Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

ENR : L’Algérie a fait le mauvais choix en misant sur le photovoltaïque-Tewfik Hasni (audio-vidéo)

Tewfik Hasni, consultant en transition énergétique

Tewfik Hasni, consultant en transition énergétique continue de défendre bec et ongles la primauté du solaire thermique dans le programme des énergies renouvelables voulu par le gouvernement.

 

Sur le plateau de la webradio RadioM, l’ancien vice-président de Sonatrach,  Tewfik Hasni a estimé que le gouvernement a fait un mauvais choix en matière d’intégration industrielle en misant sur le photovoltaïque au lieu du solaire thermique dans le programme des énergies renouvelables.

Selon lui, sur le photovoltaïque investi massivement par les Chinois,  l’Algérie ne pouvait être compétitive au niveau technologique. « Le niveau de technologie est tel qu’il est impossible (pour l’Algérie ) d’être compétitif »,a-t-il souligné, ajoutant que le solaire thermique est non seulement délaissé par les Chinois mais aussi ce procédé est resté immuable hormis une évolution dans la réduction des coûts.

70% d’intégration  pour le solaire thermique

Pour M. Hasni, le solaire thermique offre de meilleurs ratios d’intégration ; à 70% pour le solaire thermique et moins de 40% pour le photovoltaïque. A coté de ce « mauvais choix », le gouvernement a aussi mis la barre haut en matière d’intégration, ce qui a fait que le programme du renouvelable lancé officiellement en 2011 traîne toujours la patte.

Selon « l’Invité du Direct » de Radio M, sur les 22 GW prévus par ce programme, il  n’a été réalisé que 0,1%. Toutefois, il entrevoit une « avancée » dans les dernières déclarations du ministre de l’Energie qui peut préfigurer d’un décollage de ce secteur marginalisé par les énergies fossiles.

D’abord, parce que la nouvelle vision de Noreddine Bouterfa tend à équilibrer le programme des énergies renouvelables en consacrant 50% au solaire thermique. Ensuite, la redéfinition des acteurs qui doivent porter ce programme. « Sonelgaz seul n’était pas un acteur déterminant. Cet acteur doit être présent sur le marché de l’énergie verte en Europe », a noté M. Hasni, en citant le groupe Sonatrach. Ce dernier a déjà constitué un groupe de travail pour prendre à bras le corps ce projet, a-t-il révélé.

Un secteur attractif malgré la crise

L’ouverture du dossier du renouvelable aux investisseurs étrangers est également salué par M. Hasni qui est revenu sur le lancement de la centrale hybride de Hassi R’mel réalisé par un consortium algéro-espagnol.  Sur ce projet, l’acteur étranger détenait 66% ce qui nous n’a pas empêché de tout contrôler, a-t-il révélé.

Interrogé sur la difficulté de ramener des capitaux pour pouvoir financer ce programme dont le montant est estimé à 120 milliards de dollars, M. Hasni s’est voulu rassurant, estimant que le secteur de l’énergie électrique reste attractif, puisqu’il croît même en temps de crise. « Le secteur de l’énergie électrique est me seul marché qui restera dominant. Même en pleine crise, il continue d’augmenter », a-t-il souligné. Et de recommander néanmoins une démarche rassurante envers les investisseurs, à travers l’élaboration d’un cadre juridique clair, la levée des entraves bureaucratique, mais aussi le lancement d’un programme et non de projets disparates  pour «  assurer un marché suffisant et  rassurant pour l’investisseur où l’industrie n’aura pas du mal à s’installer ».

Ecouter l’émission :  

Vidéo:

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Petite explication de texte pour les néophytes.....

    - "Pour M. Hasni, le solaire thermique offre de meilleurs ratios d’intégration ; à 70% pour le solaire thermique et moins de 40% pour le photovoltaïque...". 40% d'intégration sur quelque chose qui marche c'est quand même mieux que 70% sur quelque chose qui ne marche pas....

    - "..ajoutant que le solaire thermique est non seulement délaissé par les Chinois mais aussi ce procédé est resté immuable...". Tout le monde le sait, les Chinois sont de grands idiots...

    - "Sonelgaz seul n’était pas un acteur déterminant. Cet acteur doit être présent sur le marché de l’énergie verte en Europe », a noté M. Hasni, en citant le groupe Sonatrach. Ce dernier a déjà constitué un groupe de travail pour prendre à bras le corps ce projet, a-t-il révélé..." Donc Sonatrach est " présent sur le marché de l'énergie verte en Europe" ? On doit aussi admirer la logique qui est derrière. le producteur national d'électricité confie la production d'électricité renouvelable au producteur national de gaz qui est le 1er concurrencé par cette électricité verte.... Et d'ailleurs, tout le monde le sait, Sonatrach est une référence en gestion de projets et maitrise des coûts....

    - "..mais aussi le lancement d’un programme et non de projets disparates pour « assurer un marché suffisant et rassurant pour l’investisseur où l’industrie n’aura pas du mal à s’installer »... Tiens, je croyais bêtement que c'était à ça que servait le projet national de renouvelables...

    - " Sur ce projet, l’acteur étranger détenait 66% ce qui nous n’a pas empêché de tout contrôler, a-t-il révélé..." Et pour cause, en cas de problèmes les espagnols perdent 100% de leurs 66%...

    Si M Hasni voulait être un peu crédible, il nous aurait dit combien lui revenait le kWh solaire de sa centrale et combien Sonatrach s'est engage à racheter aux espagnols ce même kWh....

    Rapporter Truc mardi 27 septembre 2016 16:47
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- « La pénurie de médicaments va être encore plus grave les prochains mois » (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.

2016 a connu une hausse sensible des prix de détail de produits alimentaires de base (ministère du Commerce)

Ces hausses ont ainsi touché les prix des légumes secs et ceux de produits d'épicerie comme les pois chiches dont le prix moyen a flambé à 240 DA/kg en 2016 contre 165 DA/kg en 2015 (+46%), les lentilles à 190 DA/kg contre 161 DA/kg (+18%).

L'Algérie compte sur les nouvelles technologie pour alléger la pression sur ses universités surchargées (OBG, document)

  Un rapport de la Commission Européenne sur l’enseignement supérieur en Algérie daté de 2012 a fait état d’universités surchargées, bridées par une gestion inadéquate et un manque de ressources. « Chaque année nous recevons jusqu’à 10 000 candidatures mais nous ne pouvons accepter que 2500 étudiants, laissant ceux qui ne sont pas retenus en proie à la frustration et au désarroi, »...