Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Aymen Zitouni
  • dimanche 4 décembre 2016 11:58

Un appel d'offres pour la réalisation d'une capacité de 4000 MW en énergie renouvelabe lancé début 2017 - Boutarfa

 Noureddine Boutarfa

 L'appel d'offres pour la réalisation d'une capacité de 4000 mégawatts (mW) en énergie renouvelables va être lancé au début de l'année 2017, a annoncé dimanche, le ministre algérien de l'énergie, Nouredine Boutarfa, à l'ouverture de la conférence sur l'énergie dans le cadre du Forum africain d'investissements et d'affaires qui se déroule à Alger depuis samedi.

 

L'Algérie a lancé un programme national prévoit la réalisation d’installations d’une capacité de 20.000 mégawatts dont 4.000 MWH mis en route d’ici 2025. Une capacité de 350 mW a été déjà installée a-t-il rappelé.

 M.Boutarfa a admis que les financements des équipements énergétiques étaient un problème majeur qui se dresse devant la promotion des énergies renouvelables et qu'il faut "solutionner" rapidement.

 Selon lui, l'approche la plupart la plus appropriées pour les énergies renouvelables en Afrique est celle de programmes portés par les Etats et impliquant tous les intervenants dans le secteur.  ''Cette approche doit inclure les groupe internationaux spécialisés dans la production des équipements énergétiques pour accompagner les industries sous-traitante locale''.

 Le programmé évoqué par le ministre avait été détaillé début novembre par la secrétaire générale du ministère de l’Energie, Fatma Zohra Talantiki. Elle avait indiqué que le plan national de 20.000 mégawatts entrait dans le cadre d’une stratégie reposant sur les composantes énergétiques et industrielles.

 "Cette stratégie a pour objectif, d’une part de contribuer à la préservation des ressources fossiles et d’ autre part, participer à l’émergence d’une énergie nationale du renouvelable, qui favorisera la transition énergétique et le développement durable" avait-elle souligné.

 Le programme est principalement axé sur le développement des installations des énergies renouvelables, qui touchent tous les éléments de la chaine de valeurs notamment l’engineering, la fabrication des équipements et la construction.

 Fatma Zohra Talantiki a indiqué qu'à la fin 2016, l’Algérie comptera une capacité de 343 mégawatts répartis à travers 40 wilayas. Actuellement 16 centrales d’une capacité de 195 mégawatts sont déjà fonctionnelles et injectent de l’énergie d’origine renouvelable dans le réseau.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le programme inclut la fabrication des équipements, or ce n'est pas facile de fabriquer des équipements (de hautes technologie) et aussi ce n'est pas rentable (à cause des produits de la Chine et des importateurs Algériens). Je pense que les responsables doivent minutieusement étudier cette partie du programme qui est très très importante à long terme ( emplois directs et indirects, savoir-faire pour nos jeunes ingénieurs et techniciens).

    Rapporter Jamal Mamoun mercredi 26 avril 2017 11:28
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.