Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Avril 2018

  •   De notre envoyé spécial à Oran, Ahmed Gasmia
  • mardi 27 mars 2018 11:27

"L’exploitation du gaz en offshore est un objectif bien plus réaliste pour l’Algérie que le schiste" (source-Alnaft)

 

L’Algérie a fait appel à trois firmes internationales pour lancer des études en vue d’évaluer son potentiel en énergie au niveau de l’offshore. Ces trois études actuellement en cours seront renforcée très prochainement par une quatrième.

 

« L’exploitation du gaz offshore par l’Algérie est un objectif bien plus réaliste, dans l’état actuel des choses, que l’extraction, à moyen terme, du gaz de schiste, une énergie non conventionnelle dont on est encore loin pour de multiples raisons ». C’est en substance ce que nous a déclaré un responsable  d’Alnaft (Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures) qui a préféré garder l’anonymat.

Le responsable rencontré en marge de la huitième édition du salon dédié à l’énergie, Napec (North Africa Petroleum Exhibition & Conference) organisé depuis dimanche dernier à Oran, estime que l’Algérie a  plus de chances d’extraire du gaz de ses côtes que d’exploiter le vaste gisement de schiste dont elle dispose. Sans s’attarder sur l’opposition à laquelle pourraient se heurter les autorités,  l’exploitation du schiste sera extrêmement difficile pour deux raisons principales, selon lui. La première est l’absence d’un environnement favorisant le lancement des travaux d’exploitation, environnement qui inclut, entre autres, la disponibilité de fournisseurs de service et d’équipements nécessaire au bon fonctionnement d’une telle filière, en plus d’une réglementation adapté. Des éléments qui nécessitent beaucoup de temps à être mis en place. Le deuxième obstacle est le coût encore élevé de l’exploitation du gaz de schiste, poursuit notre interlocuteur qui prévoit que le coût d’extraction restera un réel problème même après des années.

Sur ce point précis, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni  a déclaré, il y a quelques jours, que l’exploitation du gaz de schiste ne se fera pas avant cinq ou dix ans. Et chez Alnaft, on pense que même au-delà de ce délai l’extraction restera encore coûteuse.

Pour notre source, l’offshore est une option réaliste car elle n’impliquera aucun bouleversement majeur, du moins pas à l’échelle d’une industrie d’extraction du schiste. De plus, les découvertes récentes de gaz au large de certains pays méditerranéens tels que l’Egypte sont  assez encourageantes pour l’Algérie, note le même responsable.

En ce qui concerne l’offshore justement, l’Algérie a fait appel à trois firmes internationales pour lancer des études en vue d’évaluer son potentiel en énergie au niveau de l’off-shore. Ces trois études actuellement en cours seront renforcée très prochainement par une quatrième.

  


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je suis d'accord pour l’exploitation du gaz naturel conventionnel en offshore, c'est une sage décision. Le potentiel de gaz naturel conventionnel est considérable en Algérie. Je suggère de continuer la prospection sur tout le territoire nationale en faisant appel aux compétences et aux aux entreprises spécialisées dans le domaine Algériennes, qui sont installées aux USA, Grande Bretagne … C'est vital, à ce stade vital et très confidentiel, qui relève même du secret défense, pour le pays.
    L'Algérie dispose de satellites et de drones, qui permettront de cartographier très rapidement tous les gisements de gaz naturel conventionnel et d'affiner les nouvelles réserves prouvées. Ce qui doublera, je suis convaincu, les réserves actuelles de gaz. Il en est de même pour le pétrole.
    S'agissant du l’exploitation du gaz naturel conventionnel en offshore, je suggère de faire appel à BP, qui possède une expérience unique au monde dans l’exploitation du gaz naturel conventionnel et du pétrole en offshore, comme en témoignent ses réussites extraordinaires en offshore dans le le golf du Mexique aux USA, un endroit très difficile d'accès et à exploiter. La société BP, qui a longuement travaillé avec Sonatrach, est le choix le plus judicieux gagnant-gagnant, pour notre pays.

    Rapporter Simply mercredi 28 mars 2018 01:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La Banque Mondiale s'engage à poursuivre son soutien à la Tunisie dans la réalisation de ses réformes

La Banque Mondiale a affirmé appuyer la Tunisie dans la réalisation de ses projets de réforme, afin de booster la croissance et répondre aux besoins socio-économiques du pays.

Algérie: L'inflation moyenne annuelle à 4,6% jusqu'à mars 2018

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,6% jusqu'à mars 2018, a appris l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS).

Les assises nationales sur l’agriculture : un colosse aux pieds d’argile ! (contribution)

Des assises sur l’agriculture seront organisées le 23 du mois courant sous le thème ’’ l'agriculture au service de la souveraineté nationale ’’.