Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 5 août 2017 12:11

Tunisie- Une entreprise britannique veut investir 1,6 milliards d'euros dans une centrale solaire à Kébili

Ce projet ne date pas d’aujourd’hui. Il  a été soumis aux différents gouvernements depuis 2011. Sans succès.

 

L'entreprise britannique Nur Energie compte investir dans un projet d’implantation d’une centrale solaire photovoltaïque dans le gouvernorat de Kébili. C’est ce qu’a déclaré le Président Directeur Général de l'entreprise, Kevin Sara, à radio Mosaique FM.

 Il a annoncé qu'une demande d'autorisation pour l'installation d'une grande centrale photovoltaïque à Rejim Matouk dans le gouvernorat de Kébili, au sud du pays, avait été soumise lundi dernier au ministère de l'Energie, des Mines et des Energies Renouvelables.

Selon ce responsable, le projet nécessitera un investissement de 1,6 milliards d’euros pour la production, dans une première phase de 250 MW, destinée à l’exportation.  « La Tunisie ne dispose pas de beaucoup de pétrole ou de gaz mais dispose de beaucoup de soleil qu’on peut exporter », a-t-il dit, ajoutant que ce projet va créer des milliers d’emplois lors de la phase de construction et aura des retombées économiques locales et nationales.

Le PDG de Nur Energie explique le choix de Rejim Matouk par son ensoleillement et la disponibilité des terres pour l’implantation d’un tel projet.

Kevin Sara a souligné que ce projet ne date pas d’aujourd’hui. Il  a été soumis aux différents gouvernements qu’a connus la Tunisie post-révolution, sans succès, espérant que le gouvernement Chahed accède à sa demande. Le PDG de Nur Energie n’a pas manqué de souligner l’importance de la stabilité politique de la Tunisie pour mener à bien mener ce projet « à long terme ».

La Tunisie s’est lancée dans un programme de production de l’électricité à partir des énergies renouvelables de 1000 MW durant la période 2017-2020.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Bonjour,
    je pense qu'il y a une erreur dans votre article. Le prix d'une centrale de 250 mégawatts est de l'ordre de 200 millions d'euros et non de 1,6 milliards d'euros...

    Rapporter André Joffre dimanche 6 août 2017 09:04
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.