurs extractions et leurs exportations.

Respecter l’accord de réduction de production

La production des 11 membres de l'Opep tenus de respecter l'accord de réduction a été en moyenne de 29,840 millions de bpj en juin, selon les sources secondaires. Cela signifie que le taux de conformité en juin a été de 97%, selon un calcul de l'Opep. Ce chiffre est inférieur à celui de mai où le taux de conformité était supérieur à 100%.

L'Opep doit publier mercredi son estimation de la production de juin sur la base de sources secondaires dans son rapport mensuel sur le marché du pétrole. Les chiffres pourraient être révisés avant leur publication en raison de l'ajout d'autres estimations, ont indiqué des sources du cartel.

L'Opep utilise deux séries de chiffres pour surveiller sa production: les chiffres fournis par chaque pays et ceux fournis par des sources secondaires, dont des médias du secteur, en raison d'un désaccord de longue date sur les niveaux réels de production.

Le rapport de l'Opep attendu mercredi devrait aussi montrer que l'Arabie saoudite a augmenté sa production à 10,07 millions de bpj en juin, selon des sources du secteur, contre 9,88 millions de bpj en mai. Ce chiffre est légèrement supérieur à l'objectif de 10,058 millions de bpj fixé par l'Opep à Ryad, mais la production moyenne en 2017 du royaume reste inférieure au quota, précise une source de l'Opep.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je suis maintenant si sûr qu’il doit y avoir un accord souterrain entre les maitres de l’OPEP et les contractants du Schiste US que c’est devenu visible à l’ œil nu.
    En effet, l’OPEP était une fois déterminante non seulement du prix mais surtout des quantités produites et mises sur le marché. Son dernier deal a mis à nu l’étendue à laquelle la révolution de schiste aux États-Unis a bouleversé cette dominance du marché depuis plusieurs décennies. Cette fois-ci l’Arabie Saoudite est tranquillement d’inaugurer une nouvelle coopération sans précédent entre les titans de l’énergie, avec l’OPEP en son centre.
    Un commentateur disait l’autre jour comment :
    « Ils (OPEP) ont perdu le contrôle du marché car ils ne sont plus le swing producteur mondial, » explique-t-il pour ainsi dire expliquer leur attitude désormais conciliante qui en fait est davantage plus coopérative à faire fructifier le Schiste comme s’ils y avaient investi une certaine part.

    Rapporter Faro Laz mercredi 12 juillet 2017 19:41
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.