Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

L'opérateur de téléphonie mobile Mobilis va se déployer à l’international, notamment au Mali où il a soumissionné pour l'obtention de l'exploitation de la licence de 4ème génération dans ce pays, aux côtés du Maroc et de la France, a annoncé lundi la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun.
"Après avoir obtenu l’autorisation du Conseil des participations de l’Etat, nous avons ficelé le dossier dans le but de remporter le marché de cette licence 4ème génération au Mali", a expliqué Mme Feraoun, précisant que "Mobilis a prévu de se déployer plus massivement au Mali pour des raisons de proximité".

APS

« Face à un taux d’inflation de 7,7%, la Banque centrale de Tunisie n’avait pas d’autres choix que d’augmenter son taux d'intérêt directeur et si la situation continue sur cette lancée, il faut s’attendre à d’autres corrections de ce taux », a affirmé, lundi, le président de la Conect, Tarek Cherif.
Contacté par l’agence TAP, pour commenter la dernière révision à la hausse du taux d'intérêt directeur de 100 points de base, passant de 5,75% à 6,75%, le président de la 2éme centrale patronale du pays, a considéré que « la Tunisie qui se trouve dans le besoin de contracter des crédits auprès des institutions financières internationales, notamment la Banque mondiale et le FMI, doit se conformer aux exigences internationales en la matière, selon lesquelles le taux d’intérêt directeur ne doit pas être trop à l’écart par rapport à celui de l’inflation, pour maîtriser cette dernière ».
« La régulation de la politique monétaire via l’instrument du taux d'intérêt était donc la réponse de la Banque centrale à la montée de l’inflation qui risque de saper tous les fondamentaux de l’économie », a-t-il encore expliqué.
A la question de savoir s’il n’y a pas d’autres moyens pour juguler l’inflation outre celui de recourir à l’instrument du taux d'intérêt, Cherif a estimé que « les seules pistes possibles pour maitriser ce taux, résident dans un surcroît de travail avec plus de productivité, plus d’efficacité, plus d’exportations, plus d’endettement à l’échelle nationale plutôt qu’à celle internationale. Ces pistes là ne sont malheureusement pas très appréciées par les tunisiens qui favorisent toujours les options de facilité et qui se croient toujours dans une zone de confort, de laquelle ils refusent de sortir ».

TAP

Les opérateurs économiques marocains sont quasi-unanimes (97,5%) à penser que le modèle de développement actuel a atteint ses limites et qu’il doit nécessairement évoluer pour plus d’efficacité, ressort-il d’une récente enquête menée par le Centre marocain de conjoncture (CMC).
Cette quasi-unanimité des industriels à souligner l’essoufflement du modèle de développement actuel et la nécessité de procéder à sa transformation en profondeur s’explique par la persistance des inégalités sociales et territoriale, la faiblesse de la capacité de création d’emploi et l’aggravation du chômage, précise le CMC dans une note sur cette enquête réalisée durant le premier trimestre de 2018.
Elle est due également à l’essoufflement de la croissance, à la déficience du système de gouvernance, à la faible diversification productive, à l’insuffisance de la compétitivité, à la faiblesse du secteur exportateur, à la faible convergence vers les pays émergents, à la faiblesse des rendements des investissements et à la détérioration des équilibres financiers, ajoute la même source.
Le CMC fait savoir à ce propos que dans le cas d’une éventuelle révision du modèle de développement de l’économie nationale, 85,7% des industriels sondés pensent que la nouvelle stratégie doit combiner le développement du marché intérieur et l’intégration des marchés internationaux, tandis que 28,6% proposent une stratégie de compétitivité, d’ouverture, d’intégration des marchés internationaux et d’exportation et 11,9% n’écartent pas une stratégie axée principalement sur le développement du marché intérieur.
La réussite d’une telle stratégie doit, selon les patrons marocains, s’appuyer en priorité sur le développement régional et la réduction des inégalités pour 75% d’entre eux. L’amélioration des performances économiques et la convergence vers les standards des pays émergents viennent en second lieu. C’est ce que confirment, respectivement, environ 59,5% et 54,8% des sondés.
Ainsi, l’éducation, la formation, le renforcement des compétences et le développement du capital humain viennent en tête des leviers sur lesquels il faudrait agir pour relever ce défi selon 18% des chefs d’entreprises, suivis par l’accélération des réformes visant notamment l’amélioration du climat des affaires, des performances de l’administration, du système fiscal, du système judiciaire et la décentralisation (16%) et l’amélioration du système de gouvernance (14%).
Il s’agit aussi du développement des infrastructures de base (11%), de la promotion des activités de recherche & développement dans les secteurs public et privé (11%), de l’intensification de l’investissement et du processus d’accumulation du capital physique (9%), de l’amélioration de la compétitivité et intégration plus poussée des marchés internationaux à travers les flux de biens, services et capitaux (9%) et de la facilitation des moyens de financement de l’entreprise (8%).
Par ailleurs, le CMC a indiqué que 66,7% des responsables d’entreprises pensent que le rôle que devrait jouer l’Etat dans le nouveau modèle de développement de l’économie marocaine est, surtout, celui de facilitateur, de régulateur, de partenaire et d’accompagnateur des initiatives privées.
Un Etat intervenant par le truchement du secteur public dans l’économie (Etat développeur) n’est apprécié que par 23,8% des personnes sondées alors qu’un Etat fixant les choix stratégiques à long terme et les conditions de leur réalisation (Etat stratège) est souhaité par 50% des opérateurs.
Dans cette perspective, les opérateurs du secteur privé se disent prêt à participer à une dynamique qu’impose la nécessaire évolution du modèle de développement de l’économie marocaine. Les secteurs à dynamiser davantage dans le nouveau modèle de développement sont en priorité le secteur industriel et les activités de service, suivis de l’agriculture, de l’énergie et du secteur touristique.
Selon les résultats de l’enquête, les options stratégiques privilégiées par les industriels sont successivement le développement de l’économie sociale et solidaire, le développement de l’économie numérique et le développement de l’économie verte.

MAP

Les forces militaires turques sont parvenues dans les faubourgs de la ville de Manbij dans le nord de la Syrie conformément à un accord conclu avec les Etats-Unis, a annoncé la chaîne de télévision turque NTV, citant des sources locales, lundi.
Ankara et Washington se sont mis d'accord sur une feuille de route prévoyant le retrait des miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) de Manbij.
La sécurité de la région doit être assurée par le déploiement de forces turques et américaines, suivant cet accord.

Reuters

Les premiers tests pour la mise en service des deux câbles sous-marins en fibre optique pour l'optimisation de la connexion internet en Algérie commenceront durant le dernier trimestre 2018, a annoncé lundi la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun.
"Nous allons commencé les tests pour la mise en service des deux câbles sous-marins en fibre optique pour l'optimisation de la connexion internet au dernier trimestre 2018, alors que la mise en service d'un des deux câbles interviendra en décembre 2018 ou janvier 2019", a indiqué Mme Feraoun à la Radio nationale, précisant qu'en parallèle, le réseau inter-wilaya devrait être achevé d’ici la fin de l’année en cours.
Elle a précisé qu'Algérie Telecom a investi dans deux câbles sous-marins pour l'amélioration de la connexion internet, le premier reliera Oran à Valence (Espagne) alors que le deuxième reliera la station de Annaba à l'infrastructure internationale Medex (Etats-Unis), "ce qui permettra aux Algériens de disposer d'un meilleur débit internet mieux sécurisé".

APS

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) entamera, mardi, l’examen et l’adoption article par article du projet de loi n°2017-89 relatif à la déclaration de patrimoine, à la lutte contre l’enrichissement illicite et les conflits d’intérêts dans le secteur public.
Dans une déclaration à l’agence TAP, le président de la Commission de Législation générale, Taieb Madani, a indiqué que les 52 articles du projet de loi font l’objet d’un consensus de tous les blocs représentés au sein de la commission.
Selon lui, plusieurs blocs parlementaires, dont le bloc d’Ennahdha et celui de Nidaa Tounes, ont présenté des propositions d’amendement qui seront examinées au cours de la plénière.
Réuni le 6 juin courant, le bureau de l’ARP avait décidé la tenue d’une séance plénière les 19 et 20 juin pour l’examen du projet de loi relatif à la déclaration de patrimoine, à la lutte contre l’enrichissement illicite et les conflits d’intérêts dans le secteur public.
La Commission de Législation générale avait adopté, le 30 mai dernier, son rapport sur le projet de loi en question après avoir auditionné les parties concernées, dont notamment des représentants de la partie initiatrice (la présidence du gouvernement), de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), de la Cour des comptes et du pôle judiciaire économique et financier.
Le 14 juin courant, l’INLUCC a rappelé, dans une déclaration, qu’elle avait adressé une correspondance aux membres du parlement dans laquelle figure une série de recommandations et propositions relatives au projet de loi.L’Instance avait appelé à intégrer dans le texte de la loi, les articles nécessaires à son application afin d’éviter d’éventuels blocages au niveau des textes d’application. L’Instance a, en outre, appelé à ne pas appliquer la prescription à ce crime, car il s’agit, d’après elle, d’un crime grave affectant l’argent public.

TAP

Le Maroc et le Burkina Faso ont signé récemment à Rabat une convention-cadre de partenariat visant le développement de projets d’énergies renouvelables dans les deux pays, a indiqué l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN) dans un communiqué.
Signée par le président de MASEN, Mustapha Bakkoury et le ministre burkinabé de l’Energie, Bachir Ismaël Ouedraogo, cette convention vise à renforcer le socle de coopération entre les deux pays dans le domaine des énergies renouvelables à travers notamment l’échange d’informations, d’expertises, d’expériences et de savoir-faire, a précisé la même source.

MAP

Rupert Stadler, le président du directoire d'Audi, filiale haut de gamme de Volkswagen, a été arrêté lundi et est devenu à ce jour le plus haut dirigeant du groupe automobile à être inquiété par la justice dans le cadre de l'enquête sur le scandale du dieselgate.
"Dans le cadre d'une enquête sur le dossier diesel et les moteurs Audi, le parquet de Munich a exécuté un mandat d'arrêt contre M. le professeur Rupert Stadler le 18 juin 2018", écrit le parquet dans un communiqué, précisant que Stadler a été arrêté lundi matin à son domicile d'Ingolstadt, en Bavière.
"Nous confirmons que M. Stadler a été arrêté ce matin", a déclaré un porte-parole de Volkswagen, ajoutant que Stadler bénéficiait de la présomption d'innocence. Audi a également confirmé l'arrestation. Rupert Stadler de son côté n'était pas joignable dans l'immédiat.
Un porte-parole de Porsche SE, la société qui contrôle VW et Audi, a déclaré que l'arrestation de Rupert Stadler serait discutée lors d'une réunion du conseil de surveillance ce lundi.
Le parquet de Munich explique que l'arrestation du patron d'Audi a été décidée en raison du risque de le voir faire obstruction à la justice. "Le suspect a été vu par un juge qui a ordonné son placement en détention provisoire", a-t-il précisé.
Ce dernier a élargi la semaine passée ses investigations sur la marque de luxe de VW en incorporant Rupert Stadler parmi les suspects de fraude et de publicité mensongère.
Rupert Stadler, qui dirige Audi depuis 2007, a été critiqué pour sa gestion du scandale qui a éclaté en septembre 2015 quand Volkswagen a reconnu avoir faussé les tests des émissions polluantes de ses moteurs diesel aux Etats-Unis.

Reuters

Les prestations médicales dans la wilaya de Tindouf seront renforcées par l’entrée en service "prochaine" d’un nouveau service d’oncologie, a-t-on appris des responsables de l’établissement public hospitalier /EPH/ Si El-Houas.
D’une capacité d’accueil de 20 lits, ce service, doté des équipements nécessaires, permettra une meilleure prise en charge des malades et leur épargnera les longs déplacements sur des milliers de km vers les wilayas du nord du pays pour les motifs de soins, a indiqué Dr. Othmani Lotfi, hématologue au sein de cet établissement.
Cet acquis médical devra prendre en charge également les cancéreux en matière de traitement par chimiothérapie et analyses spécialisées assurées par le centre de transfusion sanguine accordée à la wilaya depuis trois ans, selon la même source.
Pour assurer un meilleur encadrement de ce service, des éléments des corps médical et paramédical de la wilaya de Tindouf ont bénéficié d’une formation spécialisée en prévision de l’ouverture de ce service.
Cette formation a concerné le dépistage précoce de la maladie, la prise en charge des malades et le traitement, a fait savoir le spécialiste.

APS

Une secousse tellurique d’une magnitude de 3,19 degrés sur l’échelle de Richter a été enregistrée, dimanche, 17 juin 2018, à 21h01min (heure locale), au sud de la délégation de Mzouna à Sidi Bouzid, a annoncé, lundi, l’Institut National de la météorologie (INM).
Selon les premières analyses, cette secousse est d’une latitude de 34,29 degrés et d’une longitude de 09,81 degrés. Elle a été ressentie par les habitants de Mzouna, a précisé la même source.

TAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.