Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 22 Juillet 2017

  •   Xinhua
  • vendredi 22 juillet 2016 08:44

Maroc - Les tendances énergétiques mondiales en débat au "Global Energy Markets - Morocco"


A la veille de l'organisation par le Maroc de la 22ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP22), le cabinet d'avocats d'affaires Baker et McKenzie a organisé, mercredi à Casablanca, une conférence-débat autour du thème "Global Energy Markets - Morocco".


La tenue de cette rencontre à Casablanca a été l'occasion de présenter les grandes lignes de la nouvelle stratégie énergétique marocaine, notamment en matière de production d'énergies propres,
d'énergie gazière et électrique d'une part, et de gestion et distribution des ressources énergétiques et hydriques d'autre part.
"Nous concevons cet événement comme une rencontre de haut niveau entre professionnels et experts du secteur au Maroc et dans le monde. Une rencontre propice à la réflexion, à l'échange de savoir-faire et de bonnes pratiques", explique Kamal Nasrollah, Managing Partner de Baker et McKenzie Maroc.
Pour réussir ce séminaire, Baker et McKenzie a mobilisé plusieurs de ses experts dans le monde, qui ont examiné ces questions à travers l'étude de l'Accord de Paris ainsi que les perspectives et les paramètres pour les projets d'énergie renouvelable et de "Gas-to-Power".
Experts dans le conseil en matière d'énergie, de mines et d'infrastructures, ils ont partagé leurs expériences et discuté des objectifs clés et des défis pour les pays qui envisagent de mettre en place des projets de conversion de gaz naturel en électricité ainsi que l' établissement de contrats d'achat
d'énergie renouvelable avec des producteurs privés afin de sécuriser des sources d' énergies propres à des prix garantis.
Ces consultants et avocats spécialisés ont également fait le point sur les évolutions récentes au sein des marchés énergétiques mondiaux. Ils ont évoqué à ce titre, les tendances mondiales en matière de production et d'achat d'énergies renouvelables, de reconversion au gaz naturel ou à l'électricité.
Cette rencontre a connu aussi la participation de plusieurs acteurs marocains et internationaux des secteurs de l' énergie, des mines, des infrastructures et de la finance en plus de représentants gouvernementaux et des autorités locales.
Premier cabinet d'avocats d'affaires américain implanté au Maroc, Baker et McKenzie développe une grande expertise dans plusieurs domaines comme la bancassurance, le développement durable, le transport aérien, l'énergie ou l'environnement. Fondé en 1949 à Chicago aux USA, le cabinet compte 4000 avocats répartis dans 73 pays dans le monde constituant ainsi la plateforme mondiale la plus dense en matière de droit des affaires dans les pays émergents.
Le cabinet d'avocats d'affaires est également le premier à avoir obtenu le label Casablanca Finance City (CFC). Le bureau de Casablanca a été ouvert en 2012. Il s'agit de la troisième représentation ouverte par Baker et McKenzie en Afrique, après l'Egypte et l'Afrique du Sud, renforçant ainsi sa présence sur le continent. L'implantation de Baker et McKenzie à Casablanca n'est pas le fruit du hasard.
Le Maroc est devenu une destination stratégique pour les cabinets d' avocats d' affaires, un signe positif qui traduit l'attractivité du marché marocain ainsi que les opportunités d' affaires qu'il offre.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Facebook, lanceur d'alerte ou tribunal populaire? (les éclairages d'Akram Kharief)

Vidéos

Société Générale Algérie a réalisé un résultat net de 5,6 milliards DA en 2016

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie- Hausse de 30 des entrées touristiques, l’Algérie en haut du tableau des marchés émetteurs

La Tunisie a enregistré plus de 2,5 millions d’entrées touristiques durant le premier semestre de 2017, en augmentation de 29,3% par rapport à la même période de 2016, selon les chiffres de la Fédération Tunisienne de l'Hôtellerie (FTH).

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat (audio-vidéo)

La guerre déclarée entre le Premier ministre et le duo FCE-UGTA a offert un menu de choix à ce dernier numéro de la saison IV. Le CPP est allé au-delà des faits.

Maroc : La marche d’Al Hoceima violemment empêchée par les forces de sécurité, un militant grièvement blessé

La manifestation de jeudi 20 juillet à Al Hoceima pour la libération des militants du mouvement rifain ''Hirak'' et la fin de la répression dans le Rif, empêchée de se tenir par les forces de sécurité, a fait plusieurs blessés, dont un militant du Hirak, Imad El Attabi, dont le pronostic vital est engagé.