Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 25 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • jeudi 18 janvier 2018 14:11

Algérie: Abdelmadjid Attar évoque les cinq piliers de la transition énergétique

 « Rien ne va du point de vue de la communication » entre les opérateurs et les institutions en ce qui concerne la question des énergies renouvelables, a confessé le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni.

Cinq défis devraient être relevés par l’Algérie afin de réussir la transition énergétique vers le renouvelable, a déclaré aujourd’hui l’ancien ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar qui intervenait à la première conférence-exposition consacrée à cette thématique.

Le premier défi à relever, selon lui, est « industriel »,  directement  lié à la production des énergies renouvelables qui devraient, a-t-il dit,  être organisées suivant le modèle du secteur des hydrocarbures. « Il faut mettre en place un système incluant un amont, un aval et des services liés à la production des énergies renouvelables », a-t-il assuré.

Le deuxième défi est celui de la « gouvernance ». Une démarche qui implique impérativement la mise au point d’une cartographie nationale liée au potentiel en énergies renouvelables de chaque région du pays. Cette cartographie permettrait, a-t-il fait remarquer,  de prendre les bonnes décisions mais devrait également être une source fiable d’informations au profit des investisseurs potentiels.

Le troisième défi, d’après Abdelmadjid Attar, est celui des nouvelles technologies qui évoluent de façon très rapide dans la branche spécifique des énergies renouvelables. « Il faut accompagner le programme national de développement des énergies renouvelables par une veille technologique », a-t-il conseillé.

Autre priorité, celle de la réglementation. Pour l’intervenant, les énergies renouvelables devraient avoir une loi spécifique à l’image de la loi sur les hydrocarbures. Une loi propre à ce secteur pourrait lui donner les moyens de se développer pleinement, a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, il a préconisé la mise en place d’un dispositif fiscal allégé et incitatif au profit des opérateurs du secteur des énergies renouvelables.

Il parlera, en outre de la nécessité d’accorder la priorité à la formation des techniciens algériens afin de suivre le rythme des changements que connaît le secteur des énergies renouvelables à travers le monde.  Une mission qui devrait être prise en charge à la fois par les universités et les centres de formation.

L’année 2017, une année blanche pour les énergies renouvelables

M. Abdelmadjid Attar a déploré, par ailleurs, le fait que l’année 2017 ait été une année blanche en matière de production dans les énergies renouvelables en Algérie. « Durant l’année 2017, il n’y a eu aucun Mégawatt installé en Algérie », a-t-il regretté.

Comme pour enfoncer le clou, l’expert en énergies renouvelables, Mouloud Bakli a assuré que pour réaliser le programme national de développement des énergies renouvelables qui s’étale jusqu’en 2030, l’Algérie est censée produire 1,1 Gigawatt durant la seule année 2018. Il a précisé, néanmoins, que cet objectif était à la portée des entreprises algériennes. « Je suis persuadé que nous avons dans cette salle de conférence assez  de potentiel pour produire 1,1 Gigawatt », a-t-il dit. Il a rappelé, dans ce contexte, que la production  d’un Gigawatt  impliquait automatiquement la création de 40.000 emplois.

Réagissant au propos d’Abdelmadjid Attar, le P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkab a tenu à préciser qu’en matière d’énergies renouvelables, ce n’était pas totalement le désert en Algérie. Des projets pilotes ont été lancés mais aussi des formations au profit des cadres de Sonelgaz. « Sonelgaz dispose aujourd’hui de 300 ingénieurs formés sur les énergies renouvelables», a déclaré le P-DG. Il avouera, cependant,  que ce chiffre reste «insuffisant», mais fera tout de même remarquer qu’il s’agit d’un noyau qui sera développée de façon continue.

Guitouni veut impliquer Youcef Yousfi

Intervenant à son tour, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a évoqué deux questions qu’il considère comme essentielles au développement des énergies renouvelables en Algérie. La première est celle de l’industrie des composants nécessaires à la production des énergies renouvelables. Pour ce faire, Guitouni a dit vouloir impliquer directement le ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi. « Je vais demander au ministre de l’industrie de nous accompagner dans tout ce qui a trait à l’aspect industriel », a-t-il promis.

La deuxième question prioritaire, à ses yeux, est celle de l’adoption d’une réglementation facilitant davantage l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables.

Par ailleurs, le ministre de l’Energie a  indiqué que  la communication entre les opérateurs et les institutions était l’un des problèmes essentiels du secteur des énergies renouvelables en Algérie. « Rien ne va du point de vue de la communication », a-t-il confessé.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • LES JOURNALISTES ET SURTOUT LES EXPERTS DOIVENT REGARDER LA REALITE EN FACE: il 'y a pas de président malade, des responsables assoiffés uniquement de l'argent de la corruption: IL Y A DEPUIS 30 ANS UNE STRATEGIE IMMUABLE QUI PROGRAMME NOTRE AUTO DESTRUCTION.

    Lisez les papiers de Sid Kaci , notamment son dernier
    https://www.facebook.com/lematindznet/posts/1598220890219105

    L'ENERGIE RENOUVELABLE EST UN GRAND DANGER POUR CEUX QUI GERENT CETTE POLITIQUE DE DESTRUCTION.

    Rapporter Danger samedi 20 janvier 2018 20:00
  • Ne serait il pas judicieux de créer une entreprise nationale des énergies renouvelables ? Ce serait un moyen de s' affranchir de SONELGAZ qui est dépassée par son activité d'électrification classique.

    Rapporter Kahoui samedi 20 janvier 2018 03:32
  • A gaspillons. Bien dit. À chaque fois qu'on parle de développer le renouvelable,on met comme condition de produire les composants en algerie!! Et quels sont les équipements que nous fabriquons pour l'industrie petrole,M Guitouni??? Et encore on produit déjà les panneaux photovoltaïques ,c pas mal,reste quoi?les onduleurs?? C rien du tout enel azazga devrait pouvoir les faire... Il faut travailler MM Guitouni & co!! Sonelgaz a 300 ingénieurs formés,c insuffisant?? Insuffisant pourquoi? Et ce cder,c universités,instituts,"grandes ecoles"" sonatrach,enie .. Honte à vous M Guigouni,condor fabrique des panneaux et sonelgaz dort!! Wallah Di g t président ghir je vous oblige à réaliser le programme sans l'assistance étrangère que vous appelez partrnariat! Fainéants.

    Rapporter Mobencous vendredi 19 janvier 2018 00:19
  • ILS SE FOUTENT TOUS DU PEUPLE... car ils savent qu'il passera de l'électricité à la bougie dans moins de dix ans. On ne pourra même pas s'offrir des quinquets faute de lampant.
    LA TECHNOLOGIE existe et son prix baisse chaque année!! Mais elle n'est pas importée car l'ETAT qui nous programme pour la bougie n'en veut pas.
    APPLIQUEZ DONC VOS CONCEPTS A L'AUTOMOBILE. On ne vendra aucune voiture en Algérie tant que le moteur ne sera pas conçu en Algérie.
    EN FAIT, vous voulez qu'on bouffe tout notre gaz et très vite (production d"électricité qui dépend à 99% du gaz!!!!) pour qu'on se retrouve sans electricité!!!

    Rapporter GASPILLONS jeudi 18 janvier 2018 18:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.

Algérie: Les importations de carburant ont baissé de 73% au premier trimestre 2018 (Sonatrach)

  M. Karoubi a indiqué que les exportations de Sonatrach ont augmenté de 17% en valeur, au premier trimestre 2018.

Algérie : Le gouvernement dénonce des fuites liées au projet de LFC 2018 et s’explique

  Pour l’exécutif, les critiques dénonçant une atteinte au pouvoir d'achat des citoyens sont infondées.