Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   APS
  • lundi 6 novembre 2017 13:10

Algérie: Finalisation avant fin 2017 de la stratégie de Sonatrach à l’horizon 2030

Le groupe Sonatrach va investir une cinquantaine milliards de dollars sur les cinq prochaines années, soit une moyenne de 10 milliards de dollars annuellement.

 

Le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a indiqué lundi à Hassi R'mel que l'élaboration de la nouvelle stratégie de ce groupe pétrolier à l’horizon 2030 pourrait être finalisée  avant la fin de l’année 2017.

"Nous sommes en train de travailler sur une nouvelle stratégie de Sonatrach à l’horizon 2030, et j’espère voir (l'ébauche de cette stratégie) finalisée avant la fin de l’année 2017", a-t-il déclaré à la presse en marge d'une visite effectuée à Hassi R'mel.

Pour rappel, le Groupe Sonatrach a entamé l'élaboration d'une nouvelle stratégie à l'horizon 2030, intitulée "projet SH2030".

Il s'agira "de définir ce que Sonatrach va devenir, comment et avec quels moyens et organisation va-t-elle y parvenir", avait déjà expliqué M. Ould Keddour en septembre dernier.

"Nous voulons développer la stratégie d'ici l'horizon 2030 pour pouvoir savoir où nous voulons aller, est-ce que nous allons transformer Sonatrach, est-ce que nous ferons aussi du solaire ou bien d'autres activités. Nous allons définir la vision et développer les objectifs. Et à partir de ces objectifs, il s'agira de définir les moyens nécessaires à mettre en oeuvre pour les mener à l'horizon 2030", avait-il expliqué.

Respect des délais et des coûts des projets

Abdelmoumen Ould Kaddour, a insisté, lundi à Hassi R'mel, sur le respect des délais et des coûts ainsi que de la qualité des projets engagés par ce groupe pétrolier national.

"Je suis très sensible à ce que les projets soient respectés en termes de délais, de coût et de la qualité", a-t-il souligné lors de sa visite à Hassi R'mel. A ce propos, il a considéré qu'il y a beaucoup de progrès à faire sur ces trois critères. 

Par ailleurs, il a relevé que le monde est en train de connaître des changements importants: "si nous n’arriverons pas à suivre ces changements, nous serons dépassés", a-t-il avisé.

Pour rappel, le groupe Sonatrach va investir une cinquantaine milliards de dollars sur les cinq prochaines années, soit une moyenne de 10 milliards de dollars annuellement dans tous les domaines (exploration, exploitation, formation...), avait annoncé en octobre dernier M. Ould Kaddour. 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...