Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Amar Ingrachen
  • jeudi 26 avril 2018 17:17

Algérie-Pétrole: Mékidèche appelle à la prudence face à la hausse des prix et à la poursuite des réformes

 

 

Selon l’expert, « les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale ».

 

La tendance haussière des prix du pétrole est-elle durable ou est-ce un fait de conjoncture ? Mustapha Mekideche, économiste et spécialiste des questions énergétiques et néanmoins vice-président du CNES (Conseil national économique et social) considère que cette question est fondamentale dans la conjoncture actuelle parce qu’elle introduit « la variable du temps long et du temps court dans la formation des prix des hydrocarbures ». 

« Pour la situation actuelle, il y a ce que l’on souhaite tous, comme l’a résumé le P-DG de la Sonatrach avec un prix de 75 dollars, et il y a ce qui peut être. Pour ma part, je préfère m’en tenir à la prudence plutôt qu’à l’excès d’optimisme », affirme Mustapha Mekidèche qui préconise de« garder la tête froide » et de « maintenir le cap des réformes et la rigueur budgétaire ». La raison ? M. Mekidèche la donne sans nuances.

« Les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale. Alors si l’on maintient l’hypothèse de la discipline des producteurs Opep et non Opep qui ont participé à l’accord qui a permis, pour une grande part, le rééquilibrage du marché, à l’inverse, d’autres éléments problématiques subsistent. Lesquels ? D’abord le niveau de la reprise espérée de l’économie mondiale. Ensuite le trend, à long terme, d’exploitation des pétroles de schistes américains. Il y a aussi le rythme et le volume de la reprise des investissements dans la branche hydrocarbures conventionnels et non conventionnels. Avant-dernier élément d’incertitude : le taux réel d’accélération de la croissance des énergies mondiales dans les différents paniers énergétiques. Et enfin, l’évolution de la situation géopolitique dans le Moyen-Orient et les pays du Golfe, notamment l’Iran et l’Arabie Saoudite », explique Mustapha Mekidèche.

Mais pas seulement. Battant en brèche les optimises qui fusent çà et là, le vice-président du CNES se veut très prudent. « Je ne me hasarderai pas à établir pour 2020 des hypothèses de travail supérieures à 70 dollars le baril pour nos deux prochaines lois de finances. C’est ce que l’on appelle le principe de précaution. Cela veut dire que les réformes visant à allumer d’autres moteurs de la croissance pour diversifier les sources de revenus du pays et la rigueur budgétaire seront d’actualité dans le temps long ».


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...