Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Nabil Mansouri
  • samedi 28 avril 2018 11:12

Algérie:"Investir dans le gaz conventionnel dans les pays voisins est plus rentable que d’aller vers le schiste" (Tewfik Hasni)

 

Tewfik Hasni a souligné l’importance d’une bonne gouvernance qui s’appuie sur des études fiables et des chiffres exacts.

 

Entrer en partenariat pour exploiter du gaz dans des pays voisins est plus rentable que d’aller vers le gaz de schiste, a assuré l’expert en transition énergétique et ex-vice-président de Sonatrach, Tewfik Hasni lors de son dernier passage sur Radio M. « Pour quoi aller vers le gaz de schiste si on peut aller vers du gaz conventionnel à bat prix chez nos voisins ? », s’est interrogé Tewfik Hasni.

Il a évoqué, dans ce contexte, la Libye, un pays qui pourrait offrir une opportunité intéressante en termes de partenariat dans le domaine gazier en raison du très grand potentiel de ce pays.

Selon Hasni, aller vers l’exploitation de gaz de schiste aujourd'hui avec un prix qui ne dépasse pas les 3 dollars le million de BTU ne peut être rentable. Il explique, à ce sujet, que si l’Algérie voulait  récupérer 20 milliards de mètres cubes de gaz, il lui faudrait exploiter près de 1000 forages, pour un prix de gaz tête de puits de près de 18 dollars le million de BTU. Un investissement qui, à ce prix là,  « n’a pas de sens », selon lui.  « Si en doit aller vers le gaz de schiste cela va nous couter très cher et c’est pour cela qu’il faut aller vers d'autres solutions », a-t-il fait savoir.

D’autre part, l’ex-vice président de Sonatrach, a souligné l’importance d’une bonne gouvernance qui s’appuie sur des études fiables et des chiffres exacts. A ce propos, il fera remarquer que  les informations liées à tous les besoins stratégiques sont loin d'être crédibles chez nous.  « Vous n'avez qu'à prendre les chiffres qui concernent les réserves de gaz. Certains vous disent qu'on est à 4500 milliards de mètres cubes de réserves encore récupérable, tandis que d'autres les évaluent à pas plus de 2700 milliards de mètres cubes. On ne peut pas bâtir une stratégie sur la base d’informations qui ne sont pas crédibles », assure l’invité de Radio M.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...