Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Mai 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • vendredi 26 janvier 2018 18:25

"Pour le plan ENR, nous sommes revenus à la case de départ"-A. Attar (audio-vidéo)

Depuis 2011, année de l’annonce du programme ENR de 22 000 MW, l’Algérie n’a réalisé que 354 MW alors que le fameux projet des 4500 MW en solaire, annoncé en 2016, n’est toujours pas lancé.

 

L’objectif d’atteindre les 22 000 MW d’électricité issue des énergies renouvelables à l’horizon 2030 est irréalisable, a indiqué Abdelmadjid Attar, consultant en énergie, ancien ministre des ressources hydrauliques et ancien DG de Sonatrach, dans l’invité du direct de RadioM. « Pour le plan ENR, nous sommes revenus à la case de départ », a-t-il souligné.

Selon lui, depuis 2011, année de l’annonce du programme ENR, l’Algérie n’a réalisé que 354 MW alors que le fameux projet des 4500 MW en solaire, annoncé en 2016, n’est toujours pas lancé. Même pendant la rencontre sur la transition énergétique, organisée par les deux groupes publics Sonatrach et Sonelgaz avec le FCE, il y a quelques jours, « aucune date n’a été donnée » sur le projet des 4500 mégawatts. « L’Algérie a perdu une année à ne rien faire, alors qu’on était prêt à lancer le fameux appel d’offres du projet de 4500 mégawatts dans le sud », a-t-il regretté.

Par ailleurs, M. Attar a fait savoir qu’un décret délimitant les prérogatives du ministère de l’Energie et celui de l’Environnement concernant les énergies renouvelables avait été signé récemment. Selon lui, tout ce qui est rattaché au réseau en matière d’énergies renouvelables relève désormais du ministère de l’Energie, alors que tout ce qui ne l’est pas, comme la production indépendante et domestique relèvera des prérogatives du ministère de l’Environnement. M. Attar a salué cette décision qui vient clarifier les choses, tout en s’interrogeant sur la capacité du ministère de l’Environnement pour mener à bien sa mission.

L’ancien DG de Sonatrach considère que le fait de confier la gestion des énergies renouvelables au ministère de l’Environnement éatait une erreur,  parce que c’est « une activité énergétique et toutes ses règlementations font partie des prérogatives du ministère de l’Energie ». « Je ne sais pas pourquoi cela a été fait, mais quelque part, ils se sont rendu compte que c’est erreur et il fallait revenir en arrière que de continuer dans cette démarche», a-t-il souligné.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Il n'y a aucune incompétence ou improvisation de la part des décideurs.
    Depuis les années 80, l'objectif est de retourner au régime des concessions en assurant des garanties pour péréniser cet objectif. Les fondamentaux de la politique de ces décideurs (qui ne vivent pas forcément en Algérie) sont:
    1- maintenir une forme d'économie qui dépend à 98% de la rente des hydrocarbures sans prévoir la moindre transition energétique ou autre (electricité produite exclusivement à partir du gaz, GPL carburant peu encouragé, PVS interdits de manière indirecte et vicieuse etc..)
    2- programmer une destruction du régime par implosion sociale (à l'assèchement de la dite rente qui ne peut pas être eternelle)

    Les outils utilisés:
    -humiliation du citoyen et provocation
    Confier les ENR au ministère de l'environnement est un exemple concret.
    Autoriser le montage d'automobiles diesel est un autre exemple (qui va à l'encontre du GPLc)

    Un PDG à Sonatrach non encore jugé .. pour les affaires civiles

    LA LISTE EST LONGUE

    L'implosion de 86 n'a pas réussi... on programme la suivante

    Rapporter implosion dimanche 28 janvier 2018 00:19
  • Effectivement c une erreur grossière de mettre les énergies renouvelables avec l'environnement.
    Oui M Attar,chez nous on parlote trop pour ne rien faire. On tergiverse à chercher définition transition énergétique. Il ne faut plus l'appeler comme ça il faut parler de devrloppement énergie renouvelable. G lu le discours de Guitouni là dessus,c une catastrophe! Un discours creux indigne d'un ministère de l'énergie. Il a dit que transition énergétique n'a pas meme signification chez nous que chez les autres!!! D'après lui nous avons fait transition en passant de la bougie à l'électricité après l'indépendance!!! Quelle amalgame,quelle médiocrité!! Mais une question M Attar: " pourquoi on ne vous écoute pas,vous et vos collègues"??

    Rapporter Mobencous vendredi 26 janvier 2018 20:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"La baisse des stock américains n’a pas un grand effet sur les prix du pétrole" (Mustapha Mekidèche)

  Selon l’expert, c’est la position de l’Union Européenne vis-à-vis des pays Opep qui risque de provoquer un chamboulement du marché pétrolier.

Algérie: Le procès du porte-parole de la Coordination des comités de soutien de Cevital, reporté

  D’après Bouzidi, la marche organisée le 14 mai à Bejaia « commence à porter ses fruits ».

Algérie : L’activité de la gare maritime de Mostaganem progresse de 17%

  Au cours du premier trimestre 2018, il a été enregistré le passage de 13.232 véhicules, à partir et vers Mostaganem.