Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 16 Octobre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • dimanche 17 septembre 2017 18:31

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables (audio-vidéo)

Smail Khennas, expert en politique énergétique et en énergies renouvelables. Ex Coordinateur PNUD en Afrique./Ph: Ahmed Sahara

L’expert en politique énergétique et en énergies renouvelables, Smail Khennas, estime que le succès de l’appel d’offres pour la production de 4000 MW d’électricité en renouvelables, projeté par le Gouvernement est conditionné par son fractionnement en plusieurs lots et la séparation de la production d’électricité  du projet industriel.

 

Intervenant ce dimanche à l’émission « Invité du Direct » de Radio M, M. Khennas juge que la production de ces  4000 MW fractionnés en trois lots est  une approche qui peut paraitre plausible et correcte. « En revanche, le fait d’avoir lié un projet de production d’électricité et un projet industriel sur un seul lot me parait très complexe », a-t-il souligné.

Selon lui, la production d’électricité et la production des équipements photovoltaïques sont des métiers différents. Il ne faut donc pas associer production d’électricité et projet industriel, a-t-il souligné, parce qu’on va négocier avec des opérateurs qui seront très différents.

Pour M. Khennas, si on n’opère pas cette « séparation » des deux composantes dans l’appel d’offre, la réalisation du projet sera excessivement complexe.  « C’est difficile de négocier avec quelqu’un à qui on demande et de produire de l’électricité à des coûts assez bas et de nous proposer un projet industriel », a-t-il souligné.  

En clair, le producteur d’électricité doit ramener avec lui un producteur d’équipements industriels. Il devra donc négocier avec un industriel et prendra certainement sa marge. « Et le risque c’est qu’il négocie pour l’Algérie un projet industriel au rabais », a-t-il soutenu.

Pour faire aboutir cet ambitieux programme du renouvelable, l’expert recommande de recourir à la préférence nationale lors de la confection de l’appel d’offres de sorte à faire appel en priorité aux entreprises locales pour la production de biens d’équipement, les services et l’expertise.

 Pour avoir longtemps exercé en qualité de coordinateur du PNUD en Afrique, l’expert affirme que cette approche est utilisée avec succès sur le continent noir et que même la Banque africaine de développement  a soutenu ce type d’appel d’offres où on fait appel à la préférence nationale.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • http://www.accasoftware.com/fr/logiciel-photovoltaique/?gclid=CPrXkNCdrdYCFQ5sGwodKUYIWw

    Une seule question: Est-on autorisé en Algérie placer des PVS sur le toit ou en terrasse et est-ce que Sonelgaz accepte le branchement au réseau

    ou posée différemment peut-on en Algérie faire ce qui se fait partout dans le monde et notamment en Tunisie et au Maroc depuis 20 ans? Si la réponse est non, je souhaiterais connaitre les raisons qui nous poussent à ne pas économiser notre gaz

    Rapporter question lundi 18 septembre 2017 09:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.