Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Nabil Mansouri
  • jeudi 26 avril 2018 19:18

"L’Algérie doit miser sur l’exportation de l’électricité verte" (Tewfik Hasni)

 

« Le photovoltaïque ce n’est que de l’énergie électrique, et ça ne nous permet pas d’exporter », fait remarquer l’expert.

 

« L’incohérence d’une vision à long terme pour le développement du secteur de l’énergie renouvelable, fait que nous n’arrivons pas à avancer », a déclaré sur Radio M, Tewfik Hasni, ex-vice-président de Sonatrach et expert en transition énergétique.  

Pour Hasni, une stratégie cohérente part d’une volonté politique visant à aller jusqu’au bout des programmes tracés. Mais les contraintes qui existent du côté des pouvoirs publics en Algérie, notamment l’instabilité des acteurs politiques, empêchent la mise en place d’un programme fiable des énergies renouvelables.

Selon l’expert, cette incohérence est  aussi liée à une conjoncture marquée par la rareté des sources de financement. Il a également pointé l’existence de difficultés en matière d’arbitrage. « Aujourd’hui,  on ne sait pas si on doit s’appuyer sur les énergies fossiles pour continuer  à  financer les projets, ou s’il faut accorder la priorité aux énergies renouvelables, en sachant que les retombées d’un tel choix ne seront pas palpables dans l’immédiat », a-t-il expliqué.

L’ex-vice-président de Sonatrach fait remarquer, en outre, que plusieurs facteurs bloquent le développement des énergies renouvelables en Algérie. Il évoque, entre autres,  les contraintes liées au blocage des financements extérieurs, par peur de l’endettement mais aussi la règle 51/49 imposée à l’investissement étranger. Pour l’expert, cette règle devrait être limitée aux secteurs stratégiques uniquement.

Il estime, d’autre part, que l’Algérie doit faire le nécessaire afin de se positionner comme pays exportateur d’électricité verte. « La sécurité du pays dépend de ce positionnement.  Nous devons rester le fournisseur énergétique principal de l’Europe en gaz et en électricité. 60% du gaz qu’on exporte est destiné à produire de l’électricité », a-t-il rappelé.

Evoquant le projet de mise en place d’une capacité de production de 4000 MW d’électricité en énergie renouvelable, pense qu’il ne faut en aucun cas lier la partie de production énergétique à celle relative à la production de composants industriels.

 « Le photovoltaïque ce n’est que de l’énergie électrique, et ça ne nous permet pas d’exporter. Le  potentiel de l’Algérie est dans le solaire thermique. C’est ce qui peut nous faciliter l’accès au marché international », a-t-il signalé. 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...