Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • mercredi 25 octobre 2017 12:29

Algérie : « Les assembleurs de panneaux solaires sont déjà en crise » (Boukhalfa Yaici)

Regroupant une quinzaine d’entités dont des entreprises, des centres de recherche et des bureaux d’études, le Cluster Energie solaire veut participer d'une manière efficiente au développement de cette filière. Le président de ce regroupement d’entreprises, Boukhalfa Yaici, regrette, toutefois, le manque de visibilité en ce qui concerne la politique nationale de développement des énergies renouvelables.

 

Maghreb Emergent : Quel est l’objectif principal de la mise en place du cluster Energie solaire?

Boukhalfa Yaici : Notre cluster qui regroupe des sociétés spécialisées dans le montage des panneaux solaires, des bureaux d’études, et des installateurs a pour objectif de créer une synergie entre les entreprises. Nous attendons de ce cluster de parvenir à réduire les coûts, améliorer la compétitivité et certainement de participer d’une manière efficiente au développement des énergies renouvelables en Algérie. Notre rôle également est celui de facilitateur et d’intermédiaire entre les membres du cluster et autres entités et entreprises à l’image de ce que fait par la Chambre algéro-allemande de commerce et de l’industrie (AHK) qui compte ramener des entreprises allemandes pour les mettre en relation avec leur homologues algériennes.

 L'Algérie a mis en place un programme national pour le développement des énergies renouvelables. Comment comptez-vous contribuer à sa réalisation ?

Aujourd’hui le ministère de l’Energie reconnait que le prix de l’électricité produit par le conventionnel avoisine les 12 dinars le kilowatt. En parallèle, le prix que le citoyen paie et beaucoup plus bas. Ainsi, la problématique des coûts de l’énergie se pose aussi bien pour l’énergie conventionnelle que pour les énergies renouvelables. Ce n’est pas une raison pour ne pas développer les énergies renouvelables car l’objectif ultime est de faire cette transition énergétique vers le renouvelable comme cela se passe à l’échelle internationale. Les coûts de l’énergie à partir du renouvelable dans beaucoup de pays ayant des tarifs réels sont très compétitifs à l’image de l’Allemagne, des USA, du Chili et autres. En Algérie, la problématique, se pose au niveau des subventions, et nous souhaitons que l’Etat mettra en place un système qui permettra de développer les énergies renouvelables et mettra également un programme détaillé relativement sur une période de 3 à 5 ans avec des plans d’action afin que les investisseurs locaux ou étrangers puissent avoir suffisamment de visibilité et entamer les démarches nécessaires dans le cadre de l’investissement, du financement et du développement d’une ingénierie locale. 

Croyez vous que l’entreprise privée pourra avoir sa part dans le cadre de la stratégie nationale du développement du renouvelable?

Le problème qui se pose aujourd’hui est l’absence de marchés. Rien qu’au niveau du cluster, nous avons 4 membres qui activent dans l’assemblage des panneaux solaires avec une capacité de production de 200 mégawatt mais faute de marchés, ils ne peuvent pas fonctionner à pleine capacité. Cette situation est critique car les assembleurs n’arrivent pas rentabiliser leurs investissements. Aujourd’hui, nous espérons la mise en œuvre du programme des énergies renouvelables et qu’il y ait plus de visibilités sur ce programme durant les années à venir. S’il y a une  visibilité sur les 5 années prochaines, les investisseurs n’hésiteront pas à se mettre en avant pour développer cette filière.

Vous voulez dire que les assembleurs de panneaux solaires sont aujourd’hui en difficulté ?

Effectivement, aujourd’hui les assembleurs de panneaux solaires sont en crise mais tiennent bon encore, car ils sont dans des groupes industriels qui leurs permettent d’équilibrer les dépenses et éviter la faillite. Mais je pense que cette situation n’est pas bonne ni pour le pays ni pour les entreprises. Car si un investisseur ne change pas certains éléments fondamentaux,dans sa chaine de production, au bout de trois ans, son outil de production deviendra obsolète alors que son investissement n’a même pas été amorti.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Ce qui préoccupe le plus le pays c'est plutôt la production des cellules voltaïques dont l'achat coûte les yeux de la tête dont peut de pays maitrisent cette technologie de pointe et l'évolution constante des capacités de captage énergétique et en magasinage qui impose l'adaptation régulière par l'achat de cellules plus compétitifs
    Il me semble que la priorité c'est ça, le montage ne pose pas un grand problème. Les capacités nationales suffisent.

    Rapporter bebes lundi 18 décembre 2017 06:34
  • Les capacites et les potentialites nationales ne sont pas les bienvenues car il ne generent pas de baackchich!

    Rapporter Eldar mercredi 25 octobre 2017 22:09
  • "le Cluster Energie solaire veut participer d'une manière INEFFICIENTE"?

    Rapporter Benny mercredi 25 octobre 2017 12:56
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...