Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   APS
  • lundi 5 mars 2018 16:30

Energies renouvelables: l'Algérie veut se doter de sa propre industrie

Les experts de la société financière internationale (SFI), une organisation du Groupe de la Banque mondiale, ont souligné le potentiel « exceptionnel » de l’Algérie dans les énergies renouvelables.

La politique des pouvoirs publics mise sur l'intégration nationale pour l'instauration d'une industrie nationale des énergies renouvelables, permettant au pays d'atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d'ici 2040, a indiqué dimanche à Alger, la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati.

"L'Etat a affiché sa volonté pour le développement des énergies renouvelables, d'autant qu'il est ouvert à toute proposition, mais il ne veut pas se lancer dans une aventure. On n'a pas besoin de faire le clé en main, la partie locale doit être intégrée dans ce genre de projet, c'est indiscutable", a insisté Mme Zerouati, en marge d'une conférence-débat, organisée par le Club Energia du Forum des chefs d’entreprise (FCE), sous le thème : "financement des énergies renouvelables : benchmark et apports de la SFI".

Soulignant que l'Algérie a "beaucoup" investit dans les énergies renouvelables, permettant au pays d'avoir "une industrie qui commence à prendre forme" et "des recherches qui commencent à donner leurs fruits", la ministre a précisé que le pays à ses spécificités et "ne veut pas du copier-coller".

Mme Zerouati a expliqué, dans ce sens, "qu'il ne s'agit pas d'une question de financement seulement", appelant dans ce cadre à "parler des contraintes d'une manière globale et comment avoir tous les ingrédients pour faire mûrir un projet d'avenir", citant notamment l'intégration du produit local, le renforcement de la capacité de production nationale, et aussi la maîtrise de la maintenance et l'entretien des projets des énergies renouvelables.

Rappelant que l'Algérie possède plus de 300 chercheurs dans les énergies renouvelables et des "niches importantes" de production notamment dans l'éolien et le solaire, la ministre a appelé à "s'inscrire dans une vision globale de développement durable", permettant au pays d'atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d'ici 2040.

Pour leur part, les experts de la Société financière internationale (SFI), une organisation du Groupe de la Banque mondiale, spécialisée dans les solutions pour stimuler le développement du secteur privé, ont souligné le potentiel "exceptionnel" de l'Algérie dans les énergies renouvelables, notamment sa position reconnue mondialement dans le domaine des énergies à travers ses groupes Sonatrach et Sonelgaz, ainsi que ses niveaux d'irradiation qui figurent parmi "les meilleurs" au monde.

Elena Merle-Beral et Adel Louahem M'sbah, experts et représentants du SFI ont également mis en valeur la volonté politique affichée pour le développement des énergies renouvelables, en appelant toutefois "à améliorer davantage le cadre juridique et règlementaire pour attirer l'investissement étranger".

Les deux experts ont, par ailleurs, présenté l'expérience de la SFI dans l'accompagnement et le financement de plusieurs projets pour le développement des énergies renouvelables dans plusieurs pays, notamment la Jordanie, l'Egypte et le Maroc, tout en expliquant le processus de la solution "clé en main" de la SFI, proposée aux gouvernements, allant de la préparation du projet, son financement et jusqu'à la construction et mise en opération des projets des énergies renouvelables.

Intervenant lors de cette conférence, le représentant du FCE, Brahim Benabdesalam, a affirmé que cette action s'inscrit dans la démarche du FCE, qui avait organisé du 17 au 19 janvier dernier une conférence-exposition consacrée aux énergies renouvelables, et dans laquelle il avait émis une série de recommandations, dont celle de réaliser des investissements pour la production allant de 500 MW à 1G d’ici fin 2018.

A cet effet, le Forum cherche à trouver les mécanismes et les financements pour concrétiser les objectifs tracés dans ce domaine, a-t-il ajouté.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...