Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 29 janvier 2018 19:28

La France est la mieux placée pour remporter le marché des 4000 mégawatt- Jean-Louis Levet (audio-vidéo)

Le responsable de la coopération industrielle algéro-française considère que l’Algérie et la France ont vocation à co-invesitr et se co-développer en veillant à se protéger mutuellement des aléas de la mondialisation et des forfaitures du protectionnisme crédule.

 

Dans le cadre de son programme de sécurité énergétique, l’Algérie a annoncé la production de 4000 mégawatt d’énergie électrique renouvelable il y a plus d’une année. Jusque-là, aucune une démarche officielle n’a été entreprise  pour la réalisation de ce programme.  Interrogé sur Radio M sur le rôle que peut jouer la France dans la mise en œuvre de ce grand projet, Jean-Louis Levet, responsable de la coopération industrielle, a émis des réserves quant à un éventuel passage par un appel d’offre international. Selon lui, l’Algérie ferait mieux de choisir les « plus bons » parmi les candidats potentiels et de leur demander de lui présenter des offres.  « 4000 mégawatt, c’est quatre fois mille. Il y a quatre pays qui peuvent les fournir dans le monde et pas un cinquième : la France, l’Allemagne, les Etats-Unis et la Chine. Rêvons un instant. Si l’Algérie demandait à ces quatre pays de lui faire une offre, la France mettra en place un consortium avec Schneider, Total, Engie, etc., ainsi que nos PMI qui sont des pôles de compétitivité mondiale et fera une proposition. Je suis persuadé qu’avec ce consortium, on arrivera en premier. On fait mieux que les Allemands, les Américains et, à fortiori, les Chinois. Parce que nos grands groupes sont très enracinés dans les disciplines fondamentales, les sciences du vivant, les sciences cognitives, etc., » a-t-il affirmé.  Autrement dit, assure-t-il, la France est la mieux placée pour remporter le marché des 4000 mégawatt.

Quid des prix hautement compétitifs de la Chine ?

Pourtant, la réalité du marché ne correspond pas totalement aux dires de M. Levet, particulièrement au sujet des prix. En effet, la concurrence chinoise propose des équipements à des prix hautement compétitifs,  ce qui peut facilement faire basculer la balance de son coté et rendre le choix difficile pour l’Algérie. C’est pourquoi, Jean-Louis Levet a nuancé. « Je ne dis pas que l’Algérie doit avoir une relation exclusivement avec la France. Au contraire, elle doit avoir une stratégie à tête multiple. C’est pourquoi justement je dis qu’il faut que les quatre pays soient mis en concurrence. L’Algérie peut leur demander de lui faire des offres en fixant des conditions comme par exemple la formation, les perspectives de long terme, l’investissement local, etc., »  a-t-il préconisé.  Mais pas seulement.  Le responsable de la coopération industrielle algéro-française considère que l’Algérie et la France ont vocation à co-invesitr et se co-développer en veillant à se protéger mutuellement des aléas de la mondialisation et des forfaitures du protectionnisme crédule. « Un Etat est d’autant moins dépendant qu’il multiplie ses interdépendances avec les autres Etats dans la mondialisation. Ce n’est ni « laisser faire », ni « protectionnisme. Si on laisse faire, on devient une sorte de plateforme offshore de la mondialisation. Si on se ferme, on s’isole de la mondialisation, on disparait. France- Algérie, on n’est pas face à face, on est cote à cote,» a-t-il conclu.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • La bêtise typiquement française ne justifiera jamais cette attitude de maquisard qui persiste toujours jusqu’à aujourd’hui.
    Les 2 pays se doivent de se rapprocher sans idées préconçues et pour le bien des 2 gagnant / gagnants contre et envers le reste du monde.
    L’Algérie ne doit la vie a Personne et ne pourra jamais s’élever sans la France et la France sans l’Algérie n’est qu’un autre état parmi les 27 de l’UE, union qui a du mal a se faire.
    Ce bonhomme a raison et il faut peut-être l’écouter malgré ; on lui pardonne quand même sa bêtise. Cela vaut l’avenir . . ..

    Rapporter Faro Laz , London, UK mardi 30 janvier 2018 13:52
  • l’Algérie doit choisir sans hésitation Allemagne... on a marre de la France.

    Rapporter Lyes mardi 30 janvier 2018 10:20
  • Tiens, il a oublié l'Espagne qui a une expérience prouvée en la matière et placé la France parmi les pays susceptibles de remporter l'éventuel marché alors qu'elle a une expérience nulle et une compétitivité encore plus nulle...

    Si au moins Bouchouareb était encore ministre, elle avait peut être une petite chance...

    Rapporter Heureusement que le ridicule.. lundi 29 janvier 2018 23:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.