Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

 

Le jogging solidaire avec Ryma soutenu par RadioM a enflammé les RS et les médias cette dernière semaine. Le CPP lui consacre un numéro spécial. 

La Direction générale des forêts (DGF) a annoncé l'organisation de diverses activités avec les différentes structures socio-éducatives, et ce, à l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre la désertification célébrée annuellement le 17 juin, a indiqué cet organisme mercredi dans un communiqué.
Ces activités prendront la forme d'expositions, de conférences, de tables rondes sur la problématique de la désertification à travers l'ensemble des wilayas du pays, pour lancer des actions de sensibilisation du public sur les fonctions, les valeurs et les avantages des écosystèmes forestiers, du couvert végétal naturel ainsi que de bonnes pratiques agricoles, en vue de les protéger durablement pour les générations futures, a précisé la même source.
A noter que les Nations Unies ont décrété en 1994 le 17 juin comme " Journée mondiale de la lutte contre la désertification" pour sensibiliser l'opinion publique aux défis de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse, ainsi que de la mise en oeuvre de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par ces fléaux, notamment en Afrique.
Selon la même source, le slogan retenue cette année par les Nations unies est " la terre a de la valeur. investissez-y", et ce, afin de démontrer l'importance des terres productives comme moyen de régénérer les économies, de créer des emplois et contribuer à la durabilité et la stabilité.
Quant au niveau national, le thème retenu pour cette année est " lutter efficacement contre la désertification, c'est gérer durablement la terre, nourrir la planète, stabiliser la population au service de la souveraineté nationale".
Ainsi, poursuit la DGF, cette année est l'occasion de "s'engager dans une compagne pour réhabiliter les terres dégradées, réinvestir dans les terres agricoles et exploiter leur potentiel massif de création d'emplois".
L'ambition est de parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres d'ici 2030, ajoute le communiqué.
A cet effet, la DGF a appelé à la mobilisation en vue d'assurer les 3 S: soit, Sécurité alimentaire, Stabilité sociale, Souveraineté nationale.

APS

La deuxième phase du programme nouvelle génération d'entrepreneurs permettra la création de 123 petites entreprises, qui s'ajouteront aux 173 entreprises créées lors de la première phase. Ainsi le nombre globale des entreprises déjà créées lors de la première phase.
Le nombre globale d’entreprises devrait s’élever, vers la fin de l’année 2018, à près de 300 (principalement des TPE) dans les domaines de l’équipement, entretien des infrastructures routières, environnement et des technologies des communications. C’est ce qu’a déclaré Faouzi Abderrahmen, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi, lors des travaux de la conférence nationale sur l’emploi, mercredi 13 juin.
Lors de cette phase du programme, qui s’inscrit dans le cadre du plan national de l’emploi, sera accordé, en coopération avec les ministères de l’Equipement, de l’Environnement, des Technologies, un encadrement au profit de 123 entrepreneurs pour les aider à créer leur projet.
En effet, 90 jeunes entrepreneurs réaliseront dans le domaine de l’entretien de l’infrastructure routière, alors que les 36 restants le feront dans l’économie verte, explique le ministre de l’Emploi.
Selon lui, ce programme a pour objectif de créer une nouvelle génération d’entrepreneurs pour rénover le tissu économique tunisien.
Une troisième phase de ce programme concernera les ministères de la Culture, de l’Education et de la Jeunesse et des Sports.
Abderrahmen rappellera les efforts de l’Etat pour inciter à la création de projets, en accordant des appels d’offres publics à ces entreprises jusqu’à parvenir à s’implanter dans le marché et bénéficier d’une position concurrentielle.
En coopération avec le ministère de l’Equipement, seront créées lors de cette deuxième phase du programme pas moins de 81 petites entreprises, sachant que plus de 42 autres sont en phase d’étude.
Le ministre de l’Equipement et de l’habitat, Mohamed Salah Arfaoui, a souligné pour sa part que 37% des projets ont été réalisés avec succès sur un total de 92 sociétés.
Le ministre de l’Environnement et des Affaires locales, Riadh Mouakher, de son côté, mettra en relief les perspectives dans le secteur de l’environnement et de l’économie verte. C’est ainsi que, dans le cadre d’un accord avec le ministère de l’Emploi, seront créées 93 sociétés qui se spécialiseront dans des activités de travaux d’assainissement dans les zones rurales, entre autres.
A rappeler que lors de la première phase du programme, 29 diplômés de l’enseignement supérieur ont réalisé des projets dans le domaine de l’environnement.

TAP

L'indice de production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole a enregistré une hausse de 3% au cours du premier trimestre 2018 par rapport à la même période une année plus tôt, selon le Haut-commissariat au Plan (HCP).
Cette évolution résulte notamment de la hausse de l'indice de la production des «industries chimiques» de 6,4%, de celui des «industries alimentaires» de 5,7%, de celui de l'«industrie automobile» de 14,6%, de celui des «articles d'habillement et fourrures» de 2,9%, de celui des «produits métalliques» de 9,8% et de celui des «autres matériels de transport» de 18,7%, relève le HCP dans une note d'information relative à l'indice de la production industrielle, énergétique et minière au 1er trimestre 2018.
En revanche, l’indice de la production des «autres produits minéraux non métalliques» a enregistré une baisse de 3% avec une diminution de l’indice de la production du ciment de 6,9%, de celui des «machines et appareils électriques» de 10,4%, de celui des «produits du travail du bois» de 4%, de celui des «produits du travail des métaux» de 1,7% et de celui du «papier et carton» de 5,7%, ajoute le HCP.
Par ailleurs, l’indice de la production minière a enregistré une hausse de 19,7%, résultant de l’augmentation de l’indice de la production des «produits divers des industries extractives» de 20,6% et de celui des «minerais métalliques» de 1,5%, fait ressortir la note, ajoutant que l’indice de la production de l’énergie électrique a, également, enregistré une hausse de 8%.

MAP

Les ministres de l'Energie des pays du G20 se sont rencontrés jeudi dans la ville argentine de Bariloche (sud-ouest) pour discuter de la transition vers les énergies renouvelables et d'autres énergies vertes alternatives.
Cette réunion fait partie de la quatrième Rencontre ministérielle du G20, un groupe des 20 économies développées et émergentes dont l'Argentine assure la présidence.
Les ministres en charge de l'énergie et des ressources naturelles, ainsi que des experts envoyés par plusieurs organisations internationales comme l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEC) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), se sont réunis afin de se pencher sur les moyens à leur disposition pour promouvoir l'efficacité énergétique, la transparence de l'industrie énergétique, les technologies du secteur énergétique et les sources alternatives d'énergie.
Juan Jose Aranguren, ministre argentin de l'Energie et des Mines, et James Gordon Carr, ministre canadien des Ressources naturelles, devraient donner une conférence de presse sur le résultat des discussions du jour un peu plus tard dans la journée.
Des envoyés du G20 devraient également aller visiter les locaux d'INVAP, une entreprise d'Etat argentine spécialisée dans la conception et la production d'équipements pour les industries nucléaire, pétrolière, chimique et aérospatiale.
M. Aranguren devrait encore donner une autre conférence de presse à la fin de l'événement, vendredi après-midi, en compagnie de Thorsten Herdan, directeur général des Politiques énergétiques d'Allemagne, et Yoji Muto, ministre japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie.
Les pays du G20 représentent 77 % de la consommation énergétique mondiale et plus de 80 % de la production d'énergies renouvelables dans le monde, ainsi que 85 % du PIB global, les deux tiers de la population mondiale, et 75 % du commerce mondial.

Xinhua

Une production de l’ordre de 19.303 quintaux de légumineuses est attendue dans la wilaya d’El Tarf à la faveur de la campagne de collecte 2017-2018, a-t-on appris du directeur local des services agricoles (DSA).
Selon Kamaleddine Benseghir, cette récolte prévisionnelle sera réalisée sur 1928,5 hectares dont 134 hectares consacrés à la culture des lentilles et 15,4 autres pour le pois chiche, répartis sur les localités de Besbes, Dréan et Cheffia et, à un degré moindre, à Boutheldja, El Chatt, Chihani et Chebaita Mokhtar.
La culture des légumineuses enregistre "un regain d’intérêt" auprès des agriculteurs après de nombreuses années d’abandon, notamment pour la culture des lentilles, a relevé le DSA, précisant que 571 agriculteurs s’adonnent depuis trois saisons à relancer la culture des légumes secs.
Aussi, une croissance des rendements a été relevée, a indiqué la même source, soulignant que la superficie consacrée à la culture des légumes secs est passée de 850 hectares durant la campagne 2015-2016 à 1.281 ha, ayant donné 15.260 quintaux au cours de la saison agricole 2016-2017.
La production devant être réalisée au terme de la campagne de récolte qui sera lancée "incessamment" sera orientée vers la coopérative des céréales et légumes secs (CCLS) d’El Tarf qui compte une superficie agricole utile (SAU) de 73.173 , soit 88 % de la superficie agricole globale de la wilaya.

APS

A l’occasion de la fête d’Aïd El Fitr Al Moubarak, le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a félicité, jeudi soir, dans une adresse à la Nation, les mauritaniens et remercié les oulémas, les médecins et les journalistes, appelant tous les citoyens à s’inspirer dans leurs comportements quotidiens de l’esprit du mois béni du Ramadan pour renforcer la cohésion nationale et pour assurer le développement et le progrès du pays.
Voici la traduction du texte intégral de ce discours :
«Au nom d'Allah, le Tout Clément , le Très Miséricordieux.
Prière et Salut sur le plus Noble des Messagers !
Le Messager d’Allah a dit : « Le jeûneur connaît deux joies: quand il rompt son jeûne, il se réjouit et, quand il rencontre son Seigneur, il se réjouit de son jeûne ».
Chers citoyens, chères citoyennes,
Nous disons ce soir au revoir au mois béni du Ramadan, implorant Allah Le Tout Puissant d’être parmi ceux dont le jeûne et les prières ont été acceptés et les rétributions multipliées.
Nous accueillons demain la fête de l'Aid El Fitr Al Moubarak, heureux de la grâce extérieure et intérieure dont nous comble Allah.
A cette heureuse occasion de l’Aid El Fitr, je vous adresse chers citoyens mes félicitations les plus chaleureuses, souhaitant à notre cher pays davantage de progrès, de prospérité et de développement dans la sécurité et la stabilité dont il jouit, Alhamdoulilah.
J’adresse également mes sincères remerciements à tous ceux qui ont contribué à l’animation de ce mois béni : Oulémas, Fakîhs, médecins et journalistes.
Chers citoyens, chères citoyennes,
Vous avez exprimé durant ce mois béni votre attachement aux valeurs de l’Islam et aux vertus de la solidarité et d’entraide, concrétisant ainsi l’esprit du Ramadan tant dans les comportements que dans les actes de piété.
Nous sommes tous appelés à nous inspirer dans nos agissements quotidiens des valeurs du Ramadan pour renforcer notre cohésion nationale et pour assurer le développement et le progrès de notre pays.
Qu'Allah fasse revivre à la Mauritanie, à l'Oumma arabe et islamique et à l'humanité toute entière ce mois béni du Ramadan dans le bonheur et la bénédiction».

AMI

Le Président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et les présidents des groupes et groupements parlementaires à la Chambre des représentants ont convenu d’une nouvelle formule du régime de retraite des députés basée sur les ressources propres.
Les parties ont convenu d’une formule qui remplace toutes les initiatives législatives, à travers la présentation d’une nouvelle proposition de loi qui abroge les lois antérieures, comprenant un nouveau système de retraites des membre de la Chambre des représentants, selon de nouvelles normes, indique un communiqué de la Chambre des représentants.
En vertu de ces nouvelles normes, la pension de retraite “ne doit être versée qu’à l’âge de 65 ans, et non immédiatement après la perte du statut de parlementaire”, alors que la pension mensuelle des membres de la Chambre sera réduite à 700 DH pour chaque année législative, au lieu de 1000 DH auparavant, et les frais de cotisation seront maintenus à leur niveau actuel afin de ne pas impacter le budget général.
Selon ces critères, cette pension “est incompatible avec toute rémunération, salaire d’un poste ministériel ou autre haute fonction”.
Cet accord est intervenu dans le souci de veiller à ce qu'”aucune réforme ne peut avoir lieu, à travers le recours au soutien public, et ne peut être finalisé, à moins de prévoir une nouvelle formule garantissant un traitement durable de ce système en fonction de ses propres ressources, et sans pour autant solliciter l’appui du budget général, insiste le communiqué.
Cet accord s’inscrit dans le contexte du débat actuel sur la pension de retraite des parlementaires après la fin de leurs missions, pour une longue durée et à partir d’un jeune âge, en dépit des cotisations qui sont limitées dans le temps.
Le Président de la Chambre des représentants et les présidents des groupes et groupements parlementaires ont tenu plusieurs réunions afin d’examiner les solutions et initiatives législatives présentées par les différentes composantes de la Chambre, visant à réviser le régime des pensions des membres de cette institution législative, suite à son arrêt au début d’octobre 2017, et son incapacité en l’état actuel à verser les pensions des parlementaires, en se basant uniquement sur les cotisations de ses membres et ses propres ressources financières, ajoute le communiqué.

MAP

Abderrahman Bouanane, un demandeur d'asile marocain de 22 ans, a été condamné vendredi à la prison à vie en Finlande pour avoir tué deux femmes à coups de couteau en août dernier à Turku, à une centaine de kilomètres à l'ouest d'Helsinki.
"Bouanane voulait associer ses crimes aux actes terroristes de l'Etat islamique", peut-on lire dans les attendus du jugement, prononcé par le tribunal de Varsinais-Suomi.
Le mouvement djihadiste n'a pas revendiqué son acte.
Abderrahman Bouanane est arrivé en Finlande en 2016 sous une fausse identité. Il s'est radicalisé l'année suivante, après le rejet de sa demande d'asile. Le jour des agressions, il a réalisé une vidéo dans laquelle il parle notamment des frappes américaines contre l'EI Syrie.
Pendant son procès, il a dit être "en guerre contre les femmes" et a prétendu avoir perdu le contrôle de ses actes, mais en a été jugé pénalement responsable.

Reuters

Le Groupe Sonelgaz, le Groupe IMetal et la Société sud coréenne, B.H.I, ont signé jeudi à Alger, les statuts de création d'une société mixte, spécialisée dans la fabrication de chaudières de récupération et d’échangeurs thermiques pour centrales électriques à cycle combiné, a indiqué Sonelgaz dans un communiqué.
Dénommée B.H.I Algérie, les actions de cette nouvelle entité sont réparties entre Sonelgaz (30%), le Groupe IMetal (35%), et la société sud coréenne, B.H.I (35%), a précisé la même source.
Présent à la cérémonie de signature, déroulée au siège de son entreprise, le P-dg du Groupe Sonelgaz, Mohamed Arkab, a relevé "que ce partenariat est une première en Algérie", ajoutant que "cette joint-venture permettra le transfert de technologie, ce qui va générer de la valeur ajoutée à l’entreprise et au pays".
Pour sa part, le P-dg du Groupe IMETAL a relevé que le principe de cette joint venture est gagnant /gagnant pour les trois contractants, précisant que l’expérience de son Groupe et ses compétences dans le domaine de la sidérurgie leur permettront d’acquérir d’autres parts de marché.
De son côté, le président de BHI a souligné l'intérêt de son entreprise pour le marché algérien, affirmant son engagement à "déployer tous les efforts pour réussir cette association", et affichant également "son ambition d’élargir ce partenariat à d’autres domaines".
Pour rappel, ce projet entre dans le cadre des conventions signées par Sonelgaz, avec différentes sociétés du secteur industriel national, en vue d’aboutir à une coopération intersectorielle.
Ainsi, il a été décidé de créer un partenariat industriel entre Sonelgaz, IMETAL et le partenaire étranger BHI spécialisé dans le domaine de la conception, de la fabrication et du montage de chaudières de récupération, de condenseurs, d’échangeurs de chaleur, de réchauffeurs d’eau d’alimentation et de dégazeurs.
Le site retenu pour la fabrication des chaudières de récupération se trouve au niveau de l’entreprise Chaudral, située dans la wilaya de Relizane.
Relevant de IMETAL, cette usine s’étale sur une superficie totale de 20 ha, dont 27% de surface bâtie.
Ainsi, en sus du maintien de l’activité actuelle de Chaudral (fabrication de chaudières industrielles), cette société mixte fabriquera également des chaudières de récupération, des échangeurs thermiques, des condenseurs à surface, des réchauffeurs d’eau d’alimentation, des échangeurs de chaleur, des dégazeurs et des cuves sous pression.
La production envisagée est destinée à satisfaire la demande nationale pour ces types d’équipements ainsi que l’exportation. La société a la capacité de produire, annuellement, quatre chaudières de récupération avec auxiliaires.
Elle sera en mesure, en deuxième phase d’exporter des composants et des pièces de rechange des chaudières et les chaudières de récupération.

APS

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.