Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • dimanche 17 septembre 2017 18:31

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables (audio-vidéo)

Smail Khennas, expert en politique énergétique et en énergies renouvelables. Ex Coordinateur PNUD en Afrique./Ph: Ahmed Sahara

L’expert en politique énergétique et en énergies renouvelables, Smail Khennas, estime que le succès de l’appel d’offres pour la production de 4000 MW d’électricité en renouvelables, projeté par le Gouvernement est conditionné par son fractionnement en plusieurs lots et la séparation de la production d’électricité  du projet industriel.

 

Intervenant ce dimanche à l’émission « Invité du Direct » de Radio M, M. Khennas juge que la production de ces  4000 MW fractionnés en trois lots est  une approche qui peut paraitre plausible et correcte. « En revanche, le fait d’avoir lié un projet de production d’électricité et un projet industriel sur un seul lot me parait très complexe », a-t-il souligné.

Selon lui, la production d’électricité et la production des équipements photovoltaïques sont des métiers différents. Il ne faut donc pas associer production d’électricité et projet industriel, a-t-il souligné, parce qu’on va négocier avec des opérateurs qui seront très différents.

Pour M. Khennas, si on n’opère pas cette « séparation » des deux composantes dans l’appel d’offre, la réalisation du projet sera excessivement complexe.  « C’est difficile de négocier avec quelqu’un à qui on demande et de produire de l’électricité à des coûts assez bas et de nous proposer un projet industriel », a-t-il souligné.  

En clair, le producteur d’électricité doit ramener avec lui un producteur d’équipements industriels. Il devra donc négocier avec un industriel et prendra certainement sa marge. « Et le risque c’est qu’il négocie pour l’Algérie un projet industriel au rabais », a-t-il soutenu.

Pour faire aboutir cet ambitieux programme du renouvelable, l’expert recommande de recourir à la préférence nationale lors de la confection de l’appel d’offres de sorte à faire appel en priorité aux entreprises locales pour la production de biens d’équipement, les services et l’expertise.

 Pour avoir longtemps exercé en qualité de coordinateur du PNUD en Afrique, l’expert affirme que cette approche est utilisée avec succès sur le continent noir et que même la Banque africaine de développement  a soutenu ce type d’appel d’offres où on fait appel à la préférence nationale.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • http://www.accasoftware.com/fr/logiciel-photovoltaique/?gclid=CPrXkNCdrdYCFQ5sGwodKUYIWw

    Une seule question: Est-on autorisé en Algérie placer des PVS sur le toit ou en terrasse et est-ce que Sonelgaz accepte le branchement au réseau

    ou posée différemment peut-on en Algérie faire ce qui se fait partout dans le monde et notamment en Tunisie et au Maroc depuis 20 ans? Si la réponse est non, je souhaiterais connaitre les raisons qui nous poussent à ne pas économiser notre gaz

    Rapporter question lundi 18 septembre 2017 09:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».