Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   APS
  • mardi 16 janvier 2018 15:23

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

 

11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.

 

La compagnie Sonatrach a signé lundi dernier un contrat de processing avec une raffinerie pétrolière italienne permettant au groupe algérien de transformer par lui-même en  Italie une partie du pétrole brut algérien en carburants, a annoncé mardi son P-dg, Abdelmoumen Ould Kaddour.

Lors d’un point de presse tenu à l’issue de sa visite à Tiguentourine (Illizi), M. Ould Kaddour a réaffirmé que l’Algérie ne pourrait plus continuer à importer les carburants pour près de deux (2) milliards de dollars/an.

Interrogé par l'APS en quoi consistera ce contrat de processing, M. Ould Kaddour a expliqué qu'il s'agit pour Sonatrach de louer les équipements du raffineur italien sur place pour procéder aux opérations de raffinage en Italie, ce qui permettra à Sonatrach de récupérer les carburants obtenus à  un prix moins cher.

Ce contrat de processing a été signé suite à un appel d'offres international lancé par la compagnie pétrolière algérienne. Par ailleurs, le P-dg de Sonatrach a annoncé que son Groupe comptait lancer au minimum deux (2) projets dans la pétrochimie.

Pour rappel, 11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.

Ainsi, pour répondre aux besoins nationaux en produis dérivés dont le gasoil, Sonatrach a lancé un vaste programme de développement de l’industrie du raffinage.

Un programme scindé en deux axes: la réhabilitation des vieilles raffineries pour porter les capacités installées de 22 à 27 millions de tonnes par an, et la réalisation de nouvelles raffineries afin de rehausser les capacités de production et de traitement des produits dérivés pour répondre aux besoins nationaux, et en exporter les excédents.

Le plan de réhabilitation, qui coût la somme de 4,5 milliards de dollars à Sonatrach, concerne les raffineries d’Alger, Arzew et de Skikda.

Avant sa rénovation, la raffinerie d’Arzew traitait 2,5 millions de tonnes/an de pétrole brut saharien et 280.000 tonnes de pétrole importé. Aujourd’hui, sa capacité de traitement est passée à 3,8 millions de tonnes/an.

Pour ce qui est de la raffinerie de condensat de Skikda, qui avait une capacité de traitement de 5 millions de tonnes/an et 20.000 tonnes de bitumes, elle traite, après la rénovation de son complexe, 980.000 tonnes de gasoil, 550.000 tonnes de fuel et 490.000 tonnes d’essence normale ainsi que 120.000 tonnes de bitumes.

A cela s’ajoute le méga train GPL à proximité de la région qui a coûté 2,9 milliards de dollars pour sa réalisation. Son niveau de production de 4,7 millions de tonnes vise à augmenter les capacités de traitement de gaz de Sonatrach.

Pour ce qui est de la raffinerie d’Alger, une fois mise en service, elle verra sa capacité de production en gasoil passer de 737.000 tonnes/an à 1,18 million de tonnes/an, ainsi qu'un doublement de la capacité de production de l'essence super avec une hausse conséquente des capacités de stockage de carburants.

La raffinerie d’Alger devra être livrée en décembre 2018 tandis que les travaux de réalisation de la raffinerie de Hassi Messaoud seront entamés au cours l'année  2018, et l’appel d’offres pour la raffinerie de Tiaret sera lancé dans les prochains mois.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • C'est du n'importe quoi, la raffinerie de Skikda, passant de plus de 5 milions de tonnes a un peu plus de 2200000. Faites le calcul. D'abord ce qui est interessant dans cette operation ce qu'on devait economiser annuellement par rapport au cout de l'importation de ce produit. C'est là la transparence.

    Rapporter maalich jeudi 18 janvier 2018 14:49
  • IL aurait été plus simple d'arrêter la vente des automobiles au Diesel, de n'autoriser que le montage des véhicules Essence/gpl, d'augmenter la subvention pour les kits de conversion gpl.
    Je sais, vous allez me dire que c'est connu depuis les années 80 et que c'est les contrebandiers qui dirigent notre pays.
    JE COMMENCE A LE CROIRE apres 40 ans de scepticisme.

    Rapporter APRUTOIMEME jeudi 18 janvier 2018 12:32
  • encore des mensonge a la face du peuples algèriens,tous les raffinerie en question on ètait arrèter,celle de biskra dont je connais est a l abandons,et les officiel nous dise quelle vas bientot etre fini,aucune honte ,des milliars de dollars dèlapider on aurais pu construire plusieurs raffinerie,meme chose pour les acièrie,et les cimenterie,on attend 57 ans pour avoir des bien de consommations constuit en algèrie,sachant que cela coute des milliars a l ètat,dans les annèe 2000 il voulait importer de l erau par tanker alors que nous avont la plus grande source d eau du monde,mais la il n y a rien voler donc sa ne leur intèresse pas,une vrai mafia on devrais leur demander des comptes

    Rapporter soleil mercredi 17 janvier 2018 07:45
  • Ya missiou ould kadour,qu'avez vous fait à BRC spécialisée ingénieurie pétrolière??? Vous avez construit des tours? Des bâtiments?? Vous n'avez pas honte d'envoyer notre petrole en Italie pour le raffiner,alors que nous avons construit raffineries et complexes ya presque 50 ans?? Mais ça c'était l'epoque des grands,des stratèges nationalistes,boumediene & co.

    Rapporter Mobencous mardi 16 janvier 2018 22:13
  • Dites à l'APS d'aller vérifier leur information avant d'écrire n'importe quoi...
    Sonatrach ne loue rien aux italiens. C'est un simple contrat de raffinage : On donne du pétrole brut à une raffinerie qui nous le renvoi sous la forme que l'en veut : (essence, gasoil...) moyennant des "Processing Fees" c-à-d des frais de traitement, ni plus ni moins.

    Rapporter San4 mardi 16 janvier 2018 20:34
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.