Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Envoyé spécial à Oran, Ahmed Ferki
  • dimanche 30 octobre 2016 18:01

Sur le renouvelable, Boutarfa se cramponne au discours traditionnel

 Boutarfa manque-t-il d'enthousiasme pour le renouvelable? (Ph DR)

 Noureddine Boutarfa était attendu au salon des énergies renouvelables, qui s’est tenu à Oran. Il n’a annoncé aucune décision majeure, renforçant le scepticisme des opérateurs.

 Le ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa, évoque, du bout des lèvres, un virage vers les énergies renouvelables. Il le fait toutefois de manière très prudente, sans réelle conviction, se contentant d’annonces, comme ses prédécesseurs. A peine succombe-t-il à l’effet de mode, sans arriver à imposer une démarche novatrice susceptible d’impulser une véritable dynamique au secteur.

 Au 7ème salon des énergies renouvelables, qui s’est tenu du 24 au 26 octobre à Oran, M. Boutarfa a affiché des «objectifs ambitieux et prometteurs». Selon lui, l’Algérie produira 4.500 mégawatts d’énergie à partie de sources renouvelables d’ici 2020, et atteindra le cap de 45 à 51 térawatts à l’horizon 2030.

 Pour l’année 2016, six stations, dont la production viendra s’ajouter aux 195 mégawatts déjà opérationnels, entreront en production dans les prochaines semaines, a-t-il annoncé. Mais cette production demeure marginale, au regard des grands objectifs fixés.

 Stratégie à deux composantes

 Et c’est sur ce terrain que M. Boutarfa piétine. Face à un secteur difficile à lancer, en raison des incertitudes réglementaires et financières, le ministre de l’Energie a encore compliqué la donne, en conditionnant la participation à des appels d’offre pour produire de l’énergie renouvelable à la nécessité d’investir dans le secteur industriel.

 Pour lui, la démarche à envisager sera «une stratégie à deux composantes, industrielle et énergétique». Dans cette logique, il est hors de question de se lancer dans la production d’électricité solaire sans produire toute l’infrastructure qui va avec. M. Bouterfa ne veut pas seulement des énergies renouvelables, il affirme aussi travailler pour « l’émergence d’une industrie nationale du renouvelable ».

 Les garanties sont acquises, dit-il. En plus de l’aide de l’Etat, les investisseurs peuvent compter sur la garantie de l’achat de l’énergie produite. A cela, il ajoute le recours aux appels d’offre pour faire baisser le prix du kilowatt/h.

 Les fabricants ne sont pas exploitants

 Un appel d’offre pour la production de 4.000 mégawatts par an, réservé aux entreprises algériennes ou en partenariat, est « en voie de finalisation », a-t-il annoncé.  Ce qui signifie que l’appel d’offre n’est pas encore prêt, malgré l’insistance du ministre, qui précise que cet appel d’offres est «conditionné à l’investissement industriel».

Comment lier, sur les plans technique et juridique, un appel d’offre pour la production d’électricité à un investissement pour fabriquer des éoliennes ? Difficile à expliquer. D’autant plus que les fabricants de panneaux solaires, les installateurs, les exploitants et les distributeurs d’électricité exercent des métiers totalement différents. Difficile de faire plus compliqué donc, au moment précisément où le prix de l’énergie conventionnelle reste au plus bas.

Seul point positif, M. Boutarfa s’est déclaré ouvert à des aides éventuelles en faveur de l’agriculture. Il n’a toutefois pas précisé les conditions et les modalités de cette aide, déjà annoncée mais toujours difficile à mettre en œuvre.

 Scepticisme des opérateurs

 Les représentants de firmes présentes au salon d’Oran sont restés sur leur faim. L’un d’eux se dit « même pas surpris » par «l’attentisme » et « les hésitations » du ministre de l’énergie. Il rappelle que M. Boutarfa ne s’est jamais montré enthousiaste pour les énergies renouvelables lorsqu’il était à la tête de Sonelgaz, et que son arrivée au ministère de l’énergie risque de figer encore davantage le secteur.

Pourtant, rappelle-t-il, il y a de vraies opportunités en Algérie. Mais celles-ci sont annihilées par le système des prix, qui rendent l’énergie traditionnelle imbattable, décourageant de fait tout recours au renouvelable. Car historiquement, le renouvelable, non compétitif pendant des décennies, s’est développé grâce à l’impulsion des pouvoirs publics.

Aujourd’hui, le renouvelable, c’est aussi des décisions, des procédures, des simplifications, des possibilités de revendre à un opérateur historique le surplus produit à un prix élevé. Nombreux sont les Algériens tentés d’installer des panneaux solaires pour éviter les coupures d’électricité.

Mais se brancher sur le réseau pour revendre à Sonelgaz le surplus éventuel relève d’un parcours impossible. Des employés de deux agences, à Alger et Blida, ont déclaré ne pas être au courant des procédures, s’il y en a.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Il faut arrêter de dire n'importe quoi, c'est simple et brutal: il n'y aura jamais de renouvelable sans vérité des prix de l'énergie, le reste c'est du blabla...

    Et quand on voit que le ministre cherche à diminuer les prix de l'électricité pour le sud, on l'aura compris: adieu le renouvelable, ou plutôt cela restera un slogan pour les conférences et les journalistes....

    Rapporter Truc dimanche 30 octobre 2016 19:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».

Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)

  La volatilité du marché a été plus faible ces dernières semaines, selon le Comité de suivi des pays Opep et non Opep.

Le dinar tunisien sera sous pression, en cas de demande soutenue de devises (expert)

L’économiste ne pense pas que les recettes touristiques puissent doper les réserves en devises.